Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Quel soutien pour les artisans en ces temps de crise ?


Rédigé par Saad Jafri le Mardi 5 Mai 2020

Le contexte actuel est marqué par de sérieuses difficultés du secteur de l’artisanat en raison de l’épidémie du Covid-19. Les artisans attendent impatiemment des plans de soutien et de relance. Voici quelques voies pour arrêter l’hémorragie du secteur.



Artisans, commerçants et professionnels libéraux, sont aujourd’hui considérés comme les piliers du développement économique des États, cependant au Maroc, ils souffrent d’une précarité alarmante, et ce, depuis des années. Les politiques et les programmes mis en œuvre pour consolider leur présence et leur impact local, régional et national, restent à effet très limité. Mais l’arrivée du Coronavirus dans le Royaume a enfoncé le clou.

Ainsi, lors de la commission des secteurs productifs, la ministre du Tourisme, de l’Artisanat, du Transport aérien et de l’Economie sociale, Nadia Fettah Alaoui, a affirmé que «le secteur des artisans traditionnels a besoin d’être restructuré, d’où, entre autres, l’intérêt du projet de loi 20.30 que nous comptons présenter dans les prochaines semaines à la chambre des conseillers». Et d’ajouter que qu’ils pensent également à des solutions pour les aider à commercialiser leurs produits étant donné qu’ils comptaient beaucoup sur les expositions pour vendre leurs produits, il faut donc trouver des moyens alternatifs pour les aider. Pour ce faire la ministre a précisé que ses départements collaborent avec les grandes surfaces à ce sujet. «Il y a eu des expériences précédentes qui n’ont pas abouti. Nous avons désormais reçu et compris les doléances des grandes surfaces», rappelle-t-elle, en soulignant qu’ils ne cherchent pas à établir une stratégie sur 5 ans mais plutôt sur les prochains mois avec en parallèle un plan d’action qui s’étale sur 1 ou 2 ans. Ce qui est tout à fait logique vu que les artisans sont en péril.
 
Par la même occasion, la ministre a remercié les différentes startsup, qui ont proposé des solutions innovantes permettant d’aider les coopératives à vendre leurs produits. Désormais, près de 2.000 coopératives profitent des aides des starts up. «Nous voulons faire du digital un outil accessible», confie Mme Fettah. Il faut donc faire un effort pour le simplifier de manière à ce que tout le monde puisse en profiter des avantages de la digitalisation, comme c’est le cas pour certaines coopératives.
 
Pour rappel, les professionnels ne sont pas satisfaits des mesures pris par le Comité de veille économique, pour soutenir artisanat. Moulay Ahmed Afilal, président de l’Union Générale des Entreprises et des Professions (UGEP), qui représente cette catégorie de travailleurs nous a déclaré précédemment que «les mesures prises sont applaudies, soit, mais elles sont insuffisantes pour limiter les dégâts des artisans ». Et d’ajouter qu’il faut soigner les maux de cette catégorie de la population et de tous les travailleurs confrontés à de multiples et insurmontables difficultés.
 

  


Dans la même rubrique :
< >