Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Culture

Quel est le sort de la culture ?


Rédigé par Kenza Aziouzi le Samedi 23 Mai 2020

Après avoir baissé les rideaux en raison de la pandémie du nouveau coronavirus, c’est le black-out dans milieu culturel. D’autant plus que l’avenir est toujours aussi flou.



Brahim El Mazned
Brahim El Mazned
Brahim El Mazned, acteur culturel aux multiples casquettes. Fondateur de Visa For Music et directeur artistique du festival Timitar à Agadir, nous éclaire sur la situation des artistes.
 
 
En cette période, le milieu culturel n’a pas échappé à la crise. Est-ce que la digitalisation compense d’une manière ou d’une autre l’entorse subie dans le milieu culturel ?
Cette crise est inédite dans l’histoire de l’humanité. Le secteur culturel est le premier à être impacté vu que les lieux culturels étaient les premiers à fermer et les festivals annulés, suivent après les autres secteurs. Ce secteur va être certainement le dernier à reprendre. Évidemment, les artistes ont fait un travail exceptionnel de sensibilisation pour inviter tout le monde à être confiné et parler du danger de ce virus. Ils ont également profité des moyens numériques et des réseaux sociaux pour partager à titre bénévole leurs créations et rendre ce confinement moins douloureux. Ceci dit, c’est temporaire, je l’espère, la place des artistes est sur scène et devant un public. Il n’y a pas mieux que de regarder du théâtre que sur scène, un film au cinéma et un concert dans un lieu du live.
 
Des projets en vue après la levée du confinement ?
Nous travaillons actuellement sur la prochaine édition de Visa For Music qui va avoir lieu du 18 au 21 novembre prochain à Rabat. J’espère que d’ici là les choses vont revenir à la normale.
Je prépare également une anthologie dédiée à la musique des Rways que j’espère présenter prochainement. Elle réunit une centaine d’artistes.
Quel est le sort réservé à la culture après la pandémie ?
Ce secteur est de nature précaire, mais on se rend bien compte qu’aujourd’hui avec cette crise que c’est le produit le plus consommé après le produit alimentaire. Nous devons mettre au cœur la culture dans les plans d’action après cette crise si on ne veut pas rester confiné dans l’espace public après un confinement à domicile.
L’Afrique peut-elle dépasser cette crise ?
En Afrique, plusieurs initiatives ont été lancées par pays ou région, souvent par les artistes eux même. Nous sommes plusieurs opérateurs culturels à échanger sur l’avenir de notre secteur après cette crise. Il y a une dynamique culturelle et artistique exceptionnelle en Afrique portée principalement par de jeunes créateurs et opérateurs culturels.
A ce sujet, nous allons d’ailleurs organiser en novembre prochain une rencontre à Rabat réunissant plusieurs porteurs de projets.