Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Régions

Province de Nador : Une nouvelle voie de développement économique


le Samedi 18 Juillet 2020

La province connaît une dynamique visant à favoriser la capacité de production de la richesse, avec un concept qui réalise la justice sociale et la dignité pour les citoyens.



Province de Nador : Une nouvelle voie de développement économique
Dans sa lecture de la situation économique dans la province, la Coalition des investisseurs du Nord-Est du Maroc souligne dans un communiqué que la dynamique lancée par l’Etat, à travers l’administration territoriale, a permis au secteur privé et aux multiples investisseurs de revoir le mode classique qui a caractérisé leurs activités pendant des décennies, axées sur une économie informelle liée directement aux activités des passages frontaliers qui, malgré la marge d’intérêt qu’elles offrent, ont aggravé davantage la crise en consacrant un environnement économique malsain, rapidement affecté par les politiques qui servent l’agenda de l’Espagne voisine.

La volonté de l’Etat tend à encourager toute initiative de construction d’une économie locale et régionale remplissant les conditions d’indépendance vis-à-vis des activités de “l’économie transfrontalière”, a précisé le communiqué, mettant en exergue les indicateurs positifs de ce grand projet de réforme qui tire sa force et sa référence des Hautes directives Royales relatives au développement économique et social et de la gestion décentralisée de l’investissement, qui se traduisent par des mesures incitant à la simplification des procédures administratives pour les investisseurs et l’adoption de réformes à travers un arsenal de lois favorisant une marge d’investissement plus large et meilleure.

La Coalition a, en outre, constaté que cela avait un impact positif sur la province, qui a connu une dynamique prometteuse des investisseurs et entreprises, confirmant ainsi la prise de conscience des institutions de l’État que la dissociation de l’économie informelle est une nécessité impérative pour l’intérêt de l’Etat, des investisseurs et du développement économique et social.

Elle a également fait savoir que la volonté de l’Etat intervient pour fonder un nouveau modèle, qui met fin à toutes sortes de contrôle des atouts de la région, à travers la construction d’une base solide pour un projet réformiste de développement, accordant à ces régions frontalières une importance susceptible de valoriser ses ressources pas convenablement exploitées. «L’expérience de la Coalition constitue l’un des résultats directs de la nouvelle politique économique, qui a fait des investisseurs un partenaire stratégique dans ce projet, élaboré par SM le Roi depuis son intronisation», précise le communiqué. Les premiers signes de changement ont été constatés lors des quatre dernières années, dont en premier lieu la concrétisation de la flexibilité au sein de l’administration, à travers une réactivité positive de la part de l’administration territoriale dans sa relation avec les investisseurs, ajoute la même source, notant que l’administration des douanes a connu une «grande mutation positive» dans la gestion de ses tâches quotidiennes, son interaction avec les problèmes des importateurs ainsi que sa résolution de plusieurs dossiers dans le cadre d’une approche participative inclusive.