Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Produits de première nécessité : les prix restent stables


Rédigé par S. K. le Jeudi 16 Avril 2020

La cherté des produits de première nécessité décriée, de temps à autres, sur les réseaux sociaux ne serait qu'une illusion selon le ministère de l’Economie et des finances !



Pâtes et féculents, best sellers i contestés du confinement
Pâtes et féculents, best sellers i contestés du confinement
Selon un communiqué du ministère de l’Economie et des Finances, la commission interministérielle chargée du suivi de l’approvisionnement, des prix et de la qualité constate que la situation de ravitaillement des marchés est normale concernant tous les produits de première nécessité, que ce soit les produits alimentaires, d’hygiène ou énergétiques.

En effet, assure le communiqué, les prix de la majorité des produits sont stables, ajoutant que les prix des fruits et légumes ont continué leur trend baissier cette semaine par rapport à la semaine précédente. Et de préciser que les prix ont connu une baisse de 5% pour la tomate, l’oignon vert (-5,5%), l’oignon sec (-5%), la pomme de terre (-3%), les carottes (-4%), le poulet vivant (-3%). Quant aux prix des viandes rouges et des légumineuses, ils sont stables.

La commission, réunie ce jeudi 16 avril, a relevé également que pour ce qui est de la qualité des marchandises et produits stockés ou présentés à la vente, les commissions mixtes ont procédé à la saisie et à la destruction de plus de 162 tonnes de marchandises impropres à la consommation ou non conformes aux normes requises.
 
Au niveau du contrôle des prix et de la qualité des produits alimentaires, les interventions des commissions mixtes provinciales et locales, durant la période du 1er au 12 courant, ont concerné environ 22.000 points de vente en gros et au détail et des entrepôts de stockage. Elles ont conduit à la constatation de 340 infractions en matière de prix et de qualité des produits alimentaires. Ces infractions sont ventilées en 252 pour défaut d’affichage des prix, 52 pour non présentation de factures, 22 pour hausses illicites de prix réglementés, 4 pour non-respect des normes de qualité et d’hygiène, en plus de 10 autres infractions diverses. Les mesures réglementaires ont été prises à l’encontre des contrevenants, ajoute la même source.

Par ailleurs, le communiqué annonce que la commission interministérielle poursuivra la tenue régulière de ses réunions pour suivre l’évolution de la situation des marchés, le niveau de l’approvisionnement et des prix et le bilan des interventions des commissions de contrôle pour faire face à tout type de fraude, de monopolisation, de spéculation ou de manipulation des prix.