Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Proche-Orient : Vers une guerre Israël-Hezbollah ?


le Jeudi 21 Mai 2020

Vingt ans après que le Hezbollah a éjecté Israël du sud du Liban, les deux parties se prépareraient à un autre conflit



Un combattant du Hezbollah, sur les frontières avec la Palestine occupée.
Un combattant du Hezbollah, sur les frontières avec la Palestine occupée.
Les troupes israéliennes frappent des cibles du Hezbollah dans la Syrie voisine et se préparent pour ce qui pourrait être une invasion du Liban. Le Hezbollah renforce ses propres forces et menace d’envahir Israël. Les ennemis acharnés échangent régulièrement des avertissements et des menaces.

« Nous nous préparons sérieusement pour la prochaine guerre. Nous ne prenons aucun raccourci parce que nous comprenons que nous devons être extrêmement forts pour vaincre l’ennemi », a déclaré le colonel Israel Friedler, un commandant israélien qui a supervisé un exercice d’une semaine simulant la guerre avec le Hezbollah dans une base du nord Israël.

Le Hezbollah a émergé dans les années 1980, financé par l’Iran pour combattre les troupes israéliennes occupant le sud du Liban. Une longue guerre de guérilla, caractérisée par des bombes en bordure de route et des attaques de tireurs d’élite, a finalement contraint Israël à se retirer en mai 2000. Et à l’exception de la débâcle israélienne en 2006, la frontière volatile est restée largement calme.

Depuis lors, le Hezbollah est devenu l’entité militaire et politique la plus puissante du Liban. Le parti et ses alliés dominent le Parlement libanais et sont le principal pouvoir derrière le gouvernement du Premier ministre Hassan Diab.

Une force prépondérante

« Au niveau national, le Hezbollah est devenu la force prépondérante au Liban », a déclaré Hilal Khashan, professeur de sciences politiques à l’Université américaine de Beyrouth. Mais au niveau régional, a-t-il déclaré, « la position du Hezbollah est précaire » en raison des pressions israéliennes, des troubles intérieurs et des problèmes pour ses bienfaiteurs iraniens.

Le mouvement peut difficilement se permettre un autre affrontement massif avec Israël. L’économie libanaise est en ruine, environ la moitié de la population vivrait dans la pauvreté - y compris dans les bastions du Hezbollah - et les finances du groupe souffrent en raison des sanctions américaines imposées à lui et à l’Iran. Il a également subi de lourdes pertes dans la guerre civile syrienne, perdant quelque 2000 combattants alors qu’il combattait aux côtés des forces du président syrien Bachar Assad. Autrefois considéré comme un mouvement de libération, le Hezbollah est désormais considéré par beaucoup au Liban et dans la région comme un pion iranien. Qassim Qassir, un expert du Hezbollah, a déclaré que le groupe n’avait aucun intérêt à partir en guerre mais se préparait depuis longtemps à la bataille. « La bataille ne sera pas seulement une bataille de missiles », a-t-il déclaré, une référence selon laquelle le Hezbollah pourrait tenter d’envahir des parties du nord d’Israël.

Dans une région remplie d’adversaires, Israël considère le Hezbollah comme sa menace la plus dure et la plus immédiate.

Frapper n’importe où en Israël

Pendant la guerre de 2006, le groupe a lancé quelque 4000 roquettes en Israël, pour la plupart des projectiles non guidés à portée limitée. Aujourd’hui, des responsables israéliens disent que le Hezbollah possède quelque 130.000 roquettes et missiles capables de frapper pratiquement n’importe où en Israël. Ils disent qu’il dispose de missiles antichars sophistiqués, d’équipements de vision nocturne et de capacités de cyber-guerre.

Le Hezbollah opère le long de la frontière. Il a également établi une présence dans le sud de la Syrie, près des hauteurs du Golan contrôlées par Israël, offrant un front supplémentaire dans une future guerre. Plus important encore, Israël pense que le Hezbollah essaie de développer et de construire des missiles à guidage de précision. Les responsables israéliens disent que ni les problèmes de l’Iran - y compris la crise des coronavirus, la chute des prix du pétrole et les sanctions américaines - ni les problèmes intérieurs du Liban n’ont changé le comportement du Hezbollah. Ils soulignent une récente tentative du Hezbollah de faire voler un drone dans l’espace aérien israélien et un incident survenu le mois dernier au cours duquel des agents présumés du Hezbollah ont endommagé une clôture le long de la frontière israélo-libanaise.