Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Pour Didier Raoult, le vaccin contre la Covid ne de devrait pas susciter autant d’enthousiasme


Rédigé par le Jeudi 20 Août 2020

Alors que la course au vaccin contre la COVID-19 s’intensifie, Didier Raoult, grand apôtre du traitement controversé contre le coronavirus à base d'hydroxychloroquine, a annoncé dans une déclaration à la presse, qu’il n’y a aucun intérêt à se faire vacciner.



Alors que la Russie ait annoncé la finalisation du très attendu vaccin de la COVID-19, et que plusieurs autres pays continuent leurs avancées pour le développement de leurs propres vaccins, le Professeur Didier Raoult estime qu'un vaccin contre une maladie « pas plus grave que la grippe » ne de devrait pas susciter autant d’enthousiasme.

Exprimant sa logique des choses, Didier Raoult a soulevé la question «qui voudra se faire vacciner contre un truc qui ne tue pas ? », et revient sur ce qu’il qualifie « plus grand scandale sanitaire de tous les temps » évoquant la mise à l’écart du traitement à l’hydroxychloroquine et l’azythromicine, dont il continue à défendre l’efficacité. Pour Raoult, il n'y a qu'une véritable solution à la maladie : "on s'occupe des gens, on les détecte, et on les traite".

Raoult explique que « cette maladie n'est pas plus mortelle que les autres, son taux de mortalité est bien en dessous des 2 %. », et ajoute que la maladie n’est plus ce qu’elle était en février et mars, affirmant que les cas actuels sont différents de ceux déclarés au début de la pandémie, soulignant que les formes actuelles sont davantage bénignes, et ne présentent plus du tout de troubles de la coagulation.

Pour rassurer les internautes et appuyer l’inutilité d’un vaccin, Didier Raoult évoque ‘le grand mystère des maladies infectieuses’, expliquant qu’  « au début elles sont graves, puis le sont moins. Peut-être est-ce dû à l'immunité qui se développe dans la population ? C'est une hypothèse. La seule certitude, c'est que toutes les épidémies finissent par disparaître ».

  


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 23 Septembre 2020 - 19:16 Anniversaire de l’ONU : Une arène virtuelle