L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal






Actu Maroc

Politique sociale : Une approche participative pour la mise en oeuvre optimale de la protection sociale


Rédigé par Kawtar CHAAT le Jeudi 9 Juin 2022

Pour l’Exécutif, l’approche participative est un levier essentiel pour la réussite du chantier de la généralisation de la protection sociale. C’est à cet effet que le chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, a appelé, mardi à Rabat, tous les départements ministériels à mutualiser leurs efforts.



Dans le débat sur le développement, les programmes de protection sociale sont de moins en moins perçus comme un coût et de plus en plus comme un investissement économique capable de réduire la pauvreté et de favoriser l’inclusion sociale. Présidant une réunion sur la généralisation de la protection sociale, Akhannouch a rappelé, selon un communiqué du Département du chef du gouvernement, les instructions royales concernant la généralisation de la protection sociale à tous les Marocains.

La réunion a porté sur les progrès réalisés jusqu’à présent dans la stratégie nationale d’extension de la couverture sociale à tous les Marocains, notamment en matière de soins de santé, et sur la nécessité d’accélérer sa généralisation. Akhannouch a ainsi réitéré l’engagement du Royaume à étendre les mesures de protection sociale à tous les Marocains dans le cadre des instructions du Souverain, prononcées dans le discours royal d’octobre 2020 marquant l’ouverture de la nouvelle session parlementaire.

Nouvelles préoccupations

Sa Majesté le Roi a présidé, rappelons-le, le 14 avril 2021 à Fès, la cérémonie de lancement de la mise en oeuvre du projet de généralisation de la protection sociale et la signature des premiers accords y afférents. Aujourd’hui, le processus de déploiement de ce chantier stratégique se poursuit grâce à la mobilisation des différents départements et acteurs.

Cependant, si la fourniture d’une protection sociale a traditionnellement été considérée comme moyen pour préserver les niveaux de vie de base pour tous, les systèmes de protection sociale doivent désormais avoir un effet préventif et durable. La conjoncture actuelle souligne la nécessité de renforcer la résilience des individus, des familles et des communautés et améliorer la capacité de réagir aux risques de la vie. Les nouvelles consultations de l’Exécutif prendront-elles en compte ces nouveaux enjeux ?

Au-delà de la protection des personnes vulnérables contre les risques, les systèmes de protection sociale qui sont placés au coeur du renforcement du capital humain, et qui couvrent un large éventail d’initiatives privées et publiques, visent à investir dans les capacités et les droits afin d’améliorer les chances socioéconomiques et réduire la vulnérabilité. L’implémentation du chantier de la protection sociale aura un impact direct et tangible en termes d’amélioration des conditions de vie des Marocains et de préservation de leur dignité, ainsi que de construction d’un Etat social, énumère le chef du gouvernement, exprimant ainsi son intention d’adapter le projet à la situation actuelle, marquée par l’incertitude.

Les efforts du Maroc pour étendre le chantier de la protection sociale ont permis d’atteindre des résultats positifs ces derniers moi. Akhannouch a révélé, plus tôt cette année, un projet de loi prévoyant d’inclure 1,6 million d’agriculteurs marocains dans les programmes de protection sociale.

Ce projet royal, qui bénéficiera dans un premier temps aux agriculteurs, artisans et professionnels de l’artisanat, aux commerçants, professionnels et prestataires indépendants soumis au régime de contribution professionnelle unique (CPU), au régime de l’auto-entrepreneur ou au régime de la comptabilité, devra s’étendre dans une second temps à d’autres catégories dans la perspective d’une généralisation effective de la protection sociale pour tous les citoyens.

Une intervention sociale participative

Cette rencontre s’est déroulée en présence de la ministre de l’Economie et des Finances, Nadia Fettah, du ministre de la Santé et de la Protection sociale, Khalid Ait Taleb, du ministre délégué auprès du ministre de l’Économie et des Finances chargé du Budget, Fouzi Lekjaa, en plus du Directeur Général de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS), Hassan Boubrik. Elle permet ainsi au gouvernement de suivre la mise en oeuvre du projet de généralisation de la protection sociale et de constater l’avancement des travaux selon le calendrier lié à ce projet, a observé le Département.

En effet, dans une déclaration à la presse à l’issue de la réunion ministérielle, le ministre délégué auprès du ministre de l’Économie et des Finances chargé du Budget, Fouzi Lekjaa, a indiqué que le chef du gouvernement s’est informé sur l’état d’avancement de l’ensemble des actions entreprises par les différents départements ministériels pour la mise en oeuvre du chantier, ainsi que sur les opérations à accomplir pour que 2022 soit l’année de l’adhésion de tous les Marocains, sans exception, à cette couverture.

En plus d’évaluer les progrès réalisés dans l’expansion du projet de protection sociale au Maroc, Akhannouch a donné de nouvelles instructions aux ministres et au directeur de la CNSS présents pour mettre l’accent sur la nécessité de la coopération interdépartementale afin d’accélérer le rythme d’adoption des dispositifs de protection sociale parmi les différents segments sociaux du Maroc.

Cette approche participative adoptée par l’Exécutif situe le bien-être social dans le contexte plus large d’un modèle de développement social rendant la protection sociale un projet commun transformateur, conduisant à des résultats économiques positifs, à une société plus durable et résiliente. Cela dit, le gouvernement continue de s’attacher à sa volonté d’institutionnaliser le dialogue social afin de parvenir à un accord conjuguant les dimensions sociale et économique et tenant compte des conjonctures nationale et internationale.

Ainsi, il devient palpable que formuler des recommandations visant à élargir l’étendue de la protection sociale en termes de nombre de personnes et de risques sociaux couverts, et renforcer l’efficacité des régimes actuels en termes de niveaux de prestations, de cohérence, d’équité et de qualité des services, sont les objectifs de ces réunions périodiques initiées par le gouvernement, pour veiller à une concrétisation correcte et au respect du calendrier relatif à ce chantier national, et qui inscrivent ledit chantier social dans une démarche durable et participative.



Kawtar CHAAT


Ajustement des dépenses publiques ?
 
La protection sociale n’est pas une simple combinaison de politiques économiques sur le lieu de travail et dans les zones de production, c’est également un ensemble de mesures dans le domaine social, qui permet des contributions substantielles à la génération de cadres d’égalité, en réduisant les écarts d’inégalité et l’éradication de la pauvreté et de l’exclusion sociale.

L’initiative des Nations Unies pour un socle de protection sociale qui appelle à l’accès universel aux transferts et services sociaux essentiels stipule qu’afin de garantir l’efficacité des systèmes de protection sociale, il est nécessaire d’analyser l’impact des tendances à la contraction budgétaire et à l’ajustement des dépenses publiques, et d’identifier les besoins des communautés vulnérables.