Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Pétition : La colère des parents d’élèves du Lycée Lyautey gronde


Rédigé par Anass Machloukh le Dimanche 6 Septembre 2020

Après que la mission française ait décidé d’adopter un modèle quasi-présentiel, les parents d’élèves du Lycée Lyautey de Casablanca semblent inquiets de la sécurité de leurs enfants. Dans une pétition sur la plateforme avaaz, ils exigent des garanties plus rassurantes avant de les envoyer sur les bancs du lycée.



Il semble que le choix de la Mission française d’opter pour un mode d’enseignement quasi-présentiel pour la rentrée scolaire ne soit pas en mesure de rassurer totalement les parents des élèves. En dépit de toutes les garanties annoncées pour assurer la sécurité des apprenants, ceci ne semble pas apaiser les craintes des tuteurs qui augmentent au fur et à mesure que la rentrée approche.

Les parents d’élèves du Lycée Lyautey de Casablanca ont exprimé leur inquiétude à travers une pétition adressée à la direction de l'établissement et exigeant des conditions sécuritaires plus rassurantes aussi bien pour les élèves que pour leur entourage. « Nous, parents d’élèves du Lycée Lyautey, voulons que nos enfants reprennent les bancs de l’école, mais dans des conditions sécuritaires pour leur santé et celle de leur entourage », peut-on lire dans le texte accompagnant la pétition.

Ainsi, ces derniers ont demandé la réduction du nombre d’élèves à moins de 20 personnes par classe avec un  réaménagement des horaires des cours de façon à ce qu’ils se déroulent en demi-journées, afin d’éviter les rassemblements indésirables à la cantine, ainsi que pour soulager les enfants du port du masque toute la journée.

En outre, la pétition revendique qu’une classe soit réservée entièrement pour chaque groupe dans le but de limiter les déplacements entre les salles. Il est également demandé de mettre en place une véritable alternative en matière d’enseignement à distance.

La Mission française avait décidé de se conformer aux décisions du Ministère marocain de l'éducation nationale, après une première sortie où l'un de ses établissement basés à Rabat avait clairement signifié l'adoption d'un mode d'enseignement où le présentiel est la règle, et le distanciel l'exception. Malgré ce rétropédalage qui s'explique par des considérations purement diplomatiques, le Service de Coopération et d'Action Culturelle (SCAC) relevant de l'ambassade française au Maroc avait fini par laisser entendre qu'il recommandait le présentiel. Notamment en vantant les vertus de l’interaction avec les enseignants et le maintien de liens sociaux et affectifs comme éléments essentiels à l’épanouissement des élèves.

Le SCAC avait également assuré que les établissements scolaires proposeront le présentiel dans des conditions convenables et confortables tout en exigeant une présence et une implication spécifiques des parents. Toutefois, il apparaît que ces derniers n’ont pas du tout l’air satisfaits de ce qui leur est proposé. En plus ce ceux du Lycée Lyautey de Casablanca, des parents des élèves du lycée Descartes de Rabat étaient montés au créneau avec une lettre ouverte nommée « Gouverner c’est prévoir » destinée aux responsables de l’Enseignement Français au Maroc où ils ont fustigé leur tâtonnement à l’approche de la rentrée. Ils ont également appelé à une assemblée générale extraordinaire réunissant l’ensemble des parents d’élèves.