Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Pédophile français : Quinze ans de prison après une cavale de 15 ans au Maroc


Rédigé par Siham Mdiji le Vendredi 23 Avril 2021

Après une cavale de plus d’une décennie au Maroc, un français vient d’écoper de 15 ans de prison pour des agressions sexuelles en France. Détails.



Devant les assises du Finistère, un français originaire de Quimper a été condamné, jeudi dernier, à 15 ans de prison ferme pour des faits remontant à 2006. 

Alors qu’il était soupçonné de viols, tentatives de viols et agressions sexuelles sur sa fille et sa nièce, âgées de 4 et 11 ans, l’homme de 67 ans avait réussi à prendre la fuite au quatrième jour de son procès où il comparaissait libre, a rapporté 20minutes.

«Il avait bien préparé sa fuite, vidant quelques jours avant son procès ses comptes bancaires et achetant un billet d’avion aller simple pour Casablanca», a souligné la même source, ajoutant qu’«il avait été condamné par défaut à treize ans de réclusion criminelle », en décembre 2007.  

A la suite de quoi, le procès a été renvoyé et un mandat d’arrêt a été lancé à son encontre.

Condamnation à 12 ans au Maroc

Arrêté pour « constitution d’une association criminelle », « pédophilie » et séjour « illégal » au Maroc, le sexagénaire avait écopé de 12 ans de prison par un tribunal de Casablanca en 2013. Selon les médias locaux, il entretenait des relations avec deux jeunes domestiques qui, considérés comme ses complices, ont été condamnées chacune à 8 mois de prison. Ces dernières lui rabattaient des fillettes d’une dizaine d’années.

L’affaire a été dévoilée par la police de Casablanca lorsque la grand-mère de l’une des victimes a dénoncé le crime commis sur sa petite fille, âgée de moins de 7 ans.

Après avoir purgé sa peine au Maroc, il a été extradé en France où il est actuellement détenu à la maison d’arrêt de Villepinte, dans le département de la Seine-Saint-Denis. Lors de son procès, programmé du 19 au 23 avril à Quimper, l’accusé a nié tous les faits qui lui sont reprochés.