Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Palestine : Washington veut renverser Abbas par Dahlan


le Samedi 19 Septembre 2020

L’ambassadeur américain en Israël, David Friedman, a déclenché un tollé auprès des Palestiniens en s’ingérant dans les questions internes de la Palestine.



Palestine : Washington veut renverser Abbas par Dahlan
Friedman a suggéré que Washington envisageait de soutenir l’ancien homme fort du Fatah en exil, Mohammed Dahlan, pour renverser le président palestinien Mahmoud Abbas. «Nous y réfléchissons, mais nous n’avons aucun désir d’ingénier la direction palestinienne», a déclaré Friedman dans une interview publiée jeudi par le journal Israel Hayom.

L’entretien suggère aussi qu’il y a des éléments au sein de l’administration américaine qui sont en faveur de soutenir Dahlan pour renverser Abbas en tant que prochain chef de l’Autorité palestinienne.

L’envoyé américain a également suggéré que le régime de Tel-Aviv va de l’avant avec son plan d’annexion illégale de plus de territoire palestinien. Les remarques de Friedman sont intervenues après avoir assisté à la signature d’accords de normalisation entre Israël, Bahreïn et les Émirats arabes unis (EAU) lors d’un événement organisé par les États-Unis organisé par le président Donald Trump à la Maison Blanche à Washington mardi.

Les Palestiniens, qui cherchent un État indépendant en Cisjordanie occupée et à Gaza avec Jérusalem-Est comme capitale, considèrent ces accords comme une trahison de leur cause.

«Politique de chantage»

Abbas qui a protesté contre les accords de normalisation avec Tel-Aviv, a mis en garde contre les tentatives de contournement du peuple palestinien, soulignant que l’administration américaine et le régime israélien porteront l’entière responsabilité des graves répercussions de ces offres. 

Le porte-parole du président palestinien Nabil Abu Rudeineh a catégoriquement rejeté les supputations de Friedman, soulignant que la campagne de pression de Washington contre la nation palestinienne et le président Abbas est vouée à l’échec.

«Seul notre peuple palestinien peut décider de sa direction selon les fondements démocratiques posés par l’Organisation de libération de la Palestine (OLP). L’ambassadeur des États-Unis en Israël, David Friedman, tente de faire pression sur les dirigeants palestiniens par des menaces, des intimidations et une politique bon marché de chantage », a-t-il déclaré.

«Les campagnes suspectes et les complots visant à liquider notre cause nationale, en particulier ceux ciblant la question de Jérusalem al-Qods et de ses sites sacrés en plus des symboles de la nation palestinienne, sont rejetés. Le peuple palestinien dressera la carte [de son État indépendant] et choisira le leadership qui garantira le mieux ses droits et principes nationaux. 

«Une faillite politique américaine»

Le Premier ministre palestinien Mohammad Shtayyeh a déclaré que les remarques de Friedman s’inscrivaient dans un complot américano-israélien connu de tous.

« Certains Arabes sont clairement impliqués dans le complot afin de saper la légitimité du président Mahmoud Abbas, en raison de sa fermeté et de son courage pour défendre les droits des Palestiniens, de son refus de capituler devant les diktats américano-israéliens et de sa résilience face aux pressions de certains ».

Les déclarations de Friedman, a-t-il dit, constituent une faillite politique et reflètent le niveau d’arrogance de l’administration Trump à l’égard des droits nationaux légitimes des Palestiniens et de leurs dirigeants élus.

« De tels commentaires ne feront que renforcer la détermination des Palestiniens à se rallier autour de leur leadership légitime jusqu’à ce qu’un État indépendant soit créé aux frontières de 1967 avec al-Qods comme capitale, et le droit au retour des Palestiniens est réservé conformément à la résolution de l’Assemblée générale des Nations Unies 194 », a déclaré Shtayyeh.

Dahlan est une figure controversée hébergée par les Émirats arabes unis (EAU) et l’Égypte, et fait face à des poursuites judiciaires en Palestine et en Turquie pour plusieurs chefs d’accusation, notamment de meurtre, de corruption et d’implication dans la tentative de coup d’État avortée de 2016 contre le président turc Recep Tayyip Erdogan.

Il a été condamné par contumace à trois ans de prison en 2016 par un tribunal palestinien pour corruption, et condamné à rembourser 16 millions de dollars, selon ses avocats.

Dahlan a mené une fois un coup d’État contre le gouvernement élu du Hamas à Gaza en 2007.  

Le plan a été un échec massif et en quelques jours à l’été 2007, le mouvement de résistance a chassé les forces de Dahlan.