L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search



International

Palestine : Washington dénonce la démarche provocatrice de Ben Gvir sur l'esplanade des Mosquées


Rédigé par L'Opinion Lundi 22 Mai 2023

Les Etats-Unis ont dénoncé dimanche la "visite provocatrice" d'un ministre israélien d'extrême droite sur l'esplanade des Mosquées, à Jérusalem-Est occupé et annexé par Israël.



Le gouvernement américain est "préoccupé par la visite provocatrice" du ministre de la Sécurité intérieure Itamar Ben Gvir, a déclaré dans un communiqué le porte-parole du département d'Etat Matthew Miller.

Les Américains ont également dénoncé la révocation des mesures empêchant les Israéliens d'établir une présence dans l'avant-poste de Homesh.

Les États-Unis, qui ont exprimé leur "préoccupation", dimanche, après la "visite provocatrice" du ministre israélien de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir, sur "l’esplanade des mosquées", selon un communiqué, ont également dénoncé la "rhétorique incendiaire qui l'accompagne".

"Cet espace sacré ne doit pas être utilisé à des fins politiques et nous appelons toutes les parties à respecter son caractère sacré", a ajouté M. Miller. "De manière plus générale, nous réaffirmons la position de longue date des États-Unis en faveur du statu quo historique sur les lieux saints de Jérusalem et soulignons le rôle particulier de la Jordanie en tant que gardienne des lieux saints musulmans à Jérusalem", a ajouté Matthew Miller.
 
Washington dénonce la politique d'Israël des implantations
 
Les Américains ont également dénoncé la politique d'Israël concernant les implantations de Cisjordanie, en particulier la révocation des mesures empêchant les Israéliens d'établir une présence dans l'avant-poste de Homesh.

Homesh, "selon la loi israélienne, a été construit illégalement sur des terres palestiniennes privées", a déclaré Matthew Miller, tout en appelant le gouvernement israélien à respecter les engagements pris envers les États-Unis sous l'égide de l'actuel Premier ministre et des précédents.

La condamnation américaine s’ajoute à celles de plusieurs États arabes, dont la Jordanie. Le Royaume hachémite, qui administre les sites religieux musulmans de Jérusalem, a qualifié la visite d’Itamar Ben Gvir de "démarche provocatrice" violant le statu quo à Jérusalem. "Nous sommes les propriétaires de Jérusalem et de toute la terre d'Israël", avait auparavant déclaré le ministre israélien.

L’esplanade des Mosquées où se trouvent actuellement le dôme du rocher et la mosquée al-Aqsa, est le lieu qui cristallise le  conflit israélo-palestinien.
 
 
Trois Palestiniens tués par les forces israéliennes en Cisjordanie
 
Par ailleurs, trois combattants palestiniens ont été tués dans la nuit de dimanche à lundi dans une nouvelle opération israélienne en Cisjordanie occupée. Selon le ministère de la Santé palestinien, Mohammad Abou Zaytoun, 32 ans, Fathi Abou Rizk, 30 ans, et Abdallah Abou Hamdane, 24 ans, ont été tués par balles dans le camp de réfugiés palestiniens de Balata à Naplouse, dans le nord de la Cisjordanie, et six personnes ont été blessées, dont une grièvement.

Les Brigades des martyrs d'Al-Aqsa, la branche armée du parti Fatah du président palestinien Mahmoud Abbas, ont affirmé dans un communiqué que les trois hommes tués étaient des "combattants" du groupe.

A la morgue de Balata, un photographe de l'AFP a vu trois corps recouverts de drapeaux palestiniens dont deux portaient sur le front un ruban jaune avec écrit "Fatah", avant le début des funérailles.

La présidence palestinienne a dénoncé lundi "un véritable massacre".
Son porte-parole, Nabil Abou Roudeina, a qualifié les opérations répétées des forces israéliennes à Naplouse de "crime de guerre majeur et une punition collective à laquelle il faut mettre fin immédiatement", appelant "l'administration américaine à intervenir immédiatement pour arrêter la folie israélienne".

La balle qui a tué Sherine était israélienne et délibérée

Une émission da la chaine Al Jazeera révèle que les autorités israéliennes ont délibérément manipulé les enquêtes sur le meurtre de journalistes.

L'émission "Ce qui est caché est plus grand" diffusée vendredi dernier par la chaîne Al-Jazeera et présentée par le journaliste palestinien, Tamer Al-Mishal, a révélé une surprise au sujet du responsable de l'assassinat de la journaliste palestinienne d'Al-Jazeera, Sherine Abu Aqleh.

Selon l’émission, un haut responsable israélien du cabinet de l'ancien ministre israélien de la Défense Benny Gantz a avoué à des responsables américains que la balle qui a tué Abu Aqelah avait été tirée par un soldat israélien.

Le programme a cité une source qui avait vu cette confession disant que le responsable israélien avait déclaré : «Tuer Shirine était une erreur», mais il a insisté sur le fait qu'Israël ne l'annoncerait pas ou ne l'admettrait pas officiellement.

L'émission a révélé des documents prouvant l'ampleur de la manipulation délibérée par les autorités d'occupation dans les enquêtes sur des cas d'assassinats de journalistes dans les territoires palestiniens pour échapper à la responsabilité et aux sanctions.

Chris Cobb Smith, un ancien consultant de l'unité d'analyse audio et vidéo du FBI, est apparu dans le programme, entreprenant une analyse audio approfondie du film diffusé sur l'assassinat de Sherine, soulignant que la balle qui a touché Sherine a été tiré par un groupe de soldats de l'occupation qui se trouvaient à une distance de 200 mètres d'elle, et que la balle était "délibérée et non aléatoire".

L'enquêteur britannique a parlé d'un manquement total à enquêter et à admettre la responsabilité de la part de l'armée et des autorités israéliennes. Smith doutait que la personne qui a tiré sur Sherine soit tenue pour responsable.



Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 14 Juillet 2024 - 17:51 Palestine : Hamas arrête les négociations







🔴 Top News