Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Palestine : Une 3ème Intifada en vue ?


le Lundi 6 Juillet 2020

Une troisième Intifada semble imminente si Israël va de l’avant avec son plan très controversé d’annexion de parties des territoires palestiniens occupés.



Palestine : Une 3ème Intifada en vue ?
Dans une déclaration à France 24 arabe samedi, Nabil Shaath a souligné que les deux principaux groupes palestiniens, le Hamas et le Fatah, basés respectivement dans la bande de Gaza et en Cisjordanie, sont d’accord sur une nouvelle Intifada si Israël annexait la Cisjordanie.

«Lorsque les choses s’enflammeront, et que cela deviendra une intifada à part entière, nous verrons une combinaison de forces entre Gaza et la Cisjordanie», a-t-il dit.

Shaath a indiqué également qu’il s’attendait à ce que le soulèvement palestinien potentiel soit financé par le monde arabe.  

La première intifada, qui a eu lieu en 1987-1993, a impliqué des manifestations palestiniennes, des boycotts de masse et des grèves générales ainsi que des attaques contre les forces israéliennes à l’aide de pierres, de cocktails Molotov et d’armes à feu.

La deuxième Intifada a comporté de nombreuses autres batailles et bombardements lancés. Elle a commencé en 2000 et a duré jusqu’en 2005, faisant 3200 Palestiniens et environ 1000 Israéliens morts.

La coalition au pouvoir en Israël, dirigée par le Premier ministre Benjamin Netanyahu, avait annoncé le 1er juillet, comme date de lancement du projet d’imposer la «souveraineté» sur environ un tiers de la Cisjordanie, y compris les colonies et la fertile vallée du Jourdain. Le régime israélien, n’a cependant, pas lancé l’offre de saisie des terres à la date fixée au milieu des divergences croissantes entre Netanyahu et son partenaire de coalition, le ministre des Affaires militaires Benny Gantz. 

L’annexion toujours à l’ordre du jour

Le ministre israélien du Travail, des Affaires sociales et des Services, Ofir Akunis, a souligné que les responsables travaillaient toujours sur les détails du plan avec leurs homologues américains.

Akunis a également déclaré qu’il s’attendait à ce que l’annexion ait lieu plus tard ce mois-ci après que le président américain Donald Trump a publié une déclaration sur la question.

Le président américain avait déjà donné le feu vert à Tel-Aviv pour la mainmise sur les terres palestiniennes dans son «accord du siècle» autoproclamé, qui a été dévoilé en janvier dans le but de redessiner la carte du Moyen Orient.

Mais récemment, il y a eu des signes de déclin du soutien de Trump à l’accord d’annexion, certains analystes affirmant que le président américain avait déjà trop de choses à gérer à la lumière des élections à venir et de la crise Covid-19 qui saisit les États-Unis, et n’est donc pas en mesure de poursuivre son soutien controversé au projet d’annexion des pans de la Cisjordanie de Netanyahu.

La tentative d’Israël de consolider illégalement son occupation de la Palestine a suscité de vives condamnations internationales, même de la part de certains des plus proches alliés du régime.

Hamas et Fatah promettent l’unité

L’ONU, l’UE et les principaux pays arabes ont tous déclaré que l’annexion de la Cisjordanie violerait le droit international et saperait les perspectives de création d’un État palestinien souverain aux frontières de 1967.

Lors d’une conférence de presse conjointe le 2 juillet, le Hamas et le Fatah ont promis l’unité contre l’annexion par Israël des zones palestiniennes et ont promis de «renverser» le plan de Trump au Moyen-Orient.

Le député israélien Ayman Odeh du parti d’opposition Joint List a également assisté à la conférence. «Je participe à la conférence de Ramallah pour soutenir les mouvements de réconciliation palestiniens. La réconciliation entre les factions est une étape nécessaire dans la lutte contre l’annexion, la fin de l’occupation et l’instauration d’une paix juste », a-t-il déclaré dans un communiqué.