L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search


L'Opinion

Pacte migratoire européen : Le Maroc a aussi son mot à dire


Rédigé par Soufiane CHAHID le Lundi 15 Avril 2024



Pacte migratoire européen : Le Maroc a aussi son mot à dire
Le 10 avril, les eurodéputés ont adopté un nouveau texte sur la gestion des flux migratoires aux frontières de l’Union Européenne. Dénommée «Pacte sur la migration et l’asile», cette réforme vise à transformer la politique migratoire vers une nouvelle approche, comprenant des conditions d’entrée plus strictes ainsi que la solidarité des Vingt-Sept dans la gestion des nouveaux arrivants.

Afin de soulager la pression sur les pays d’arrivée tels que l’Italie, l’Espagne ou la Grèce, le pacte propose également d’»externaliser» une partie de la gestion des flux migratoires au-delà des frontières de l’UE. En d’autres termes, l’UE s’attend à ce que les pays frontaliers mobilisent davantage de ressources pour contrôler ces flux. Cela concerne notamment le Maroc, qui joue déjà depuis des décennies le rôle de bouclier contre la fameuse «route migratoire occidentale» remontant d’Afrique de l’Ouest et centrale vers le territoire espagnol.

Cependant, malgré une aide financière plus que modeste et un manque de soutien logistique de la part de l’UE, le Maroc déploie d’énormes moyens pour atteindre cet objectif. La police, la Gendarmerie Royale et les Forces Armées Royales (FAR) sont constamment mobilisées pour protéger les deux enclaves de Sebta et Mellilia, tandis que la Marine Royale est désormais principalement engagée dans le sauvetage des embarcations illégales qui tentent de rejoindre les îles Canaries.

Le Royaume agit ainsi au nom du bon voisinage et dans le cadre d’un partenariat plus global incluant le commerce, l’investissement et l’aide au développement. Cependant, Rabat avait déjà, par la voix de Khalid Zerouali, Wali et directeur de l’immigration et de la surveillance des frontières au ministère de l’Intérieur, demandé une aide plus conséquente de la part de l’UE. Le nouveau pacte migratoire européen prévoit de forger de nouveaux partenariats migratoires avec les pays tiers. Bruxelles a déjà conclu des partenariats stratégiques sur l’immigration avec la Tunisie, l’Egypte et la Mauritanie.

Le Maroc demandera certainement un partenariat d’égal à égal, respectant son intégrité territoriale et offrant une meilleure sécurité juridique pour les accords de pêche et agricole face aux attaques incessantes de nos ennemis devant les juridictions européennes.



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 16 Mai 2024 - 16:45 Retour aux fondamentaux de la paix !