Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Ouverture de l’App Store marocain : Le Royaume enfin dans les bonnes grâces d’Apple


Rédigé par Oussama ABAOUSS le Jeudi 23 Avril 2020

L’élargissement tardif des services en ligne d’Apple au Royaume est une bonne nouvelle pour les milliers d’afficionados marocains de la marque et une manne pour les développeurs basés au Maroc.



Apple a réalisé mardi sa plus importante extension de services à des nouveaux marchés depuis 10 ans.
Apple a réalisé mardi sa plus importante extension de services à des nouveaux marchés depuis 10 ans.
Mac ou PC, Android ou iOS ? Question existentielle pour les geeks dans le monde entier. Au Maroc, avec une digitalisation qui croît rapidement et une démocratisation de l’accès aux smartphones, les adeptes du tout Apple se comptent par centaines de milliers. Malgré leur fidélité à la marque à la pomme, ces utilisateurs pâtissaient d’un réel désavantage vis-à-vis de leurs pairs à l’international. L’absence du Maroc dans la liste des pays à partir desquels il était possible de bénéficier directement des services numériques liés à iOS bridait le potentiel d’utilisation des détenteurs de produits Apple. C’est maintenant une période révolue depuis que la marque a consenti à élargir ses services : le périmètre de l’App Store (magasin d’applications mobiles), d’Apple Arcade (jeux vidéo), d’Apple Podcasts et d’iCloud (stockage dématérialisé), vient de passer de 155 à 175 marchés. Du Cameroun au Monténégro en passant par le Maroc et l’Iraq, 20 pays de plus accueillent les services de la firme californienne. « Nous sommes ravis d’ouvrir aux utilisateurs de nouveaux pays les services les plus appréciés d’Apple » s’est félicité le vice-président d’Apple Music, Oliver Schusser dans un communiqué. Le retard de cette introduction dans le marché marocain soulève cependant quelques questions.

Un retard inexpliqué

«Apple ne considérait peut-être pas le Royaume comme un marché à fort potentiel. Maintenant que les produits de l’App Store sont enfin disponibles dans notre pays, je pense que la marque a enfin consenti à faire un effort pour s’adapter aux spécificités du marché marocain, même s’il n’est pas aussi attractif par rapport à d’autres pays», explique Yassine Boughaba expert IT. Toutefois, cet argument ne tient pas la route lorsque l’on sait que des pays de population, de PIB et de connectivité autrement comparables au Maroc, y était bien avant. C’est le cas notamment de notre voisine l’Algérie, mais aussi du Niger, de l’Angola, de la Tanzanie et du Yemen qui y sont depuis 2011, tandis que la Mauritanie, le Bénin et le Tchad y ont fait leur entrée en juin 2012.

Pourquoi donc le Maroc avec ses huit millions d’utilisateurs de smartphones, sa forte connectivité et sa politique d’achats en devise à l’international parmi les plus favorables a-t-il dû attendre douze ans avant d’être agréé parmi le club, pas aussi select finalement, d’App Store ? Pour Yassine Ouhabi, développeur d’applications et expert en marketing digital : «Ce retard pourrait s’expliquer par la frilosité qu’ont certaines plateformes à s’introduire au Maroc en raison de la réputation borderline et souvent injustifiée du pays en matière de protection de propriété intellectuelle, ainsi qu’en matière de piratage informatique».

D’autres raisons invoquées dans le passé faisaient état d’une supposée réticence des autorités fiscales nationales à autoriser l’entrée de ce service au Royaume avant l’acquittement de formalités administratives dont l’immatriculation fiscale et commerciale. Ce qui aurait fini par agacer la marque à la pomme qui aurait décidé de nous bouder en guise de représailles. Marché limité, potentiellement problématique ou simples considérations d’ordre administratif et fiscal ? Nous avons essayé d’en savoir plus auprès du management d’Apple auquel un questionnaire a été adressé mardi. Mais nous n’avons cependant pas reçu de réponse à ce jour.

Une aubaine pour les développeurs

Au-delà de la question du retard, la possibilité d’accéder aux multiples services d’Apple à partir du Maroc est néanmoins « une bonne nouvelle pour les utilisateurs basés dans le Royaume. En revanche pour équilibrer les achats qui iront à l’international, l’idéal serait d’encourager les développeurs marocains capables de proposer et de monétiser des produits via l’App Store », estime Yassine Boughaba. « Notre pays compte un grand nombre de développeurs et de startups qui pourraient générer de juteux bénéfices en devises», confirme Yassine Ouahabi.

Pour pouvoir exploiter ce filon sous-exploité d’un marché digital international, il importe «d’aider les startups et les développeurs basés au Maroc à rapatrier les fonds qu’ils gagnent avec leurs produits, à travers une fiscalité incitative et des procédures bancaires souples adaptées à ce genre d’activités » précise Yassine Boughaba. La présence d’applications réalisées par des Marocains dans l’App Store prouve que beaucoup n’ont pas attendu l’entrée de ce service au Maroc pour tenter de conquérir le marché digital accessible à travers Apple. La « ruée » n’a cependant pas pu atteindre son plein potentiel au vu du parcours de combattant qu’il fallait franchir avant de pouvoir proposer une application dans l’App Store depuis notre pays (voir interview).

Si Google Play est une alternative moins couteuse et plus facile d’accès, l’App store se révèle plus intéressant pour atteindre un marché certes plus exigeant, mais visiblement plus lucratif (voir infographie). Pour les développeurs comme pour les autorités marocaines, il n’est jamais trop tard pour bien faire. En somme tout le monde y gagne… sauf peut-être les bidouilleurs et intermédiaires des Joutiyas de Derb Ghallef à Casablanca, Bab El Had à Rabat ou encore Casa Barata à Tanger qui tiraient de juteux subsides du trafic de carte iTunes pré-payées et qui sont finalement l’unique dommage collatéral de la formalisation d’un marché qui est resté trop longtemps informel.

Oussama ABAOUSS

3 questions à Yassine Ouahabi, expert en marketing digital

Yassine Ouahabi
Yassine Ouahabi
« Un potentiel positif pour les développeurs d’applications au Maroc »
 
Créateur d’applications mobiles, Yassine Ouahabi répond à nos questions sur les possibilités qu’offre l’accès à App Store aux utilisateurs et aux développeurs marocains.

- Est-ce que l’ouverture de l’App Store aux utilisateurs marocains est une bonne nouvelle ?

-Certainement. Pour moi qui développe des applications pour les monétiser, je considère que c’est une opportunité. C’est une nouvelle perspective qui me permet de faire mon travail sans utiliser des moyens détournés pour publier mes applications sur App Store. Avant il me fallait passer par des associés à l’étranger pour exercer ce genre d’activités, ce qui impliquait beaucoup de frais. Maintenant l’accès peut se faire directement.

-Il vous est désormais possible de monétiser vos applications sans intermédiaire ?

Exactement. L’ouverture de l’App Store au marché marocain signifie bien sûr que les utilisateurs de produits Apple pourront acquérir directement des applications sur le Store, mais cela signifie également qu’il est désormais possible pour les développeurs marocains de publier leurs applications à partir du Maroc et ainsi recevoir des payements directement à travers le service In App Purshase.

- Les développeurs marocains ont donc un nouveau marché pour commercialiser leurs produits ?

-L’accès qui est maintenant possible à des comptes de développeurs au Maroc est un potentiel positif pour les startups et les développeurs d’applications au Maroc. Ils vont pouvoir cibler plus de monde, à savoir les 175 pays qui ont accès à l’App Store.

Receuillis par O. A.