Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Régions

Oriental : Pour une région frontalière modèle


Rédigé par Hiba CHAKER le Dimanche 5 Septembre 2021

Alors que la région regorge de richesses naturelles et de potentialités sociales et économiques, elle reste aujourd’hui enclavée et oubliée. L’Istiqlal présente son programme pour faire de l’Oriental une région modèle.



La région de l’Oriental, de par sa situation géographique et ses spécificités intrinsèques, dispose d’énormes atouts à même d’en faire un pôle économique distingué. Toutefois, la région souffre d’innombrables problèmes, notamment au niveau économique. Elle contribue seulement pour 4,9% au PIB national, ce qui la met dans la 8ème position parmi les 12 régions du Royaume. Même position pour le PIB par habitant qui est d’environ 1687 dirhams par mois.

Toutefois, l’Oriental est deuxième sur le podium quant au chômage, avec un taux de 18,7%, elle se place juste après celles du Sud du Royaume. Pour l’Istiqlal, le constat est clair et il est temps pour l’Oriental de s’aligner à la dynamique de développement national et de devenir un levier de croissance économique du pays.

Une vision complète, intégrée et faisable

La gestion des ressources dont dispose l’Oriental à hue et à dia l’a fait plonger dans les ténèbres du chômage et de la pauvreté. C’est ainsi que le parti de la Balance a annoncé la mise en oeuvre d’un programme spécial pour garantir un nouveau modèle de développement régional.

Ce programme s’inscrit dans le cadre d’une vision globale de développement qui vise à réduire les différences et les disparités spatiales et à permettre aux différentes régions du Royaume, notamment les régions frontalières, de bénéficier des fruits du développement de manière juste et équilibrée, quelles que soient leur nature géographique, leurs conditions climatiques et leurs particularités économiques et sociales.

Pour ce faire, le programme du parti a mis en place des objectifs réalistes et réalisables à court, moyen et long terme. D’abord, le parti fera en sorte de rattraper le déficit régional en matière de services publics, principalement au niveau de l’éducation, de la santé et des infrastructures. Dans ce sillage, le parti a pour objectif de renforcer l’offre sanitaire, mettre en oeuvre des services d’urgences médicales, renforcer la gestion de l’eau…

Par ailleurs, le parti souligne l’importance de recréer une dynamique et de profiter de l’ouverture vers le monde qu’offrent les ports de Tanger Med et d’Al-Hoceima, afin de créer de la valeur ajoutée sur toutes les lignes de l’infrastructure régionale, de Bouarfa à Nador puis de Fès à Oujda, en passant par la zone côtière de Saïdia à Al-Hoceima, Tanger.

Quant au budget nécessaire pour réaliser concrètement ce projet, le parti préconise de faire seulement un rééquilibrage régional du soutien à l’investissement qui y est consenti. L’Istiqlal avance le chiffre de 7 à 8 milliards de dirhams.

Hiba CHAKER