Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Officiel : Prolongation de l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 10 juillet


Rédigé par S.J le Mardi 9 Juin 2020

Le Conseil de gouvernement a prolongé la période de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 10 juillet. Il a par ailleurs, laissé au ministère de l'Intérieur le soin de prendre des décisions adéquates pour la levée progressive du confinement.



Réunion par visioconférence du Conseil de gouvernement sous la présidence du Chef du gouvernement, Saâd Dine El Othmani.
Réunion par visioconférence du Conseil de gouvernement sous la présidence du Chef du gouvernement, Saâd Dine El Othmani.
Au bout d'une après-midi tumultueuse où suppositions, spéculations et tergiversations se sont succédé les unes aux autres, on apprend par voie officielle que l'état d'urgence sanitaire sera prorogé jusqu'au 10 juillet. Il en a été décidé ainsi, à l’issue du conseil de gouvernement organisé mardi après avoir lui aussi été l'objet des mêmes tergiversations puisqu'initialement annoncé pour le lundi 8 puis reporté au lendemain.

Le projet de décret qui a initialement été présenté par le ministre de l’Intérieur et celui de la Santé, proposait une prolongation du 10 juin au 8 août 2020 à 18H. Cependant, après débat, c’est la date du 10 juillet 2020 qui a été retenue (voir pièce jointe).

Le projet de décret prévoit également la possibilité de l’allègement des dispositifs du confinement, selon la situation épidémique au Maroc. La faisabilité restera à la discrétion du ministère de l’Intérieur après examen de la situation sanitaire dans les provinces et régions du royaume. Les walis, gouverneurs, préfectures et provinces seront autorisés à décider d’alléger localement les mesures de confinement.

Rappelons que le Royaume a enregistré durant les dernières 24H, Cent trente-cinq (135) nouvelles contaminations, portant le bilan total à 8.437 cas. Les cas actifs ont également augmenté, après des semaines de baisse. Ces chiffres alarmants confortent bien le choix de la prudence fait par le gouvernement.