Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Régions

ONCF / ROUND 2 : Casa-Port bloque les portes


Rédigé par Kenza AZIOUZI le Mercredi 5 Août 2020

L’histoire des gares ferroviaires continue de faire la Une ces derniers jours. Fatigués, les voyageurs sont au bord de la dépression.



ONCF / ROUND 2 : Casa-Port bloque les portes
Suite à la fermeture des portes de la gare Raba-tVille la journée du 3 août, c’est aujourd’hui au tour de la gare de Casa-port de bloquer l’accès, mais à l’entrée cette fois-ci, et non à la sortie, aux voyageurs. 

En effet, ce matin-là, on a interdit aux usagers qui ne sont pas munis d’autorisation en bonne et due forme, d’accéder à l’intérieur de la gare. Présente sur les lieux, la police procède au contrôle des personnes qui veulent accéder à la gare. L’autorisation de travail n’est plus suffisante pour pouvoir se déplacer, il faut dorénavant s’équiper d’une autorisation de l’arrondissement, signée par le moqadem. « Je suis arrivé ce matin, il y avait toute une foule devant les portes de l’entrée. 

Je montre aux autorités mon autorisation de travail, je suis quand même refoulé. Je prends le train tous les jours, aucune communication n’a été faite par rapport à ça. C’est usant à la longue, déjà qu’hier j’ai été bloqué à la gare de Rabat-ville, cette situation est intenable », déplore Abdessamad, qui n’a pas pu se rendre à son travail, à Rabat. 

La cause de tout ce remue-ménage proviendrait de la décision concernant l’interdiction de se déplacer de et vers les 8 villes. En ce sens, l’Office National des Chemins de Fer (ONCF) avait déclaré que « selon les décisions des autorités, les voyages de et vers les gares des villes de Tanger, Marrakech, Meknès, Fès, Casablanca, Berrechid et Settat sont soumis à l’obligation de disposer d’une autorisation valable délivrée par les autorités compétentes ».

Il est à rappeler que la veille, plusieurs vidéos sur les réseaux sociaux montraient des personnes au sein de la gare du centre-ville de la capitale, révoltés. Certaines personnes étaient en attente depuis 8h du matin, et ont dû manquer leurs urgences et leurs rendez-vous. 

Les trains arrivaient à la gare et y déposaient d’autres voyageurs qui se retrouvaient, à leur tour, dans la même situation que les précédents. Étant de plus en plus nombreux à arriver, la distanciation sociale était de moins en moins respectée.

Pendant que les gares ferroviaires du Royaume connaissent tour à tour des rebondissements imprévus, la circulation sur les autoroutes est, en revanche, bien plus fluide. Les automobilistes n’endurent pas les mêmes épreuves que les usagers de trains. Un paradoxe qu’on ne saurait comprendre.

Kenza AZIOUZI 

  


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 25 Septembre 2020 - 21:03 De nouvelles mesures restrictives à Nouaceur