Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

OICS : Le Maroc engagé dans la lutte contre les stupéfiants


Rédigé par A. CHANNAJE le Jeudi 10 Décembre 2020

Dix pays d’Afrique francophone, dont le Maroc, renforcent leurs capacités régionales dans la lutte contre les stupéfiants, souligne l’ONU dans un communiqué publié mercredi 9 décembre.



OICS : Le Maroc engagé dans la lutte contre les stupéfiants
L’Organe International de Contrôle des Stupéfiants (OICS) a commencé cette semaine une activité de forma­tion dont bénéficient 43 fonction­naires en charge du contrôle des stupéfiants de dix pays d’Afrique francophone.

Du 7 au 14 décembre 2020, des fonctionnaires du Maroc, du Burki­na Faso, du Cameroun, de la Répu­blique Centrafricaine, de la Répu­blique Démocratique du Congo, du Gabon, de la Guinée, du Niger, du Sénégal et du Togo participent à des séances visant à renforcer le respect des trois conventions inter­nationales relatives au contrôle des drogues.

Lors des neuf séances prévues, les fonctionnaires auront l’opportunité de renforcer leur capacité de suivi et de préparation des rapports sta­tistiques pour les stupéfiants, les substances psychotropes et les pré­curseurs, ainsi que de l’utilisation du système international d’autorisa­tion des importations et des expor­tations (I2ES) de l’organe. Ces séances font suite au séminaire régional de formation, tenu à Dakar (Sénégal), en septembre 2018.

Dans ses remarques préliminaires, Toufiq Jallal, membre de l’OICS, a souligné l’importance de la coo­pération et de la collaboration des autorités nationales compétentes avec l’OICS pour assurer l’accès aux substances contrôlées à des fins médicales et scientifiques, tout en prévenant leur détournement de leur usage.

Trois conventions internationales relatives au contrôle des drogues

L’ouverture de la formation a été suivie par une présentation du cadre international de contrôle des stupéfiants par Bernard Leroy, membre de l’OICS et rapporteur. La présentation s’est concentrée sur l’application uniforme et les obliga­tions juridiques en vertu des trois conventions internationales rela­tives au contrôle des drogues.

En 2020, 119 fonctionnaires des gouvernements de 22 pays et terri­toires ont bénéficié des activités vir­tuelles de formation d’INCB Lear­ning. Conformément aux mesures préventives liées à la pandémie de Covid-19, INCB Learning a offert cette troisième activité de renfor­cement des capacités régionales en ligne dans le cadre des efforts pour continuer de soutenir les États membres pendant la pandémie.
Des séances de formation ont eu lieu en 2020 en français, anglais et espagnol. En mars, les modules d’apprentissage en ligne de l’OICS ont été rendus disponibles en espa­gnol.

INCB Learning fournit une assis­tance aux États membres dans leurs efforts pour assurer une disponibili­té appropriée de substances placées sous contrôle international tout en prévenant leur abus et leur détour­nement vers des réseaux illicites. Les activités d’apprentissage de l’OICS ont été rendues possibles grâce aux contributions des gouver­nements d’Australie, de Belgique, de France, de Russie, de Thaïlande et des États-Unis.

L’OICS est un organe d’experts indé­pendant et « quasi-judiciaire » qui a été établi par la Convention unique sur les stupéfiants de 1961 suite à la fusion de deux organes : le Comité central permanent des stupéfiants créés par la Convention internatio­nale de l’opium de 1925 et l’Organe de contrôle des stupéfiants créé par la Convention de 1931 pour limiter la fabrication et réglementer la dis­tribution des stupéfiants