Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Nouvelle route de la soie : Rabat et Pékin passent à l’action


Rédigé par S. A. le Mercredi 5 Janvier 2022

La convention relative au Plan de la mise en œuvre conjointe de la Ceinture et de la Route entre le Royaume du Maroc et la République populaire de Chine a été signée, mercredi, lors d'une cérémonie organisée par visioconférence.



Depuis 2016, les contacts entre le Maroc et la Chine se multiplient consolidant les liens entre les deux Etats et augmentant le volume de leurs échanges commerciaux. Au cours de 62 ans de relations diplomatiques, les deux pays ont mené une coopération au niveau des domaines économique, social, politique et commercial qui a été couronnée en juillet dernier par des conventions relatives au projet de fabrication et de mise en seringue du vaccin anti-Covid-19 et qui aujourd’hui prend son rythme de croisière à travers la signature de la convention relative au Plan de la mise en œuvre conjointe de la « Ceinture et de la Route».
 
Une Convention qui vise à favoriser l'accès aux financements chinois prévus par l’initiative la Ceinture et la Route (Belt and Road Initiative –BRI) pour la réalisation de projets d’envergure au Maroc ou pour la facilitation des échanges commerciaux, l’établissement de joint-ventures dans différents domaines (parcs industriels, énergies, y compris énergies renouvelables).
 
Signée par le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'Étranger, Nasser Bourita, et le vice-président de la Commission nationale chinoise de la Réforme et du Développement (NDRC), Ning Jizhe, ladite convention porte également sur la coopération en matière de Recherche et Développement (technologie, énergie, agriculture…), et la coopération technologique et technique, ainsi que la formation professionnelle.

Coopération triangulaire au profit de l’Afrique
 
Le gouvernement chinois s’engage, en vertu de cette convention, à encourager les grandes sociétés chinoises à s’implanter et/ou à investir sur le territoire marocain (industrie automobile, aéronautique, high-tech et e-commerce, industrie agricole et textile…).
 
Dans ce sillage, Bourita a déclaré que ce plan de mise en œuvre fait passer les relations sino-marocaines «à un niveau supérieur d'engagement structuré», ajoutant qu’il fournit un outil complet pour la gestion stratégique et le déploiement concret d'un partenariat de grande envergure, allant du dialogue politique à la coopération sectorielle transversale. «L'accord que nous signons aujourd'hui prévoie explicitement une coopération triangulaire au profit de l'Afrique», a ajouté le Chef de la diplomatie marocaine, expliquant que les deux pays s'efforceront de lancer et de mettre en œuvre conjointement des projets de coopération tripartite visant à promouvoir le développement durable du Continent.

Pour sa part, Ning Jizhe a souligné que «ce plan définit la feuille de route globale, multicouche et multisectorielle pour approfondir la coopération bilatérale». Il a ainsi insisté sur l’importance de consolider la mise en œuvre du plan, tout en gardant un contact permanent entre les différentes parties concernées. «Nous devons avoir une communication plus étroite, notamment en mettant en place une routine de consultation régulière, pour communiquer les difficultés, les obstacles et les goulots d'étranglement que nous rencontrons dans la mise en œuvre de ce plan», a-t-il ajouté.

Le diplomate chinois a aussi noté l’importance de prioriser les domaines clés de coopération et leur apporter un soutien intensif et une attention méticuleuse avec des efforts conséquents pour obtenir plus de résultats. In fine, Ning Jizhe a indiqué que la première étape serait de se concentrer sur les principaux projets, en relevant «les avantages comparatifs, les besoins de développement et les réalités de nos pays». Il s’agit également de se concentrer sur la promotion de projets répondant aux besoins et aux intérêts du Maroc et de la Chine.

Somme toute, en s'associant au Maroc, la Chine s'engage, selon les propos de Nasser Bourita, avec un ami de confiance qui s'est érigé en pays africain, arabe et méditerranéen clé dans la mise en œuvre de la « la Ceinture et la Route », avec en toile de fond la réussite de la coopération sud-sud.

 

Flashback


«One Belt, One Road», un projet ambitieux
 
Lancée, en 2013 par le Président chinois Xi Jinping, sous le nom de "One Belt, One Road", l'initiative "la Ceinture et la Route" a pour ambition de promouvoir de nouvelles opportunités de coopération entre la Chine et les 140 pays y ayant adhéré.
 
Le Maroc a été le premier pays au Maghreb et parmi les premiers en Afrique à adhérer à cette initiative à travers notamment la signature, en 2017, d’un Mémorandum d’entente permettant au Royaume d’établir plusieurs partenariats dans des secteurs prometteurs, tels que l’infrastructure, les industries avancées et la technologie.
 
Fondée sur le dialogue, le partenariat et les échanges commerciaux et humains, l’initiative "la Ceinture et la Route" a permis de renforcer la coopération en matière d'infrastructures avec la Chine et a fait du Maroc une destination privilégiée des investissements chinois en Afrique, avec plus de 80 projets importants dans tout le pays.
 
Il en est ainsi du projet de réalisation et de développement de la Cité Mohammed VI Tanger Tech, dont le Mémorandum d’entente a été signé en avril 2019 à Pékin, en marge du Forum "Ceinture et Route", entre la Société d’Aménagement Tanger Tech (SATT), la China Communications Construction Company Limited International (CCCC) et la China Road and Bridge Corporation (CRBC).
 
Conscientes de sa position géostratégique, les autorités chinoises ont décidé de conférer un statut de "pays pivot" au Maroc dans le cadre de l’initiative "la Ceinture et la Route" qui est à la fois un ensemble de liaisons maritimes et de voies ferroviaires entre la Chine et les pays adhérents.

Une nouvelle dynamique a été aussi insufflée aux relations sino-marocaines, suite à la visite de Sa Majesté le Roi Mohammed VI à Pékin en mai 2016, au cours de laquelle un accord de partenariat stratégique a été signé entre les deux pays.
 
Cette Visite Royale a également été marquée par la signature d’une déclaration conjointe relative au partenariat stratégique ainsi que de 32 Accords et un Mémorandum d’entente, portant sur plusieurs domaines de coopération, notamment économique, financier, industriel, judiciaire, culturel, touristique, énergétique, ainsi que dans le domaine des infrastructures et des affaires consulaires.
 
Ce partenariat fort et multidimensionnel s’est, en outre, manifesté lors de la pandémie du coronavirus à travers une coopération distinguée dans le domaine de la santé et de la vaccination, donnant lieu à la signature, en juillet 2021, d’un Mémorandum relatif à la coopération pour le vaccin anti-Covid-19.