Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Nizar Baraka condamne les provocations systématiques de l'Algérie


Rédigé par Anass Machloukh le Lundi 19 Juillet 2021

En pleine tension diplomatique entre Rabat et Alger, le Secrétaire Général du Parti de l’Istiqlal, Nizar Baraka, a dénoncé l’acharnement du voisin de l’Est, appelant les dirigeants algériens à revenir à la raison et à mettre fin à leur tentative d’exporter leur crise interne. Détails.



Nizar Baraka condamne les provocations systématiques de l'Algérie
En réaction à l’escalade verbale et aux multiples provocations du gouvernement algérien qui continue, sur fonds d’une nouvelle tension diplomatique entre Rabat et Alger, de s’en prendre au Maroc et à son intégrité territoriale, le Secrétaire Général du Parti de l’Istiqlal, Nizar Baraka, a récusé le comportement des dirigeants algériens qui mènent actuellement une campagne de dénigrement à l’égard de notre pays, en usant aussi bien d’une propagande d’une mauvaise facture que d’une diplomatie vainement agressive.

Dans une déclaration filmée, Nizar Baraka a dénoncé les attaques algériennes qui visent les symboles et les institutions du Royaume, ajoutant que le Maroc ne saurait rester les bras croisés face aux tripotages et manigances du voisin de l’Est. « Pourquoi cette hostilité systématique qui nuit à la stabilité de la région et aux rapports de fraternité entre les peuples marocain et algérien », s’est-il indigné.
 
Selon le leader de l’Istiqlal, l’hostilité du régime algérien s’est exacerbée après la reconnaissance américaine de la marocanité du Sahara et les récentes victoires de la diplomatie marocaine dans le dossier afférent à nos provinces du Sud. Des victoires couronnées par l’ouverture de plusieurs consulats de pays étrangers dans les villes de Laâyoune et Dakhla.
 
Nizar Baraka a saisi cette occasion pour appeler le régime algérien à la raison et à la retenue, « j’appelle les dirigeants d’Alger à revenir à la raison et aux vertus du bon voisinage », a-t-il exhorté, appelant l’Algérie à mettre les intérêts des deux peuples au dessus de toute considération, loin des tripatouillages et des pratiques désuètes qui visent à exporter sa crise interne.  
 
Rappelons qu’une crise s’est déclenchée entre le Maroc et l’Algérie peu de temps après la nomination du nouveau ministre des Affaires étrangères  Ramtane Lamamra, lequel s’est investi  illico dans la prolifération de déclarations gratuitement hostiles au Maroc, en revendiquant le droit à l’autodétermination en faveur de la chimérique RASD lors de la réunion ministérielle du Mouvement des Non-Alignés, et ce, bien que le dossier du Sahara marocain ne fût, ni inscrit à l’ordre du jour de la réunion, ni en liaison avec son thème. Exerçant son droit de réponse, le représentant du Royaume aux Nations Unies, Omar Hilale a déclaré que l’Algérie qui «se dresse en fervent défenseur du droit à l’autodétermination, refuse ce même droit au peuple Kabyle, l’un des peuples les plus anciens d'Afrique, qui subit la plus longue occupation étrangère». Il a ajouté que «l’autodétermination n’est pas un principe à la carte. C’est pourquoi le vaillant peuple Kabyle mérite, plus que tout autre, de jouir pleinement de son droit à l’autodétermination ». Une réaction qui a poussé Alger à rappeler son ambassadeur à Rabat et à inciter ses médias et ses élites politiques à s'acharner contre le Maroc.