Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Neuroscience : Les implants Neuralink bientôt prêts pour les tests sur l’Homme


le Mardi 1 Septembre 2020

Selon Elon Musk, fondateur de Neuralink, plusieurs maladies, dont la paralysie, la perte d’audition
ou la perte de vue, pourraient être remédiées grâce à un implant stimulant la zone cérébrale en question.



Neuroscience : Les implants Neuralink bientôt prêts pour les tests sur l’Homme
Vendredi, Elon Musk a fait le point sur ce qui est probablement sa troisième société la plus importante : Neuralink, la stratup spécialisée dans le développent des implants cérébraux d’interfaces neuronales directes. Devant plus de 100.000 personnes assistant à son live YouTube, le PDG de Tesla et de SpaceX a présenté en direct le premier porc équipé d’un implant de Neurolink. Elon Musk a également expliqué en détail les objectifs et le fonctionnement de l’implant. 

A l’en croire, cet implant, constitué de centaines de minuscules fils d’électrode venant s’intégrer directement dans le tissu des cellules cérébrales, devrait révolutionner la médecine. Le milliardaire, souvent pris pour excentrique, a préféré cette fois tenir un discours mesuré, dans lequel il a exposé le progrès médical que pourrait apporter une connexion numérique avec le cerveau. 

L’implant devrait permettre de guérir plusieurs maladies, à savoir l’insomnie, la perte d’audition, la perte de mémoire, l’addiction, la dépression, l’aveuglement, voire la paraplégie et la tétraplégie, en stimulant la zone cérébrale responsable du malaise. « Tous ces problèmes peuvent être résolus avec un lien neuronal implantable », déclarait le PDG de Neuralink : « Nous avons besoin d’un appareil électronique pour résoudre un problème électronique ».

Une deuxième version améliorée

Pour ceux qui l’ignoraient, cette puce n’est pas une première. C’est en août de l’année dernière que Elon Musk avait présenté sa première version de l’implant cérébral.

L’une des différences majeures entre cette année et l’année dernière est la conception globale de l’implant et de son matériel de support. Le but initial était de garder la chirurgie simple en partie, en minimisant la taille du trou qui devait être fait dans le crâne.

Elon Musk, qui a montré l’un des implants, a précisé qu’il faisait 23 mm de diamètre et environ 8 mm d’épaisseur, une taille intentionnellement choisie pour correspondre étroitement à l’épaisseur des crânes humains. L’appareil ressemble à une pièce de monnaie très épaisse contenant tout le matériel nécessaire pour maintenir l’implant fonctionnel.

Pour l’instant, plutôt que d’essayer de cibler quoi que ce soit au plus profond du cerveau, les implants ne cibleront que les capteurs moteurs et sensoriels proches de la surface du cortex cérébral.

Comme le dit si bien Elon Musk, dans une réponse à un internaute : « L’avenir est bizarre ».

Le prix de l’implant, incluant également la chirurgie automatisée, atteindrait les quelques milliers de dollars, annonçait Elon Musk.

Nabil LAAROUSSI