Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Mustapha Baitas : "la guerre en Ukraine n'aura pas d'impact sur l'approvisionnement du Maroc"


Rédigé par La Rédaction le Jeudi 10 Mars 2022

Le ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement, Mustapha Baitas a affirmé, jeudi à Rabat, que la crise russo-ukrainienne n'aura aucun impact sur l'approvisionnement du Maroc en certains produits dont le Royaume pourrait avoir besoin dans le cadre de ses échanges commerciaux avec ces deux pays.



Mustapha Baitas : "la guerre en Ukraine n'aura pas d'impact sur l'approvisionnement du Maroc"
M. Baitas, qui s'exprimait lors d’un point de presse à l'issue du Conseil du gouvernement, a précisé que dans le cadre des liens économiques et des échanges du Maroc avec la Russie et l'Ukraine, il n'y aura aucun impact sur l'approvisionnement du Royaume en produits dont il pourrait avoir besoin, notant en revanche que les prix de ces produits seront impactés.

Pour ce qui est des importations de blé tendre et d'orge, la Russie et l'Ukraine sont respectivement les deuxième et troisième fournisseurs de blé tendre du Maroc après la France, a fait savoir le ministre, notant que leurs parts s'élèvent respectivement à 25 et à 11 %.

L'importation potentielle de blé tendre d'Ukraine a été fixée à 8,7 millions de quintaux (qx), dont 5,6 millions qx ont déjà été importés, alors que la quantité restante (3 millions qx) peut être importée de n'importe quelle autre région, a relevé M. Baitas.

S’agissant de la Russie, le ministre a indiqué que les estimations de l'importation de blé tendre ont été considérablement réduites compte tenu de la faiblesse enregistrée en terme de production dans ce pays.

A cet égard, la quantité potentielle d'orge importée de Russie a été fixée à 0,6 million qx, dont 0,5 million qx ont été acquis, alors que la quantité restante (0,17 million qx) pourrait être importée de l'Union européenne ou de la France, a conclu M. Baitas.

(Avec MAP)