Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Culture

Musique : Nasr Mégri reprend et chante le flambeau


Rédigé par Bouteina BENNANI le Jeudi 3 Septembre 2020

Les frères et sœur Mégri : Hassan, Younes, Mahmoud et Jalila, sont une légende artistique. Nasr, qui suit les pas de son père, Hassan, nous parle de ses projets



- Quelles étaient vos activités pendant le confinement ?
- Pour moi, le confinement a eu des répercussions positives. Je me suis adapté depuis le début à ce grand changement. J’en ai profité pour réaliser, côté musique, des projets qui me tiennent à coeur et écrit de nouvelles paroles. Je travaille actuellement sur une grande symphonie que j’ai nommée “Michaal”, autrement dit : flambeau, qui sera exécutée par l’orchestre symphonique des jeunes du conservatoire national de musique et d’art chorégraphique de Rabat. C’est un travail académique philarmonique qui va donner une nouvelle couleur à la musique marocaine, avec plusieurs arrangements et harmonies. Entre temps, je compose la musique du film “Sirr al qilada” ou “Le secret du collier”, un film réalisé par Mme Farida Bourqia dont je ferai aussi la bande sonore. La reprise d’un album de 6 chansons écrites et composées par mon défunt père, le musicien Hassan Mégri, dont “ya rit”, “robbama”... est également en cours. Je puise dans le répertoire des débuts de l’école musicale Mégri.

 - C’est un peu le retour nostalgique du fils prodige. Etes-vous pour la pérennité des travaux de votre défunt père ?
- En effet, le patrimoine musical du mouvement Mégri des années 60 est riche. J’ai profité du confinement pour ranger ses archives, rassembler les pièces historiques : cassettes audio, vidéos, répertorier le nombre de chansons et contacter les personnes qui ont travaillé avec lui. J’ai comme idée de réaliser un documentaire, carrément une anthologie sur l’icône et musicien Hassan Mégri. Je suis tout autant intéressé par la pérennité des travaux de mon père que la télévision, le ministère de la Culture et d’autres organismes culturels. Je me porterai volontaire pour toute activité, film ou documentaire. Mon père était un artiste complet qui écrivait ses paroles, composait ses mélodies, faisait les arrangements Ilmusicaux, le choix des orchestrations et des musiques et chantait aussi. Il restera mon maître et mon modèle. On peut ne pas prendre la même voie car chacun a sa propre perception des choses et son savoir-faire, mais je reste sur ses traces tout en essayant de marquer mon empreinte avec de nouvelles idées. Et pour cela, je fais du travail ma devise et du voyage et de la recherche une source d’enrichissement.

- Y a-t-il du nouveau, côté production ?
Une fois que j’aurai terminé les projets entamés pendant le confinement et après l’ouverture des frontières, je compte faire une tournée en Europe, en Amérique et dans des pays arabes. Ces tournées de spectacles, concerts et programmes télévisés se dérouleront après la sortie de la nouvelle chanson symphonique Michaal (flambeau) et du nouvel album en cours.

Propos recueillis par
Bouteina BENNANI

Portrait

Les frères Mégri, une légende qui se pérennise

Les frères Mégri : Hassan, Younes, Mahmoud et leur soeur Jalila, sont une légende artistique au Maroc. 

Innovation, recherche et style nouveau, autant de spécificités qui les caractérisaient dans les années 60.

C’était une belle époque marquée par un genre musical marocain intitulé la « World Music Arabe ».

Un style qui leur était propre et qui plaisait, au niveau national, arabe et international. 

Le groupe Mégri et le mouvement musical Mégri ont été créés par le grand frère Hassan, décédé, il y a un an, le 14 juillet 2019. Son fils, Nasr, riche de son éducation artistique, suit les pas de son père, en essayant de pérenniser la légende.

Hassan Mégri était un artiste complet. 

Il était parolier, compositeur et chanteur, comme décrit par son fils, Nasr Mégri. 

Le jeune artiste pérennise l’héritage artistique, de père en fils. Outre sa prédisposition musicale forgée au conservatoire, il fait des études cinématographiques, vole de ses propres ailes et donne libre cours à son inspiration. 

Il enrichit son éducation artistique par un cursus académique, alliant modernité, nouvelles technologies et tendances du moment.

Il essaie de porter le flambeau du mouvement culturel et artistique des Mégri.

Il a d’ailleurs choisi comme titre de son 4ème album : Michâal, autrement dit : flambeau.

B. BENNANI

Repères

Hassan Mégri, un artiste aux multiples facettes
Auteur, compositeur, interprète, peintre et calligraphe, le regretté Hassan Mégri a été sélectionné en 2013 pour recevoir « The HONONARY DOCTORATE OF LETTERS ». Cette distinction décernée par le prestigieux International Biographical Centre of Cambridge/Angleterre, a consacré, depuis sa fondation par le Dr Ernest Key en 1967, environ deux millions d’Individus ayant contribué et œuvré avec succès à l’essor de l’Humanité, que ce soit dans l’Education, l’Art, la Culture, les Sciences, l’Engineering, la Santé, ou autres… Le défunt a été consacré plusieurs fois : à l’Olympia à Paris en 1976, Disque D’or (PHILIPS) et le Prix du « Rabab d’Or » en 2003, octroyé aux grandes stars du Monde arabe. En 1954, il reçoit le 1er Prix d’Arts Plastiques à l’échelle africaine et en 2007, la Médaille d’or pour «Les Hommes de Valeur», octroyée par l’Académie « Arts-Sciences-Lettres » de Paris. En 2009, il reçoit « The Gold Medal of Freedom »(USA).
Des débuts prometteurs pour Nasr Mégri
Ses diplômes en poches, Nasr Mégri sort son premier Album « Fyoum Lefrah ». Sa consécration en 2012, en tant que flambeau du Mouvement Musical Mégri, au dernier concert de son père à Mawazine, lui donne du tonus et de la responsabilité. Il sort son second Album « Winek » (2014). Il sort ensuite un single « Baghi Nefham » en 2015, « Mantach Wahdak Al Bal », une composition de Hassan Mégri, “Diri Li Bghiti”, suivi par le clip « Sa3a Dour » en 2016. Il a obtenu la médaille d’or de brukmer à Bruxelles en 2018 et a été nommé Top 100 des professionnels dans le monde par l’International Biographical Center de Cambridge en Angleterre. 

  


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 23 Septembre 2020 - 21:08 Etre et Devenir : Qu’est-ce que la réussite ?