Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Moyen-Orient : Biden peine face à l’Iran ?


Rédigé par la rédaction le Mercredi 30 Juin 2021

En ne renouvelant pas le contrôle de l’AIEA sur ses sites, mais aussi via ses milices en Irak et en Syrie, l’Iran accentue sa pression sur l’Administration Biden qui semble ne rien pouvoir y changer.



​Sur ordre de Joe Biden, l’armée américaine présente en Irak et en Syrie a effectué lundi 28 juin, trois frappes à la frontière irakosyrienne sur, selon le Département de la Défense, des installations utilisées par des milices soutenues par l’Iran.

Des bombardements américains en réponse à une nouvelle attaque la veille, non loin du complexe militaire et diplomatique américain, dans le nord-est irakien.

L’attaché de presse du Pentagone, John Kirby, précisait ce même jour que les frappes américaines avaient pour but « d’envoyer un message dissuasif ».

En réponse, une autre base américaine en Syrie a été la cible, quelques heures plus tard, de nouveaux tirs d’obus et de roquettes. Cette stratégie d’avertissement par des frappes ciblées, pour répondre à plusieurs attaques des milices qui harcèlent les forces américaines, apparaît insuffisante, puisque les groupes affiliés à Téhéran s’activent pour les pousser à quitter la région.

Dans un récent article, le New York Times (NYT) souligne que les frappes aériennes ordonnées par Biden contre les milices chiites en Irak et en Syrie révèlent la nécessité de passer du recours à la force à la diplomatie afin de pouvoir relancer le dossier nucléaire avec Téhéran.

Il doit montrer sa volonté d’utiliser la force pour protéger les intérêts américains tout en maintenant des contacts diplomatiques fragiles alors que les deux pays tentent de négocier un retour à l’accord nucléaire de 2015 qui limitait le programme nucléaire iranien.

Les responsables américains soulignent dans leurs déclarations publiques que les deux dossiers sont distincts. Biden a déclaré lundi qu’il avait agi en vertu de l’autorité constitutionnelle pour protéger les forces américaines et lancer des frappes aériennes sur des sites utilisés pour lancer des drones sur les forces américaines en Irak.

Il faut compter avec l’Iran en tant que force au M.O

Les responsables américains ont déclaré que les raids ne devraient pas affecter l’effort final pour ramener les deux pays en conformité avec le traité nucléaire. Pour les Iraniens, la quête de la puissance nucléaire s’inscrit dans le but de confirmer l’Iran en tant que force avec laquelle il faut compter au Moyen-Orient et au-delà. L’Iran a renforcé son arsenal de drones de précision, de missiles balistiques à longue portée et de capacités de guerre électronique de grande puissance, qui étaient tous loin de ses capacités au moment de la signature de l’accord en 2015. Les hauts responsables de l’administration Biden, reconnaissent que l’ancien accord aurait dû être «plus long et plus fort» et incluait les programmes de missiles iraniens.

Renforcement de l’arsenal militaire iranien

Mais maintenant, l’écart s’est creusé. Il est de plus en plus clair que tout accord global qui traite des doléances américaines concernant le comportement iranien doit inclure une variété d’armes sur lesquelles l’Iran travaillait il y a six ans. Il comprend des drones pouvant transporter des armes conventionnelles et les larguer avec une extrême précision, ainsi que des missiles pouvant viser tous les pays du Moyen-Orient et des frontières de l’Europe, et des armes électroniques pouvant être utilisées contre les institutions financières américaines et utilisées par les forces iraniennes.

Le traité original n’incluait aucune de ces armes, même s’il est vrai qu’il existe un accord séparé pour les missiles qui a été approuvé par le Conseil de sécurité nationale et ignoré par l’Iran. Il y a un sentiment croissant que Blinken devra inclure beaucoup d’armes dans le nouvel accord s’il veut tenir sa promesse d’un accord « long et fort ». La question est de savoir si l’Iran acceptera de négocier sur ses armes et sa technologie, mais il y a un sentiment que les Américains ont de l’influence si l’accord de 2015 était relancé, en particulier que l’Iran a besoin d’obtenir le soutien américain pour traiter avec les institutions financières internationales et exporter du pétrole.

Demande d’enquête sur le rôle de Raïsi dans les exécutions de 1988

​Le rapporteur spécial de l’ONU sur la situation des droits de l’Homme en Iran a demandé une enquête indépendante sur les allégations d’exécution de milliers de prisonniers politiques par l’Etat en 1988 et sur le rôle joué à l’époque par le président élu Ebrahim Raïsi en tant que procureur adjoint de Téhéran.

Javaid Rehman, dans une interview accordée à Reuters lundi, a déclaré qu’au fil des ans, son bureau avait recueilli des témoignages et des preuves. Il est prêt à les partager si le Conseil des droits de l’Homme des Nations Unies ou un autre organe met en place une enquête impartiale.

Il s’est dit préoccupé par les informations selon lesquelles certaines «fosses communes» sont détruites dans le cadre d’une dissimulation continue. «Je pense qu’il est temps et très important, maintenant que Ebrahim Raïsi est le président (élu), que nous commencions à enquêter sur ce qui s’est passé en 1988», a déclaré Javaid Rehman depuis Londres.

Le bureau d’Ebrahim Raïsi n’a pas pu être joint pour un commentaire. Le bureau du porte-parole du pouvoir judiciaire iranien n’était pas immédiatement disponible pour donner un commentaire. Les missions de l’Iran auprès des Nations Unies à Genève et à New York n’ont pas répondu aux demandes de commentaires.

Ebrahim Raïsi est sous le coup de sanctions américaines en raison de son passé, notamment de son implication parmi les quatre juges qui ont supervisé les exécutions de 1988, selon les Etats-Unis et des militants. Amnesty International a évalué le nombre d’exécutions cette année-là à quelque 5.000, affirmant dans un rapport de 2018 que «le nombre réel pourrait être plus élevé».

Interrogé sur les allégations selon lesquelles il aurait été impliqué dans ces exécutions, Ebrahim Raïsi a déclaré aux journalistes : «Si un juge, un procureur, a défendu la sécurité du peuple, il doit être félicité... Je suis fier d’avoir défendu les droits de l’Homme dans tous les postes que j’ai occupés jusqu’à présent».