Menu
L'Opinion L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn


Tribune libre

«Morts ou Vivants, l’inéluctable retour des Marocains du Monde au Pays…»


Rédigé par Hadj Chafiq le Samedi 16 Mai 2020

Morts ou Vivants, les Marocains du monde sont désormais Piégés.



Hadj Chafiq, Coordinateur du Parti de l’Istiqlal Europe.
Hadj Chafiq, Coordinateur du Parti de l’Istiqlal Europe.
Parqués dans des morgues, enterrés à la va vite dans des carrés musulmans surpeuplés, soumis au bon vouloir des administrations publiques qui accordent difficilement des places supplémentaires, pris au piège dans des villes du monde où ils étaient de passage pour les affaires, en visite ou pour des soins médicaux, ils appellent tous de leurs vœux pour un retour rapide au Pays.

Mulhouse, une ville située dans l’Est de la France défigurée par les ravages du COVID-19.

Pour ses Habitants ces dernières semaines ont été apocalyptiques et tous ont été touchés de près ou de loin par la maladie et la perte d’un être cher.

Personne n’est épargné et la Communauté Marocaine est en Deuil.

Des familles entières décimées, des parents qui décèdent laissant des orphelins démunis et isolés de tous, car le confinement et les règles de distanciation sociales renforcent l’isolement des plus faibles et des plus démunis.

Ces visages disparus se sont ceux de nos Parents venus en France travailler après les 30 glorieuses et qui rentraient chaque été les bras chargés de cadeaux au pays. La majorité d’entre eux ont construit leur maison, investit leur patrimoine au Maroc, contribuant ainsi au développement économique du pays.

Certains ont laissé femme et enfants au Maroc. Ils meurent aujourd’hui dans la solitude et l’indifférence, enterrés privés de leurs proches dans des carrés musulmans où les places se font de plus en plus rares.
C’est un drame pour ces familles à l’étranger qui se sentent impuissantes, un drame pour les familles restées au Maroc et à qui ont ne rend pas la dépouille des défunts.

Comment pourraient-elles réussir à faire leur deuil ?

Ce qui se passe aujourd’hui à Mulhouse est représentatif de ce qui se passe à l’échelle du monde entier. Malheureusement, les ressortissants marocains à l’étranger ne peuvent plus être rapatriés à la suite de la fermeture des frontières et la suspension de tout type de transport (aérien, maritime…).

Pour illustrer ce drame humanitaire, voici quelques exemples:

Cela fait bientôt 5 semaines que Mehdi Baghdadi bataille avec les autorités, sa femme et sa petite fille sont coincées à Paris. Venues pour une opération du cœur pour leur bébé de 1 an, elles se retrouvent depuis piégées et dans l’impossibilité de revenir au Maroc.

Un père désespéré, prêt à l’impossible pour faire revenir sa famille et surtout poursuivre les soins pour leur bébé dans de meilleurs conditions. Des histoires comme celle-ci il y en a malheureusement des milliers !!

Notre représentante du parti de l’Istiqlal à Mulhouse madame Amina Zoubir nous rapporte :

«Cette crise sanitaire n’aura épargné personne et ses impacts humanitaires sont un véritable désastre. C’est par exemple le cas pour nos étudiants restés confinés dans les cités universitaires déserts. Privés de leurs jobs, loin de leurs familles, ils se sentent eux aussi abandonnés».


Rien qu’en France c’est plus de 40 000 étudiantes et étudiants marocains confinés dont une grande majorité vivent dans une grande précarité. C’est par le soutien des associations caritatives locales que nos jeunes étudiants parviennent à s’alimenter.

Des marocains contraints de rester malgré eux à l’étranger, dépourvus pour la plupart de moyens et condamnés à être à la charge du bon vouloir des uns et des autres et à mendier un toit et un repas chaud en pleine période de Ramadan ne sont malheureusement pas des cas isolés. Un véritable calvaire que subissent de nombreux compatriotes, épuisés et indignés alors que les pays voisins comme la Tunisie et l’Algérie ont mis en œuvre les moyens nécessaires aux rapatriements de leurs concitoyens.

Devant les consulats du Maroc à Amsterdam, Bruxelles, Istanbul, Paris, Madrid…, ce sont les mêmes supplications.

Bravant les interdictions de sorties dans les pays confinés, les marocains désespérés tentent de faire réagir les autorités marocaines.

Que doit-on faire s’écrie Youssef, un chauffeur de car qui assure les transferts touristiques entre le Maroc et la France.

« Je dors dans mon autobus et je mange grâce à des associations caritatives c’est un scandale !! »


De même pour Fatima, ingénieure au ministère de l’agriculture, venue pour des vacances chez sa famille à Paris où elle se retrouve piégée L’angoisse d’un retour improbable qui semble de plus en plus lointain, la promiscuité et le confinement alimentent tensions et conflits.

Fonctionnaire, Fatima une ingénieure dévouée qui a mené une carrière de plus de 30 ans au service de l’état, elle se sent aujourd’hui rejetée par son pays.

« Je sens bien que je suis une charge et cela m’est insupportable…au point que j’erre dans les rues de Paris le jour en plein confinement pour limiter ma présence chez les personnes qui m’hébergent s’indigne Fatima ».

 
Ce sont des milliers de marocains choqués, déprimés. Il faudra prévoir sans doute une prise en charge psychologique à leur retour car ils n’en ressortiront pas indemnes.

Pourquoi notre Royaume reste-t-il silencieux ?

Il s’agit d’un drame humanitaire sans précédent pour lequel il faut agir sans attendre.
 
Pourtant il existe des solutions pour répondre à la crainte de la propagation du virus, d’autres pays les mettent en œuvre : Tests au départ, tests à l’arrivée et mise en quarantaine…

Les Marocains du monde appellent le Gouvernement Marocain à trouver une solution respectueuse de la dernière volonté de nos illustres disparus et de leurs familles, et rapatrier les marocains coincés à l’étranger.

Il est temps de mettre fin à la stigmatisation entre les Marocains et les autres pays comme la Turquie, l’Algérie, la Tunisie et bientôt le Sénégal qui ont décidé de mettre en place des vols pour le rapatriement de leurs concitoyens.

Les Marocains du Monde se perçoivent abandonnés par le Royaume.

Ils espèrent une action en leur faveur de la part de leur Roi, sa Majesté Mohamed VI que Dieu le glorifie.
Tous admiratifs de la gestion des mains de maître par sa Majesté le roi Mohammed VI de la pandémie du Covid-19, le Maroc est cité en exemple et est devenu un cas d’école même pour la France, la sixième puissance mondiale.

Pendant que des pays comme la France manquent de masques au point qu’ils n’osent pas généraliser le port de masques, le Maroc, pour sa part, en dispose, en fabrique et en exporte même. Protecteur de son peuple et réactif pour anticiper et répondre aux besoins d’urgence rappelons que les outils de protection sont vendus à des prix plus que raisonnables au royaume chérifien qui a produit mêmes ses respirateurs pour mieux répondre à l’urgence.

C’est pourquoi les Marocains du Monde gardent confiance en leur ROI et s’en remettent à sa faveur en l’implorant de mettre en œuvre les actions nécessaires afin qu’ils ne soient pas les oubliés du Royaume dans la gestion du COVID-19.
 
Le magasine TelQuel s'est fait le relai d'une lettre adressée à Mohamed VI.

"Nous sommes des centaines de Marocains bloqués à l'étranger. Après trois semaines sans perspective d'une possibilité de retour, nous arrivons aujourd'hui au bout de nos ressources financières. Aujourd'hui nous nous sentons abandonnés.
Chaque jour nous voyons des citoyens du monde entier rentrer dans leur pays. Cela alimente notre détresse alors même que le Maroc se félicite d'organiser le départ des étrangers bloqués dans le royaume. Votre Majesté, vous seul pouvez nous entendre…".


Le parti de l’Istiqlal s’est emparé de ce sujet dès le début du déclenchement de l’état sanitaire d’urgence.
Par ses actions il continue à mobiliser les associations humanitaires pour venir en aide aux Marocains et interpellent les autorités marocaines afin qu’une solution soit trouvée.

Nous lançons un appel de détresse et demandons à ce que soit mis en place de façon urgente la possibilité de mettre un terme à cette interdiction afin que nos proches et leurs familles puissent dignement enterrer leurs morts et que les vivants puissent regagner leur maison.

Morts et Vivants ; les Marocains piégés à l’étranger doivent rentrer chez eux.

Hadj Chafiq

  



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 25 Septembre 2020 - 10:20 L’agilité, c’est pour les gouvernements aussi

Mercredi 23 Septembre 2020 - 23:14 Covid ou pas : Gouverner, c’est prévoir