Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Sport

Mondial-2022 : Egypte-Sénégal, nouveau duel Salah-Mané


Rédigé par la rédaction avec (AFP) le Jeudi 24 Mars 2022



Le Sénégal de Sadio Mané a gagné la première manche en remportant la Coupe d'Afrique contre l'Égypte de Mohamed Salah mais les deux stars de Liverpool se recroisent pour le plus alléchant barrage « aller » africain des qualifications du Mondial-2022 ce vendredi au Caire.

"Moi et Mo Salah n'en parlons même pas" à Liverpool, jure Mané sur la chaîne YouTube Que Golazo.

"Ils sont restés dans leur bulle, se sont des professionnels, et puis Sadio n'est pas du genre à aller chambrer les gens", assure-t-on dans l'entourage du buteur sénégalais.

Ils s'étaient parlé sur le terrain, au moment où Mané allait tirer un penalty en début de finale de CAN. Cela avait peut-être déstabilisé le Lion de la Teranga, qui a manqué la transformation.

Mais deux heures plus tard, il n'a pas manqué le dernier tir au but de la série qui a offert un titre de champion d'Afrique après lequel le Sénégal courait depuis toujours (0-0, 4 t.a.b. à 2).

Revoilà les deux grandes stars africaines face à face pour un nouveau sommet dramatique: Salah va-t-il perdre une deuxième fois contre son complice chez les Reds?

Ancien sélectionneur du Sénégal (1988-1992), Claude Le Roy voit le Sénégal "légèrement favori".

"A la dernière CAN, Mané a pris une nouvelle dimension dans l'attitude, le comportement, la gestuelle, qu'il n'avait pas avant", poursuit le sélectionneur aux neuf Coupes d'Afrique.

"On l'a vu relancer le groupe, discuter dans des moments difficiles", précise Le Roy.

"Les Égyptiens ont Salah, qui est éblouissant, mais il l'était plus avant la CAN qu'après", ajoute le technicien, qui pense que le Sénégal "s'est libéré" avec cette première victoire à la CAN et a pris "un léger ascendant psychologique".
 
 "Revanche"
 
"Les Égyptiens doutent peut-être un peu plus, les Sénégalais sont dans l'euphorie. Quoiqu'il arrive, il leur sera beaucoup, pardonné. Les Égyptiens, pas du tout".

Dans le vestiaire triste des vaincus à Yaoundé, Salah promettait déjà à ses coéquipiers: "Nous aurons notre revanche sur eux", une scène filmée par une télévision égyptienne.

"Salah est un des meilleurs joueurs du monde, nous voulons qu'il nous emmène à la Coupe du monde", lançait après le match l'adjoint Diaa al-Sayed (Carlos Queiroz, le sélectionneur, était suspendu pour la finale).

Malgré la déception, le technicien était déjà offensif et optimiste en parlant de ce double choc.

La défaite en finale "n'influe pas sur les barrages pour la Coupe du monde. Nous avons des stratégies, Carlos Queiroz est en train de renouveler l'équipe", martelait al-Sayed.

Outre leur leader Salah, il citait "ces nouveaux qui ont joué pour la première fois une CAN et nous ont fait honneur", comme l'ailier Omar Marmoush, le défenseur central Mohamed Abdelmonem, qui a pallié l'absence d'Ahmed Hegazy, blessé, ou le latéral Omar Kamal, lui aussi suspendu pour la finale et que Mané va retrouver sur son chemin au Caire et à Diamniadio, la ville nouvelle à côté de Dakar où se dresse le nouveau stade où se jouera le match retour mardi.
"Cette équipe a un avenir brillant", assurait Al-Sayed.

"Nous, les Égyptiens, quand nous tombons, nous nous relevons", lançait le gardien Mohamed Abou Gabal "Gabaski". Mané est prévenu.