Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Moncef Slaoui : Pas de politique dans la quête du vaccin


Rédigé par Anass Machloukh le Lundi 7 Septembre 2020

Dans une interview accordée à la revue scientifique américaine Sciencemag, le chercheur marocain Moncef Saloui a menacé de se retirer de l'opération "Ward Speed" en cas de pressions politiques pour précipiter un vaccin dangereux ou inefficace, assurant que la science l'emportera sur la politique.



Moncef Slaoui : Pas de politique dans la quête du vaccin
Ça fait maintenant presque cinq mois que l’opération Ward Speed a commencé, son dirigeant Moncef Saloui a affirmé que les travaux avance dans les meilleures conditions. Le chercheur marocain a ajouté que la production des vaccins est dans sa phase opérationnelle, soulignant que 25 sites différents aux États-Unis sont impliqués dans la fabrication de six modèles de vaccins.

Des essais cliniques en cours

S’agissant des essais cliniques, M. Slaoui a précisé que le Etats unis sont en train d’effectuer des essais de phase III avec 30 000 sujets, « ce qui est beaucoup plus important que pour de nombreux vaccins qui ont été approuvés aux États-Unis dans le cadre d'une demande de licence de produits biologiques », a-t-il indiqué.

Par ailleurs, il a insisté sur la nécessité d’évaluer l’efficacité du nouveau vaccin qui doit faire l’objet d’une démonstration expérimentale rigoureuse. « Si un vaccin est efficace, une EUA exigera que la documentation et la démonstration de son efficacité soient irréprochables » a-t-il déclaré.

S’agissant des dangers que peut présenter le nouveau vaccin, Moncef Slaoui a rassuré sur son innocuité qui, selon lui, sera évaluée régulièrement.

Pas de place pour la politique dans la science

Dans un autre contexte, le vaccin doit être éloigné de la politique et ses prétentions, il ne doit aucunement faire l’objet d’une concurrence politique qui peut s’avérer préjudiciable pour la santé publique. À cet égard, Moncef Slaoui a refusé toute précipitation ayant pour but de présenter un vaccin précoce ou incertain pour des raisons politiques et électorales. « Croyez-moi, il n'y aura pas d'EUA déposée si ce n'est pas correct. » a-t-il assuré.

En réponse à l’idée d’un vaccin inactivé, M. Slaoui s’est opposé à cette éventualité rappelant qu’au début des années 1960, un vaccin inactivé contre le virus respiratoire syncytial a été administré et il a aggravé la maladie.

En cas d’interférence politique dans les travaux de « Ward Speed », le chercheur marocain a été catégorique en déclarant qu’il n’hésitera pas à démissionner s’il subit "des pressions de la part de l’Administration américaine". Pour autant, il a assuré qu'il n'y a eu absolument aucune ingérence.

Par ailleurs, concernant l’aspect de la solidarité, Moncef Slaoui a affirmé qu’il plaide constamment pour que les Etats Unis prennent part à l’initiative mondiale COVAX qui vise à accélérer le développement, la production et l'accès équitable aux vaccins.