Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Mohcine Jazouli: "La crise actuelle va remodeler la gestion des économies au niveau local, régional et continental"


Rédigé par Wolondouka SIDIBE le Lundi 1 Juin 2020

​ Le Corporate Council on Africa (CCA) – organisation basée à Washington regroupant les entreprises américaines menant des affaires en Afrique – a organisé le 29 mai 2020 un webinaire au sujet des mesures sanitaires et économiques adoptées par les gouvernements du Maroc et du Sénégal dans le cadre de leur réponse à la crise causée par le Covid-19.



Pour présenter les expériences respectives des deux pays et donner davantage de détails sur les mesures spécifiques, deux ministres ont été invités en tant que panélistes. Pour le Maroc, M. Mohcine Jazouli, Ministre Délégué auprès du Ministre des Affaires Étrangères, de la Coopération Africaine et des Marocains Résidant à l'Étranger ; du côté du Sénégal, M. Amadou Hott, Ministre de l'Économie, du Plan et de la Coopération internationale.
 
Mohcine Jazouli a présenté la stratégie anticipative mise en place au Maroc suite aux orientations de Sa Majesté Le Roi Mohammed VI et les mesures drastiques adoptées, que ce soit sur le plan sanitaire, social ou économique. A ce titre, le Ministre Délégué a présenté, entre autres, les attributions du Fonds Covid-19 et les décisions du Comité de Veille Économique (CVE) dont il fait partie.
 
Le Ministre Délégué a échangé avec les participants sur les conséquences de cette crise sanitaire sur le plan social et économique. Il a également présenté les mesures développées pour relancer le secteur privé marocain. De nombreuses perspectives post pandémie ont également été évoquées avec un focus spécial sur les domaines pharmaceutique et médical marocains, en présentant la forte capacité démontrée par le tissu économique marocain lors de la crise du Covid-19. Les entreprises américaines ont été rassurées sur la bonne gestion de la pandémie par le gouvernement et elles ont été invitées à maintenir leurs affaires au Maroc et sur le continent africain.
 
Ainsi, M. Jazouli a souligné que « la crise actuelle va certainement impacter le commerce et l'investissement, provoquant un remodelage de la façon de gérer les économies au niveau local, régional et continental ». Il a ajouté « qu’une crise est une opportunité de changement, d’amélioration et d’adoption de bonnes pratiques. Certes, cette crise va occasionner beaucoup de dégâts ; cependant, chaque crise apporte également d'énormes opportunités » ; et d’ajouter que « compte tenu de l'énorme potentiel de l'Afrique, du Maroc et des États-Unis, il est impératif que nous travaillions ensemble pour reconstruire nos économies et donner de l'espoir aux personnes qui ont perdu leur emploi ou qui de manière générale ont bataillé pour s’en sortir économiquement ».
 
Au sujet de la coopération africaine, M. Jazouli a rappelé l’Initiative de Chefs d’Etat africains proposée par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Que Dieu L’assiste, visant à établir un cadre opérationnel afin d’accompagner les pays africains dans leurs différentes phases de gestion de la pandémie ; initiative basée sur l’action, l’échange d’expérience et de bonnes pratiques.
 
M. Jazouli a ajouté que « cette crise a clairement montré les limites de la mondialisation de certaines chaînes de valeur ; d'où l'impératif de poursuivre l'intégration régionale afin de sécuriser les approvisionnements de certains secteurs d’activité ». Il a précisé, que « les pays africains devront compter sur leurs partenaires traditionnels, qu’ils soient sur le continent ou ailleurs ». A titre d’exemple, il a suggéré que « des projets d'infrastructures communs puissent être conçus – dans des domaines essentiels comme les transports ou l'énergie – qui pourraient être financés par les États-Unis dans le cadre d’une coopération tripartite renforcée et exécutés par des consortiums locaux-américains ».
 
M. Jazouli a finalement conclu que « s’il y a une leçon à retenir de cette crise sanitaire qui a secoué le monde entier, c’est celle de la nécessité de renforcer les mécanismes de solidarité » et que « nous avons assisté à d'énormes changements à différents niveaux et dans différentes régions du monde qui réorganiseront sans aucun doute notre façon de travailler et de vivre, mais aussi de coopérer ensemble ».
 
Les participants du webinaire ont particulièrement été intéressés par les défis de la relance économique et les perspectives socio-économiques internes. D’autres questions ont porté sur la réponse concertée du continent africain. Les participants qui ont pris part au webinaire sont des représentants de grandes entreprises américaines membres du CCA, des agences gouvernementales américaines ou du monde diplomatique.
 
Pour rappel, le Corporate Council on Africa (CCA) est l’une des principales associations commerciales américaines qui vise à promouvoir les affaires et les investissements entre les États-Unis et les pays africains. Les membres de CCA sont des entreprises investies dans les secteurs les plus prometteurs du continent, à savoir l'agroalimentaire, l'énergie, la finance, la santé, les TIC, les infrastructures, la sécurité et le tourisme.