Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Migration / Naufrage d’une embarcation dans la Manche : 30 morts


Rédigé par Fatima Zohra El Gharbaoui le Jeudi 25 Novembre 2021

Le naufrage, mercredi, d’une embarcation au large de Calais a entraîné la mort d’au moins 31 migrants. Boris Johnson s'est dit "choqué, et profondément attristé". Emmanuel Macron a promis de retrouver les coupables.



Le naufrage d’une embarcation au large de Calais a entraîné la mort d’au moins 31 migrants ce mercredi 24 novembre. Sur les 33 personnes qui étaient à bord de l’embarcation, 31 ont été découvertes mortes, deux autres ont été sauvées, selon les informations en possession de Gérald Darmanin ministre français de l’Intérieur, au moment de s’exprimer en fin de journée devant les journalistes sur les lieux du drame. Il a précisé que parmi les morts il y avait cinq femmes et une petite fille.

Les recherches continuent et se poursuivront demain si nécessaire, selon le ministre.

Emmanuel Macron a promis de retrouver les coupables du drame que la préfecture maritime de la Manche qualifie de "pire accident" de ce type pour ceux qui tentent de rejoindre le Royaume-Uni. Gérald Darmanin a aussi salué les efforts des secouristes et des services d’urgence qui ont tout fait pour sauver les migrants.

Les passeurs pointés du doigt

Les premiers coupables du drame sont les passeurs qui organisent ce genre d'embarcations de fortunes, a martelé Gérald Darmanin devant la presse en évoquant le caractère criminel de leurs actes.

"C’est-à-dire des criminels qui pour quelques milliers d’euros organisent des traites d’êtres humains d’Iraq, d’Afghanistan, d’Afrique, d’Asie, et qui ensuite utilisent ces personnes, les font venir, en Belgique, aux Pays-Bas, en France surtout, pour traverser la Manche et pour aller en Grande-Bretagne. C’est ces passeurs qu’il nous faut combattre. 1.500 ont été arrêtés depuis le 1er janvier", a expliqué le ministre de l’Intérieur.

Le parquet de Dunkerque a ouvert une enquête pour "aide à l'entrée au séjour irrégulier en bande organisée" et "homicide involontaire aggravé", a fait savoir l'AFP. S’exprimant sur le "pire accident" de ce type, qui a eu lieu ce mercredi, le Président de la République a promis que "la France ne laissera pas la Manche devenir un cimetière", relate la MAP.

Emmanuel Macron a également promis que "tout sera mis en œuvre pour retrouver et condamner les responsables" de ce drame. Le chef de l'État a réclamé la tenue d'une réunion d'urgence des pays européens concernés par la crise migratoire et appelé au "renforcement immédiat" de l'Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes (Frontex), a ajouté AFP.

Johnson propose à la France d'en "faire plus ensemble"

De l’autre côté de la Manche, le Premier ministre britannique Boris Johnson s'est dit mercredi "choqué, révolté et profondément attristé" par la mort de 27 migrants dans la Manche, assurant vouloir "faire plus" avec la France pour décourager les traversées illégales vers l'Angleterre.

"Nous avons eu des difficultés à persuader certains de nos partenaires, en particulier les Français, d'agir à la hauteur de la situation, mais je comprends les difficultés auxquelles tous les pays sont confrontés", a-t-il déclaré sur Sky News à l'issue d'une réunion de crise à Downing Street. "Ce que nous voulons maintenant, c'est faire plus ensemble, c'est ce que nous proposons", a-t-il ajouté.

En désaccord depuis des semaines sur la question migratoire, Londres et Paris avaient récemment convenus, après une montée des tensions dans le sillage de l'arrivée le 11 novembre de 1.185 migrants sur les côtes anglaises, qui s’agissait d’un record, rappelle AFP.

Le drame de ce mercredi, redouté par les autorités et les associations, est de loin le plus meurtrier depuis l'envolée en 2018 des traversées migratoires de la Manche, face au verrouillage croissant du port de Calais et d'Eurotunnel, empruntés jusque-là par les migrants tentant de rallier l'Angleterre.

Ces traversées constituent un sujet de tension régulier entre Paris et Londres, les autorités britanniques estimant insuffisants les efforts entrepris côté français pour les empêcher d'embarquer malgré le versement d'aides financières.

"Cette catastrophe souligne à quel point il est dangereux de traverser la Manche de cette manière. Elle montre également à quel point il est vital d'intensifier nos efforts pour briser le modèle économique des gangsters qui envoient des gens en mer de cette manière", a estimé Boris Johnson.

"Je dis à nos partenaires d'outre-Manche que le moment est venu pour nous tous de nous mobiliser, de travailler ensemble pour faire tout ce que nous pouvons pour briser ces gangs", a-t-il ajouté.






«Une entreprise qui rapporte bien»

Le naufrage de mercredi dans la Manche est le plus meurtrier depuis l'envolée en 2018 des traversées migratoires de la Manche, face au verrouillage croissant du port de Calais et de l’Eurotunnel emprunté jusque-là par les migrants qui tentent de rallier l'Angleterre. En 2021 et avant ce drame, le bilan des décès depuis le début de l'année s'élevait à trois morts et quatre disparus. En 2020 le bilan était de six morts et trois disparus et en 2019 il se limitait à quatre morts.

Cela fait plusieurs mois que la côte sud de l'Angleterre est confrontée à des arrivées records de migrant traversant illégalement la Manche, souvent par le biais de passeurs. Depuis le début de l'année, il y en a eu plus de 25.700, selon l'agence Press Association, soit trois fois plus que sur la totalité de 2020. Les tentatives de traversées migratoires de la Manche à bord de petites embarcations ont doublé ces trois derniers mois, avait mis en garde vendredi dernier le préfet maritime de la Manche et de la mer du Nord, Philippe Dutrieux, dans un entretien avec l'AFP.

Au 20 novembre, 31.500 migrants avaient quitté les côtes depuis le début de l'année et 7800 migrants avaient été sauvés, avait-il affirmé. Une tendance, avait-il remarqué, qui n'a pas baissé malgré les températures hivernales. M. Dutrieux explique notamment ce phénomène par "le cynisme des organisations qui sont derrière ces passages, qui jettent à l'eau des migrants parce que c'est une entreprise qui rapporte bien".

 

  


Dans la même rubrique :
< >