Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Méditerranée orientale : L’implication des USA attise les tensions


le Mercredi 9 Septembre 2020

Pour Sergueï Lavrov, les Américains attisent plus le conflit gréco-turc qu’ils n’apportent de solution. Pour lui, le compromis et le dialogue s’imposent.



Méditerranée orientale : L’implication des USA attise les tensions
Les actions des États-Unis en Méditerranée orientale «contribuent au conflit» au lieu d’apporter des solutions pacifiques, a déclaré mardi le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, lors d’une visite à Chypre. 

«Il y a d’autres problèmes qui sont sources de préoccupations pour nous en relation avec la situation en Méditerranée orientale (...) Il y a des acteurs extérieurs, tels que les EtatsUnis, qui tentent de tracer des traits et contribuent au conflit au lieu de solutions pacifiques», a indiqué M. Lavrov à l’issue d’une rencontre avec le président chypriote Nicos Anastasiades. 

Cette visite de M. Lavrov à Chypre est considérée par les analystes politiques comme importante pour les relations entre cette île en Méditerranée orientale et la Russie, et elle intervient à l’issue d’une période de relations tendues entre les deux pays traditionnellement amis.

Lavrov s’est également entretenu avec son homologue chypriote Nikos Christodoulides, et les deux parties ont signé à cette occasion des accords comprenant un accord amendé pour éviter la double imposition et un accord sur des questions à discuter entre les deux parties.

Les questions abordées lors de ces discussions ont compris le problème chypriote de longue date et les efforts visant à relancer les négociations au point mort depuis 2017, vers une solution permettant la réunification de l’île, et d’autre part les actions de la Turquie concernant l’exploration gazière en Méditerranée orientale, qui sont également une source d’accroissement des tensions dans la région.

Le chef de la diplomatie russe a précisé que la position de son pays était que la question chypriote devrait être résolue en accord avec les résolutions des Nations Unies, et exprimé son espoir que les Nations Unies seraient en mesure de relancer ces négociations aussi tôt que possible. «Nous observons la situation en Méditerranée orientale concernant vos relations avec la Turquie», a-t-il dit au président chypriote, ajoutant que le compromis et le dialogue étaient les seules solutions.

La crise s’invite au Sommet des pays du Sud de l’UE

Les vives tensions en Méditerranée orientale vont dominer les discussions au sommet des pays du sud de l’Union européenne qu’Emmanuel Macron préside jeudi en Corse, île française en Méditerranée.

Réunis quelques heures dans un hôtel de Porticcio, dans la baie d’Ajaccio, les dirigeants des sept pays membres du Med7 voulaient accorder leur stratégie pour éviter une escalade de la crise opposant la Turquie à la Grèce.

Très impliqué dans le dossier, le président français en débattra avec les dirigeants italien Giuseppe Conte, espagnol Pedro Sanchez, grec Kyriakos Mitsotakis, portugais Antonio Costa, chypriote Nikos Anastasiades et maltais Robert Abela.

Il s’agit «de faire progresser le consensus sur la relation de l’UE avec la Turquie, en vue notamment du sommet européen des 24-25 septembre qui y sera consacré», à Bruxelles, a précisé le palais présidentiel de l’Élysée.

  


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 29 Septembre 2020 - 21:33 Liban : Des « jours sombres » en perspective