Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Régions

Marrakech : L’enjeu de taille de la reprise touristique


le Vendredi 25 Décembre 2020

Marrakech a vécu une «crise inédite» en raison de la conjoncture induite par la Covid-19, qui a mis à genoux et fait beaucoup de mal à l’ensemble de l’écosystème touristique.



Marrakech : L’enjeu de taille de la reprise touristique
En effet, depuis la mi-mars dernier, la première destination touristique du Royaume semblait avoir l’air d’une «ville sans âme», laissant place à la nostalgie du temps où les habitants et visiteurs peinaient à trouver une place pour parquer près de la vibrante médina et de ses marchés ou encore à proximité de la mythique place de Jemâa El Fna, qui, toujours grouillante, n’a jamais été aussi déserte.

Toutefois, depuis le déclenchement de cette pandémie, les professionnels du tourisme, en coordination avec les autorités, les élus locaux et la société civile, n’ont pas lésiné sur les moyens pour faire face, avec sérénité, sérieux et un sens élevé de responsabilité, aux répercussions combien néfastes de la Covid-19.

Les professionnels ont fait montre d’une volonté commune d’agir ensemble, en parfaite coordination avec l’ensemble des élus et les autorités locales, notamment la wilaya de la région, pour «une reprise responsable» du secteur, qui s’articule autour des «3R» : «Redémarrer, Relancer et Réinventer».

«Il s’agit de redémarrer, rouvrir et se résoudre à vivre avec le virus, qui constitue un impératif pour remettre l’écosystème en marche dans le respect des gestes barrières et des protocoles sanitaires, se reconnecter avec les partenaires internationaux pour reconquérir nos parts de marchés et continuer d’agir ensemble notamment à la levée des restrictions de déplacement et au rétablissement de la confiance parmi les voyageurs», avait expliqué le CRT.

L’exécution du contrat-programme constitue un grand acquis pour la sauvegarde de l’emploi dans les secteurs d’activités touristiques les plus touchés et la mobilisation se poursuit afin que les autres acteurs de la chaîne de valeurs (restaurants touristiques, artisanat, activités d’animations et événementiel...) soient également couverts, avait noté le CRT.

Dans la foulée, le Conseil a lancé, en partenariat avec l’Office National Marocain du Tourisme (ONMT), une campagne de communication relayée sur les médias, les réseaux sociaux et sur la plateforme «visit-marrakech».

Conscients de la nécessité de se réinventer, les professionnels de la région ont travaillé des mois durant sur «un plan d’accélération, adapté à la situation, qui va marquer un tournant décisif dans notre approche de concevoir, de produire et de commercialiser des solutions de plus en plus innovantes et stimulantes de la demande», selon la même source.

La réouverture de prestigieux établissements hôteliers, ainsi que l’arrivée des premiers touristes étrangers en octobre à l’aéroport international de Marrakech-Menara, ont été perçus comme un signal fort, rassurant et annonciateur d’une relance progressive de l’activité touristique dans la Cité ocre. Les attentes des professionnels de l’industrie touristique, tout comme les habitants de la ville sont certainement nombreuses. Mais les enjeux à relever sont aussi de taille et nécessitent la mutualisation des efforts pour favoriser un rebond sur les bons rails de ce créneau vital de l’économie locale.