Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Marocains bloqués à l’étranger : L’agaçante ambiguïté du gouvernement


Rédigé par Saad Jafri le Mercredi 15 Avril 2020

Lors de la réunion de la Commission parlementaire des Affaires étrangères qui s’est tenue mercredi, Nezha El Ouafi, ministre déléguée aux Affaires étrangères, a été envoyée au feu pour chanter les louanges du travail du département de Nasser Bourita sur la question des Marocains bloqués à l’étranger. Cependant, les députés ont pointé du doigt le manque de communication et de réactivité de ce dernier, appelant à amorcer une stratégie de rapatriement en urgence.



Réunion de la Commission parlementaire des affaires étrangères.
Réunion de la Commission parlementaire des affaires étrangères.
Depuis plus d’un mois, des milliers de Marocains sont bloqués dans les quatre coins du globe, suite à la décision du Royaume de suspendre toutes les liaisons maritimes et aériennes. Ces derniers ne pouvant pas regagner le pays, lancent un appel à l’aide, notamment, à travers les réseaux sociaux et les demandes officielles, adressées au ministère de tutelle. Néanmoins, la réactivité des départements des Affaires étrangères laisse à désirer.

Pire, le Chef du gouvernement, Sâad Dine El Othmani, lors de son grand oral consacré lundi 13 avril à la crise du coronavirus au sein de la Chambre des représentants, a rapidement survolé cette question épineuse, en demandant un peu plus de patience aux concernés dont il a estimé le nombre (de manière erronée) à 7500 personnes. Ce qui a suscité une vague d'indignation sur la toile.

Face à la gravité de cette situation, la Commission parlementaire des Affaires étrangères, de la Défense nationale, des Affaires islamiques et des MRE, s’est fixée comme ordre du jour les Marocains bloqués à l'étranger et au Maroc, pour mettre les choses au clair. En l’absence de Nasser Bourita, Mme Nezha El Ouafi a pris la relève pour répondre aux interrogations des députés sur ce dossier polémique, néanmoins ces derniers n’ont pas été convaincus par sa rhétorique.

Le dilemme des chiffres contradictoires

Ce ne sont pas moins de 18.226 ressortissants marocains (ils étaient 18.055 lundi lors du discours d’El Othmani) à être bloqués en dehors du Royaume, indique El Ouafi, dès le début de la réunion. Une déclaration, qui a suscité « beaucoup d’émoi » chez les parlementaires participant aux travaux de la commission, surtout que le chef du gouvernement a avancé, l'avant-veille même de cette réunion un chiffre, deux fois inférieur de 7500 personnes. Ce qui pose de légitimes questions quant à l'incapacité de l'Exécutif, maintes fois éprouvée, d'accorder ses violons.

Néanmoins, Mme El Ouafi a usé de la même rhétorique sur la patience et la résilience utilisée par El Othmani. Rhétorique qui risque d'être vite désavouée par le ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita, dont nos voyageurs coincés espèrent et pressentent une prochaine sortie triomphale annonçant leur retour rapide mais progressif, avant le mois sacré de Ramadan. 

Transparence et communication 
En attendant, le point qui a été fortement épinglé par la totalité des députés présents lors de la réunion de la Commission est celui du manque de communication. Dans ce sillage M. Allal Amraoui, membre du groupe parlementaire Istiqlalien « Pour l'unité et l'égalitarisme », a souligné l’importance « d’adopter un discours clair et transparent » durant ces temps de crise, car cette ambigüité laisse place à diverses «interprétations et interrogations» chez les personnes coincées à l’étranger. Et d’ajouter que « ça fait plus d’un mois que ces ressortissants marocains sont bloqués, leur situation est devenue préoccupante, que ce soit sur le plan sanitaire, économique ou social », pourtant c’est silence radio, non justifié, de la part du gouvernement. 

L’ambigüité dans la stratégie de rapatriement
«Les autorités travaillent sur tous les scénarios possibles pour trouver une solution aux Marocains bloqués, pour avoir un rapatriement dans de bonnes conditions et sans risque pour la santé de leurs concitoyens», a indiqué Mme El Ouafi, lors de sa longue intervention devant les députés. Cependant, elle n’a pas réussi à convaincre ces derniers qui appellent à appliquer en urgence une stratégie bien définie.

Les parlementaires appellent à amorcer un rapatriement progressif, en commençant par les personnes les plus vulnérables. « Nous souhaitons que cet élan de solidarité, que connaît aujourd’hui le Maroc, touche l’ensemble des Marocains, notamment, ceux coincés à l’étranger », affirme M. Amraoui, ajoutant que le ministre des Affaires étrangères doit être présent durant la prochaine réunion de la Commission pour trouver des solutions concrètes et mettre fin au calvaire de cette catégorie de citoyens.

Avant la clôture de la réunion, le président de la Commission des Affaires étrangères a annoncé avoir reçu un SMS de la part de Nasser Bourita, l'informant de sa disposition à répondre, la semaine prochaine, aux questions des députés sur le dossier des Marocains bloqués.