Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Maroc, premier pays africain engagé dans la production du vaccin ?

Covid-19


Rédigé par Nabil LAAROUSSI le Mardi 8 Septembre 2020

Maintenant que le Président de la Chine a évoqué une éventuelle production marocaine du vaccin, il manque de savoir qui s’en occupera. SOTHEMA héritera-t-elle également de ce projet ?



Maroc, premier pays africain engagé dans la production du vaccin ?
« La Chine est prête à promouvoir la coopération avec le Maroc sur le développement et la production de vaccins contre la COVID-19 », a annoncé XI Jinping, Président de la république de Chine, lors de l’entretien téléphonique qu’il a eu avec SM le Roi, pendant lequel il a confirmé son ferme soutien au gouvernement et au peuple marocains dans la lutte contre la pandémie.

M. Xi avait d’ailleurs indiqué, ouvertement et à plusieurs reprises, qu’une fois à terme, le vaccin chinois contre la COVID-19 deviendrait un bien public mondial, soulignant que les pays en voie de développement, en particulier les pays africains, figureraient parmi les premiers à en bénéficier.

Il s’agirait alors de l’éventualité d’un projet de production marocaine dudit vaccin. Une perspective qui relève des interrogations quant à la capacité de l’infrastructure pharmaceutique de notre pays à entreprendre un tel projet dans les normes de qualité internationales. Ce à quoi la communauté scientifique au Maroc répond avec positivité et optimisme, relevant la position de leadership régional et continental du Royaume dans ce domaine, grâce aux multiples laboratoires et établissements qui y opèrent. 

Quel rôle pour SOTHEMA ?

L’un de ces opérateurs est SOTHEMA, le laboratoire pharmaceutique fondé en 1976, spécialisé dans la fabrication et la commercialisation des médicaments, lequel, a d’ailleurs participé à la signature des accords, jeudi 20 août, entre le Maroc et la Chine, portant sur la coopération en matière d’essais cliniques de Phase III du vaccin anti Covid-19, développé par l’Institut des produits biologiques de Wuhan dépendant du China National BIOTEC Group (CNBG) affilié à SINOPHARM.

La signature de ces accords, qui s’est faite par visioconférence, a connu la présence, entre autres, de Lamia Tazi, Présidente-Directrice Générale de SOTHEMA, qui se verra attribuer la prise en charge des essais cliniques du vaccin chinois.

A ce propos, la PDG de SOTHEMA nous a expliqué : « Nous avons été sollicités par le ministère de la Santé pour la mise en place d’une étude clinique de phase III pour le vaccin contre la covid-19, selon les normes internationales en vigueur ». Cependant en réponse à une éventuelle implication de SOTHEMA dans la production du vaccin, Mme Lamia Tazi a fait remarquer qu’il était encore tôt pour aborder ce sujet (voir les 3 questions). 

La polémique autour des essais cliniques

Et alors que la pandémie continue à présenter des difficultés sur les plans social et économique, partout dans le monde, et particulièrement au Maroc, qui a connu une hausse exponentielle des cas durant ces dernières semaines, la participation aux essais cliniques a généré une controverse concernant les effets de ce vaccin qui sont actuellement inconnus malgré les résultats prometteurs des phases I et II. 

Au moment où certains mettent en avant un accès privilégié et rapide au vaccin que permettrait cette collaboration du Royaume, le groupe istiqlalien avait exprimé sa préoccupation vis-à-vis des conditions du déroulement des essais et avait souligné la nécessité de garantir toutes les conditions nécessaires de sécurité aux volontaires qui participeront aux essais cliniques.

Nabil LAAROUSSI

3 questions à Mme Lamia Tazi, Présidente-Directrice générale de SOTHEMA

Lamia Tazi
Lamia Tazi
« Assurer une autonomie vaccinale est une nécessité pour un pays comme le Maroc »

Nous avons contacté Mme Lamia Tazi pour éclairer certains détails concernant la phase des essais cliniques du vaccin chinois contre la COVID-19.

Le laboratoire marocain SOTHEMA a été choisi pour accompagner le ministère dans la campagne nationale des essais cliniques contre la COVID-19. Comment les participants ont été sélectionnés ?
- L’étude inclut 600 volontaires de sexe masculin et féminin, âgés de 18 ans ou plus, qui ne souffrent pas de maladies chroniques pouvant les mettre en danger. Le recrutement s’est fait sur base du volontariat. Les bénévoles doivent signer un consentement libre et éclairé. En vertu de ce consentement, l’autorité sanitaire est tenue de présenter clairement au volontaire les modalités des tests. Les volontaires ne seront cependant pas rémunérés.

- Comment se passeront ces essais?
- Les essais cliniques se dérouleront dans le Centre hospitalier universitaire d’Ibn Rochd, l’hôpital Ibn Sina et l’hôpital militaire de Rabat. Il s’agit d’essais cliniques de phase III avec comme objectifs le suivi d’immunogénicité et des effets indésirables. Pendant cette phase, l’étude prend une dimension comparative de l’efficacité du vaccin face à un placebo. En d’autres termes l’étude a pour but de mesurer la réponse immunitaire des volontaires à qui le vaccin a été injecté et de les comparer aux volontaires à qui un placebo a été injecté. Les volontaires sont ensuite suivis pendant 12 mois pour contrôler les effets indésirables, s’il y en a.

- Qu’en est-t-il d’un éventuel projet de production au Maroc ?
- Je crois que c’est encore tôt pour aborder l’éventualité d’une production locale du vaccin. Nous devons d’abord finaliser cette phase d’essais cliniques. Ceci dit, assurer une autonomie vaccinale est une nécessité pour un pays comme le Maroc et SOTHEMA est évidemment très intéressé par la participation à ce projet. Dans ce domaine, nous possédons les compétences, la capacité de production et le savoir-faire pour répondre rapidement aux besoins de notre pays. D’ailleurs, il est important de rappeler que SOTHEMA est le premier laboratoire africain ayant produit localement des anticancéreux issus de biotechnologie.

Recueillis par N. L

Repères

Un petit brin d’Histoire 
Fondé en 1976 par Omar Tazi, Sothema est l’un des premiers laboratoires marocains opérant dans l’industrie pharmaceutique. Son premier site de production fut lancé en 1981, permettant ainsi au laboratoire de débuter la production de l’insuline en 1983. La première décennie du millénaire actuel fut une période fructueuse, avec l’ouverture de la filiale West Afric Pharma au Senegal en 2004, l’introduction en bourse en 2005 et l’acquisition du site Novartis Maroc en 2010. Sothema est aujourd’hui l’un des leaders de sa spécialité à l’échelle nationale et continentale.
Expansion vers l’Afrique
Trois volets constituent les piliers des accords signés par le Maroc et la Chine, notamment les essais cliniques de phase III, la mise en place d’un cadre de coopération globale et un troisième volet portant « une volonté de transcender nos deux seuls pays, pour s’ouvrir au Sud et au Nord » avait déclaré le ministre des Affaires Etrangères, Nasser Bourita, ajoutant que c’est ainsi que le Maroc traduit son engagement pour que le vaccin contre la Covid-19 soit accessible en Afrique.