Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Maroc-Israël : Les enjeux et non-dits d’un accord historique


Rédigé par S. A. le Vendredi 26 Novembre 2021

L’accord militaire et sécuritaire conclu le 24 novembre entre le Maroc et Israël devrait rapidement se traduire par une intensification des échanges d’informations et de deals en matière d’armement.



PHOTO : THIRD PARTY / REUTERS
PHOTO : THIRD PARTY / REUTERS
Rabat et Tel-Aviv viennent de franchir un nouveau palier d’intégration dans leurs relations bilatérales, avec la signature le 24 novembre d’un accord de coopération sécuritaire entre les deux pays. Un protocole qui est appelé à jouer le rôle de catalyseur de la coopération entre le Royaume et l’Etat hébreu en termes de lutte contre le terrorisme, le partage de renseignement, la formation de groupes de travail ou encore la collaboration industrielle.

Echange d’informations et de know-how

Ce partenariat stratégique devrait signifier le début d’une étroite collaboration sécuritaire entre les services marocain et israélien. « L’accord se traduira dans un premier temps par un renforcement de l’échange d’informations et la tenue d’exercices conjoints », a confié un haut responsable du ministère de la Défense israélien au Times of Israel. Ce dernier a également précisé que ce document « nous permettra d’assister le Maroc avec tout ce dont il aura besoin, tant que cela rejoint nos intérêts. Nous avons tout une alliance stratégique de savoir ».

Tel-Aviv compte de son côté profiter de l’expérience accumulée par les différents services de sécurité marocains dans la lutte contre le terrorisme, notamment contre des groupes comme Al Quaida et Daech. Le mémorandum d’entente devrait également profiter à l’industrie de la défense actuellement en phase de démarrage, qui pourra profiter de transfert de technologie de l’industrie d’armement israélienne.

L’Etat hébreu a réussi lors des vingt dernières années à passer du statut d’importateur à celui de fournisseur de premier plan d’armement et technologie de défense. Une expertise qui devrait intéresser l’industrie d’armement nationale qui a pour mission première d’offrir aux Forces Armées Royales une autonomie stratégique de manière à les prémunir d’une rupture brutale en termes d’approvisionnement. Un tissu industriel qui est également appelé à se tourner vers l’export pour pérenniser son activité, le transfert de savoir-faire prévu par l’accord conclu de coopération devrait permettre d’accompagner le futur écosystème marocain dans la mise en oeuvre des ses objectifs.

D’ailleurs, l’expertise de l’industrie israélienne de la défense est reconnue au niveau du segment des drones, des missiles, des technologies de radar. En 2020, Israël était le 12ème fournisseur d’armes avec un volume de plus de 345 millions de dollars de ventes d’armes répartis entre 16 pays. Toujours lors de la même année, Tel-Aviv a ainsi consenti une enveloppe de 22 milliards de dollars pour son armée, ce qui représente 12% de ses dépenses gouvernementales totales qui sont allouées à la Défense.

Selon le ministère de la Défense israélien, une série de contrats de ventes d’armements et d’équipements militaires devrait être signée prochainement entre le Royaume et l’Etat hébreu. « Il n’empêche que les deals en matière d’armements ne devraient pas former la base de la relation entre le Maroc et Israël », a signalé le même responsable au quotidien israélien. Ce rapprochement s’inscrit, par ailleurs, dans la stratégie de diversification des partenariats stratégiques initiés par le Royaume depuis les 10 dernières années.

Realpolitik

Ce qui signifie, au passage, une plus forte intégration de Rabat dans l’axe tripartite Washington-Londres et Tel-Aviv. Une « alliance » qui se démarque par son pragmatisme qui se traduit sur le terrain par une prédilection pour la realpolitik. Ce qui représente un gage sur la solidité des engagements et partenariats conclus et les prémunit de revirements causés par des positionnements purement idéologiques ou répondant à des besoins électoralistes. D’un autre côté, le Royaume partage avec Israël le fait de se retrouver dans une position de forteresse assiégée, dans un environnement régional qui ne fait que gagner en instabilité.

Le Maroc doit, pour rappel, composer avec un voisin du Nord dont l’appareil d’Etat, notamment la composante militaire, voit dans le Royaume un ennemi existentiel et dont l’opinion publique se voit périodiquement rappelé l’image du Moro fourbe et belliqueux. Une image héritée de la guerre civile et de la période coloniale.

A l’Est, le régime des généraux aux abois semble de plus en plus tenté de jouer la carte de l’affrontement armé pour désamorcer le Hirak qui dure depuis plus de 2 ans. Une menace qui peut se matérialiser par un affrontement conventionnel et de haute intensité entre les FAR et l’ANP. Une option qui reste peu probable vu l’équilibre des forces et l’hostilité de la communauté internationale à une déstabilisation d’une zone clé dans les routes de commerces internationales, notamment maritimes.

L’option la plus réaliste reste que le voisin de l’Est se décide pour un affrontement via proxy (le Polisario), en témoigne la décision récente d’Alger de reprendre les livraisons d’équipements militaires aux séparatistes dans l’espoir de réactiver le conflit au Sahara marocain. Des séparatistes qui multiplient les déclarations guerrières et ont mêmes menacé d’entreprendre des actions terroristes dans le Royaume. Au Sud, le désengagement des forces françaises de Barkhane de la bande sahélo-sahélienne pourrait voir un regain d’activité des éléments djihadistes qui parcourent la région et pourraient signifier une menace pour les intérêts économiques comme pour les ressortissants marocains dans la zone.


S. A.

L'info...Graphie

Maroc-Israël : Les enjeux et non-dits d’un accord historique