L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search



Actu Maroc

Marché de l’Emploi : Ces secteurs qui parviennent toujours à recruter !


Rédigé par Abdellah MOUTAWAKIL Jeudi 8 Septembre 2022

Avec la rentrée post-estivale, le marché de l’emploi connait une forte affluence de demandeurs d’emplois. Quels sont les secteurs qui recrutent et quels sont les profils recherchés par les employeurs ? Eléments de réponses !



C’est la rentrée, et les CV des nouveaux diplômés pleuvent sur les bureaux des recruteurs. Un cycle annuel que les bureaux et agences de recrutement ne manquent pas d’observer en ce début septembre 2022. Et à les interroger sur les principaux secteurs qui recrutent actuellement, les principales réponses qui reviennent citent les suivants : l’automobile, l’offshoring, le digital ou encore l’agroalimentaire. « Le covid a poussé les entreprises à s’orienter vers une réorganisation plus souple et cela favorise grandement le digital », observe Ali Serhani, directeur général associé du Cabinet RH Gesper Services.

« Pour l’heure, nous observons que les recrutements sont très moyens au niveau de l’industrie », renchérit pour sa part Essaid Bellal, président exécutif du Cabinet de recrutement Diorh. D’ailleurs, ces observations semblent corroborer les derniers chiffres publiés par le Haut-Commissariat au Plan (HCP) sur le marché de l’emploi.

« Le secteur des services a créé 237.000 postes, celui de l’industrie, 76.000 postes, des BTP 30.000 postes, alors que l’agriculture, forêt et pêche en a perdu 210.000 », faisait remarquer l’institution dirigée par Ahmed Lahlimi Alami au terme du premier semestre de l’année en cours. Selon Essaid Bellal, « la situation devrait certainement évoluer dans les semaines à venir, car là, ce n’est que le début de la rentrée ».

Intelligence artificielle

Une autre question se pose également dans le contexte actuel : quels profils sont recherchés par les employeurs. « Une chose est sure, sur la base de l’expérience vécue avec le covid-19, les entreprises sont dans une logique de réorganisation. Donc, les profils polyvalents sont d’emblée ceux qui sont les plus recherchés », note Ali Serhani. Selon-lui, dans les métiers de l’offshoring par exemple, les employeurs sont davantage intéressés par les jeunes polyglottes, avec une recherche accrue de compétences maitrisant les langues espagnole et lusophone. « Toutefois, et c’est presque toujours le cas, on observe un intérêt permanant pour des métiers comme les commerciaux, et les ingénieurs».

Juristes

Cela dit, poursuit notre interlocuteur, « les évolutions sur le marché de l’automobile, notamment avec l’essor de la voiture intelligente, accroissent les demandes sur les profils maitrisant le domaine de l’intelligence informatique ». Autant dire que le digital est plus que jamais un secteur d’avenir sur lequel il est encore très sûr de miser. « Les entreprises essaient de renforcer leur organisation interne. Donc, tout ce qui touche à la digitalisation est le bienvenu », confirme Essaid Bellal du Cabinet Diorh. « Toujours dans le secteur de l’automobile, nous avons pas mal de demandes sur des postes liés aux responsables juridiques, notamment ceux qui, en plus du français et de l’arabe, maîtrisent l’anglais », renseigne Ali Serhani.

Salaires post-covid

Enfin, pour ce qui est du niveau des rémunérations, certains experts en recrutement s’attendent à des évolutions dans les mois à venir. « Avec la hausse du coût de la vie et de l’inflation, il se peut que les rémunérations connaissent des évolutions positives d’ici la fin de l’année, mais pas forcément », tempère Essaid Bellal. « La vérité est que les salaires ne sont plus ce qu’ils étaient. Les rémunérations avant covid ne sont plus aussi intéressantes que ce que nous avons actuellement, sauf pour les profils particuliers de hautes compétences et qui sont difficiles à trouver et à dénicher. Globalement, on observe une baisse de 30% sur les salaires des hauts cadres », conclut le directeur général associé du Cabinet RH Gesper Services.

Il conseille d’ailleurs, à ce propos, de miser sur l’auto-formation qui, à ses yeux, est aujourd’hui la voie la plus rapide pour percer et renforcer son profil aux yeux des employeurs à la recherche de compétences rares. A bon entendeur !



Abdellah MOUTAWAKIL

Repères

« Awrach » : 30.000 offres d’emploi…
Depuis son lancement, le programme « Awrach » a permis la création de plus de 30.000 offres d’emploi dans plusieurs régions du Royaume, selon le ministre de l’Inclusion économique, de la Petite entreprise, de l’Emploi et des Compétences, Younes Sekkouri. Du côté de l’Agence nationale de promotion de l’emploi et des compétences (ANAPEC), on répertorie pas moins de 47.114 bénéficiaires à mi-juillet, soit 49,07%. Le nombre des bénéficiaires devrait atteindre 62.225 au cours des trois prochains mois, soit 64,76% de l’objectif tracé pour l’année 2022.
… Une enveloppe de 2,25 MMDH
Le programme « Awrach », lancé par le gouvernement en début 2022 bénéficie d’une enveloppe budgétaire de 2,25 MMDH au titre de l’année 2022. Il s’inscrit dans le cadre de l’opérationnalisation du programme gouvernemental 2021-2026 sur l’accompagnement des personnes ayant perdu leur emploi et qui trouvent des difficultés pour accéder aux opportunités d’emploi.

L'info...Graphie


Emploi


Des bornes pour les demandeurs d’emplois
 
C’est l’une des nouveautés en cours sur le marché du travail au Maroc. Désormais, des bornes sont mises à la disposition des jeunes à la recherche d’emplois pour mieux interagir et se connecter avec les évolutions du marché. C’est dans ce cadre que la Fondation marocaine de l’éducation pour l’emploi (EFE-Maroc) vient d’inaugurer, le 30 août dernier à Anfaplace Mall Casablanca, des « hiring kiosks ». Ceux-ci viennent après ceux de Kénitra et Rabat, déjà lancés en 2021.

L’objectif est de connecter davantage des jeunes Marocains aux opportunités d’emploi sur la Région de Casablanca et en particulier dans le secteur du retail. Ces bornes interactives, innovantes, en libre-service et gratuites font partie du projet Reset mené par EFE-Maroc en partenariat avec Silatech, Dell Technologies, Accenture et la Fondation Bill & Melinda Gates.

Ce projet, expliquent ses initiateurs, vise à lutter contre le chômage des jeunes au Maroc en facilitant leur insertion au marché du travail à travers des formations gratuites, du job matching et de l’accompagnement entrepreneurial.
 

Création d’emplois


Le gouvernement multiplie les fronts !
 
En plus des programmes de l’auto- entrepreneuriat et « Awrach », le gouvernement mise énormément sur « Forsa ». A ce jour, et comme annoncé récemment par le ministère du Tourisme, de l’Artisanat et de l’Economie Sociale et Solidaire, quelque 10.438 apprenants sont « onboardés » sur la plateforme e-learning Forsa Academy. Sur les 5070 projets ayant déjà terminé leur apprentissage, 1750 sont en cours d’accompagnement par les experts des incubateurs afin de préparer leurs dossiers de financement, note le ministère.

Par ailleurs, 850 autres projets ont commencé l’incubation de 2,5 mois. Les porteurs de projets concernés par cette incubation sont répartis en groupes dans l’ensemble des régions, et bénéficient d’un accompagnement rapproché pour transformer leur idée en projet ou pour transformer un projet existant en entreprise performante. Les prochaines semaines seront dédiées à l’accélération de la cadence afin de financer 10.000 projets du programme « Forsa » avant la fin de l’année 2022.

A ce titre, la tutelle précise que les étapes de sélection, à savoir le « scoring » des dossiers, les entretiens et le passage en commissions de sélection régionales, ont atteint un stade avancé et seront achevées dans les semaines à venir. Les derniers mois seront exclusivement consacrés à l’accompagnement et le financement des projets, précise-t-on de même source.

Pour sa part, le programme «Awrach», dont la circulaire de lancement avait été signée début 2022, vise la création de 250.000 emplois directs dans le cadre de chantiers publics temporaires durant les années 2022 et 2023.
 

3 questions à Essaid aid Bellal

Marché de l’Emploi : Ces secteurs qui parviennent toujours à recruter !

« Tout ce qui tourne autour du digital est le bienvenu »
 
Pour Essaid aid Bellal, président exécutif du Cabinet DIORH, les entreprises sont dans une logique de réorganisation. Ce qui favorise les métiers liés au digital. Selon lui, la situation est très moyenne au niveau de l’industrie en ce qui concerne les recrutements.

-Avec la rentrée, selon-vous quels sont les secteurs qui recrutent le plus actuellement ?

- Il faut dire que c’est encore tôt pour dégager une tendance globale. Je pense qu’il faudrait encore observer la situation sur les semaines à venir avant d’avoir une tendance plus nette. Cela dit, sur la base de ce qui est aujourd’hui palpable, nous constatons que certains secteurs comme l’agroalimentaire, l’automobile ou encore la grande distribution recrutent. Cela peut s’expliquer notamment par la rentrée scolaire entre autres évènements, et cela crée de l’activité. Par contre, la situation est très moyenne au niveau de l’industrie. Mais là aussi, je pense que d’ici fin septembre, des évolutions sont possibles, à l’instar des autres secteurs.


- Quels sont les types de profils les plus recherchés par les employeurs ?

- Les entreprises essaient de renforcer leur organisation. Tout ce qui tourne autour de la digitalisation et du digital est donc le bienvenu. C’est le cas également pour ce qui touche aux systèmes d’informations, ainsi que les postes de RH. D’autres entreprises travaillent aussi sur le renforcement de leurs stocks. Donc les profils qualifiés pour ces tâches sont recherchés.


-Qu’en est-il des rémunérations. Les choses bougent-elles avec la rentrée actuelle ?

- Pour l’heure c’est encore tôt pour le dire. Mais avec la hausse du coût de la vie et de l’inflation, il se peut que les rémunérations connaissent des évolutions positives d’ici la fin de l’année, mais pas forcément. Observons donc la situation dans les semaines à venir et nous aurons certainement une idée beaucoup plus nette des grandes tendances qui vont se dégager.


Recueillis par A. M.