Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Marché automobile : Quels segments de voitures prospèrent pendant Covid-19 ?


Rédigé par A. CHANNAJE le Vendredi 11 Septembre 2020

Pendant la pandémie de Covid-19, les ventes de voitures d'occasion surpassant celles d'unités neuves dans une variété de marchés émergents et développés.



Les concessionnaires recherchent des véhicules d'occasion pour soutenir le chiffre d'affaires de l'industrie automobile pendant la pandémie de Covid-19, les voitures personnelles d'occasion surpassant les ventes d'unités neuves dans une variété de marchés émergents et développés, souligne Oxford Business Group (OBG).

Cela survient alors que les consommateurs cherchent à adhérer aux directives de distanciation sociale et à éviter les transports publics, tout en tirant le meilleur parti de leur pouvoir d'achat réduit dans un contexte de vents contraires économiques mondiaux, ajoute le cabinet d’intelligence économique dans une récente analyse intitulée « « Quels segments automobiles prospèrent pendant Covid-19? ».

Le think tank, basé à Londres, cite l’exemple de la Turquie où « les acteurs de l'automobile en Turquie prévoient jusqu'à 8 millions de ventes de voitures d'occasion en 2020, car la pénurie pré-pandémique de véhicules neufs est exacerbée par les perturbations de la chaîne d'approvisionnement attribuées au virus. Quelque 2,1 millions de voitures et de véhicules utilitaires légers ont été vendus au premier trimestre de l'année, mettant le marché sur la bonne voie pour dépasser le record de 7,6 millions d'unités vendues en 2019.

De l'autre côté de l'Atlantique, les ventes de voitures d'occasion ont également diminué en Allemagne, en France, en Italie et en Espagne. En revanche,  les achats de véhicules neufs ont enregistré des baisses plus marquées. En avril, par exemple, l'Allemagne a traité 44% moins d'immatriculations de voitures d'occasion en glissement annuel, tandis que les nouvelles immatriculations de voitures ont chuté de 61% sur la même période.

C’est le cas également du Maroc, il est vrai, non cité dans la présente analyse d’OBG. En effet, selon, l’Association des Importateurs de Véhicules au Maroc (AVIAM), les livraisons globales de voitures neuves à la fin du premier semestre 2020 ont chuté de 33,45% par rapport à la même période de l’année dernière. Dans le détail, 9 651 véhicules neufs ont été vendus en juin, dont 8 264 véhicules particuliers et 1 387 véhicules utilitaires légers. Au cumul des six premiers mois de l’année, la régression s’élève à 43,3%, ce qui correspond à des immatriculations en baisse de l’ordre de 45 774 unités, contre 80 735 ventes enregistrées au premier semestre de l’année dernière.
 
Ventes de voitures neuves en ligne pour sortir de la crise
 
Pour sortir de la crise, OBG indique que de nombreux concessionnaires et constructeurs automobiles dans le monde développent activement leurs canaux de vente en ligne et d'autres outils numériques pour augmenter les achats de nouvelles unités. 

C’est le cas d’AutoNation, le plus grand détaillant automobile aux États-Unis, qui a récemment investi dans l'expansion de ses offres en ligne et a introduit un service de livraison de magasin à porte, éliminant ainsi le besoin pour les clients de visiter une salle d'exposition. "Pour le numérique, toute cette période perturbatrice ... est un point d'inflexion à partir duquel il n'y a pas de retour en arrière", a déclaré Mike Jackson, président exécutif et PDG d'AutoNation, aux investisseurs en mai. 

Reflétant un changement plus important dans le commerce de détail, certaines entreprises ont signalé une accélération des ventes en ligne pendant la pandémie. 

Le groupe 1 automobile des États-Unis a vu ses ventes générées en ligne presque tripler leur part des ventes globales, passant à 7,3% en avril, contre 2,5% avant la pandémie. Dans le même temps, la part des livraisons de véhicules a quadruplé, passant de 5% à 20%.

De même, Carvana, un vendeur de voitures en ligne uniquement, basé aux États-Unis, a vu ses ventes de véhicules augmenter de 25% en glissement annuel au deuxième trimestre 2020, avec des revenus en croissance de 13% pour atteindre près de 1,2 milliard de dollars. Les investisseurs ont pris note: le cours de l'action de la société à la Bourse de New York est passé d'environ 30 $ à la mi-mars - lorsque les restrictions de mobilité liées à Covid-19 ont été introduites pour la première fois dans le pays - à environ 215 $ à la fin du mois d'août, pour la croissance de 616,7%.  
 
Perspectives de croissance future
 
Quoiqu’il en soit, OBG estime que la popularité grandissante des voitures d'occasion offre des opportunités aux acteurs nouveaux et établis de gagner des parts de marché numérique. Cependant, avec les lignes d'approvisionnement perturbées et la demande globale atténuée, la performance plus faible de l'industrie s'est poursuivie au second semestre 2020.

Les ventes mondiales de véhicules de tourisme ont chuté d'environ 7% en glissement annuel en juillet, selon la firme de recherche industrielle mondiale Counterpoint, alors même que certains pays enregistrent des reprises mensuelles à la suite de la réouverture des économies. En Chine, les ventes progressent de 16% en glissement annuel, bien que le chiffre d'affaires reste sous pression aux États-Unis, en Europe, en Inde et au Japon.

Dans la foulée, OBG rappelle que la baisse des ventes d’automobiles était principalement due à l’impact économique de la pandémie. Car, une forte hausse du chômage dans le monde a entraîné une baisse considérable des dépenses de consommation. Cette tendance a été aggravée par des retards dans la chaîne d'approvisionnement: les fabricants ne pouvaient pas s'approvisionner en matières premières et en pièces auprès d'installations de production fermées en Chine et dans d'autres pays durement touchés.  

Cependant, les crises sanitaires passées ont démontré que ces perturbations initiales peuvent stimuler les ventes de véhicules au fil du temps à mesure que les économies se redressent. Par exemple, lors de l'épidémie de SRAS de 2002-03 en Chine, la peur de l'infection a conduit de nombreuses personnes à éviter les transports publics et a entraîné une augmentation de la demande de véhicules.

Pour conclure, OBG souligne que le passage aux voitures d'occasion et les efforts de numérisation des ventes et des services offrent aux concessionnaires et aux fabricants l'occasion de s'adapter à l'évolution de la dynamique de la vente au détail.