L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal






Actu Maroc

Malgré le plan d’urgence, les transporteurs touristiques plaident pour plus de mesures


Rédigé par S.M le Mercredi 19 Janvier 2022

Dans un récent communiqué, datant du 18 janvier, la Fédération nationale des transports touristiques (FNTT) a salué les efforts fournis par le gouvernement afin de sauver le secteur touristique à travers le plan d’urgence de 2 milliards de dirhams (MMDH) qui lui a été consacré.



Malgré le plan d’urgence, les transporteurs touristiques plaident pour plus de mesures
Tout en se réjouissant du prolongement du versement de l’indemnité forfaitaire de 2000DH durant le premier trimestre 2022, la FNTT a dénoncé l’exclusion des professionnels du transports touristiques de certaines mesures, à savoir l’’exonération de la taxe et la taxe professionnelle conformément au contrat du programme 2020/2022 et la mise en œuvre des décisions du comité de vigilance comme prévu dans le contrat du programme en reportant, sans intérêt, les échéances de prêt pour la fin de décembre 2021, et ce, vu l’inactivité que connaît le secteur depuis mars 2020.

Les responsables fédéraux ont ainsi réitéré leur volonté de voir reformuler le cahier de charges et d'œuvrer pour impliquer les professionnels dans l'élaboration de tout futur programme ou plan d'action qui concerne le secteur du tourisme.

La ministre du Tourisme, de l’Artisanat et de l’Economie sociale et solidaire, Fatim-Zahra Ammor, avait présenté, lundi, un plan d’urgence du secteur. Cette nouvelle série de mesures de soutien est un signal fort au secteur du tourisme qui permettra la sauvegarde d’entreprises, évitera la destruction massive des emplois, et préparera la relance du secteur.

Rappelons que cinq mesures phares ont ainsi été adoptées, à savoir, le prolongement du versement de l’indemnité forfaitaire de 2000DH durant le premier trimestre 2022, pour l’ensemble des employés du secteur du tourisme, les transporteurs touristiques et les restaurants classés, le report des charges dues à la CNSS pendant 6 mois pour ces mêmes employés, ainsi que la prise en charge par l’État de la taxe professionnelle due par les hôteliers en 2020 et en 2021.

Ainsi, l’établissement d’un moratoire relatif aux échéances bancaires sur une durée pouvant aller jusqu’à 1 an, pour les hôteliers et les transporteurs touristiques et enfin l’octroi d’une subvention de l’État au secteur de l’hôtellerie, pour un montant global de 1MMDH.