Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

MIPA : les Marocains face à la hantise d’un éventuel reconfinement


Rédigé par Siham Mdiji le Jeudi 3 Septembre 2020

Une enquête de l’Institut marocain d’analyse des politiques (MIPA), rendue publique le 1er septembre, a révélé que 53% de Marocains ne sont pas préparés à un éventuel reconfinement, et ce, malgré la recrudescence des cas positifs à la Covid-19.



MIPA : les Marocains face à la hantise d’un éventuel reconfinement
C’est la deuxième étude réalisée par l’Institut marocain d’analyse politique. Les résultats de celle-ci ont dévoilé que la majorité des Marocains ne sont pas prêts à revivre l’expérience du confinement qui a, à côté des conséquences économiques, provoqué un impact psychologique important sur la population.
 
L’opinion publique qui s’est montrée favorable aux mesures de confinement, lors de la première enquête effectuée en mars, estime qu’il devient de plus en plus délicat pour l’Etat de surmonter la crise sanitaire due au SARS-CoV-2.
 
Le MIPA indique s’être appuyé sur un échantillon représentatif de 1100 personnes, âgées de 18 ans ou plus, divisé entre 50% des hommes et 50% des femmes. Des quotas ont été pris en compte par tranches d’âge et par zone géographique, afin d’assurer un équilibre de l’échantillon où toutes les régions du pays sont représentées.
 
Résultats alarmants
 
L’étude récente montre que 11% des sondés affirment continuer à suivre l’actualité concernant la situation épidémiologique du Royaume, tandis que la première étude avait montré que 48% des Marocains étaient propices à toutes les mesures drastiques mises en place par le gouvernement, notamment le confinement, l’état d’urgence sanitaire et les restrictions de mouvement.
 
L’institut a mis en exergue que le taux est passé de 1% au début à 14% en juillet dernier, de ceux qui ne portent aucun intérêt à l’évolution de la situation de la Covid-19.  
 
Deux tiers des sondés, soit 33%, estiment que les Marocains pourraient coexister avec la pandémie et s’habituer au respect des mesures préventives à long terme, alors que 2% pensent que c’est irréalisable.
 
L’étude a révélé également que seulement 53% des interrogés recourent régulièrement à la désinfection, 46% déclarent retreindre leurs mouvements aux nécessités les plus urgentes, que 59% affirment respecter les mesures de distanciation physique, que 71% confirment respecter le port obligatoire du masque, et 72% affirment se laver les mains plusieurs fois par jour.
Les résultats de ladite étude ne peuvent que prouver l’absence d’engagement d’un large pan de la population, hommes et femmes, à juguler la propagation du nouveau coronavirus, et son relâchement au niveau du respect des mesures préventives.
 
Une couverture médicale remise en cause
 
Selon l’institut, la pandémie de la Covid-19 était révélatrice de plusieurs disparités, notamment au niveau de la couverture médicale. En effet, 65% contre 35% des interrogés bénéficient de la sécurité sociale, et 76% contre 8% envisagent d’en souscrire à l’avenir.
 
Information et sources
 
Plusieurs Marocains, soit 67%, ont fait des réseaux sociaux une source d’information en cette période de pandémie, alors que 52% des interviewés suivent les chaînes de télévision nationales, 14% s’informent sur les chaînes étrangères, et 42% se limitent aux recherches sur Internet pour rester au courant de la situation sanitaire du pays.
 
De leur côté, 34% des sondés ont déclaré suivre les recommandations du ministère de la Santé à travers la communication du département, 10% se réfèrent à la famille et aux amis, alors que 3% seulement se tournent vers des médecins et des pharmaciens dans le même but.
 
Enfin, signalons qu’en matière de méthodologie, les deux chercheurs dirigeant cette étude de l’Institut marocain d’analyse politique expliquent s’être basés sur une approche quantitative, avec le recours à un questionnaire en ligne.
 
 

  


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 24 Septembre 2020 - 19:30 Le Gouvernement veut réorganiser Casa-Finance City