L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search


L'Opinion

Lutte contre la soif : Approche solidaire et égalitariste


Rédigé par Souhail AMRABI le Mercredi 21 Février 2024



Lutte contre la soif : Approche solidaire et égalitariste
Nul ne peut contester que la lutte contre le stress hydrique est le plus grand défi de l’actuel gouvernement. Les problématiques liées à l’emploi, à l’investissement, à l’éducation ou encore à la santé publique sont certes d’envergure, mais la transversalité de l’eau hisse la question de la gestion de cette ressource vitale en priorité nationale, car, sans elle, c’est tout le tissu socio-économique qui s’effondre.

Raison pour laquelle l’Exécutif a mis les bouchées doubles, en lançant plusieurs actions urgentes, mais aussi en mobilisant tous les acteurs concernés, et des partenaires aussi bien publics que privés. Actions dont les détails ont été profondément développés, mardi, par le ministre de tutelle Nizar Baraka. Des mesures basées sur la solidarité entre les villes côtières et intérieures en étendant les canaux d’approvisionnement en eau potable et en allégeant la pression sur les barrages dont les eaux seront destinées aux régions intérieures, au monde rural et au secteur agricole.

Cette approche, conforme au référentiel égalitariste du Parti de l’Istiqlal, porte d’ores et déjà ses fruits, comme en témoignent les quelque 170 millions de mètres cubes d’eau acheminés via l’autoroute de l’eau reliant l’Oued Sebou au barrage Sidi Mohammed Ben Abdellah, permettant de réponde aux besoins de l’axe Casablanca-Rabat.

De plus, les villes desservies par des stations de dessalement, à l’instar de Safi et El Jadida, fournissent les régions non côtières en eau potable, réduisant les risques de soif dans leurs zones respectives.

La tutelle n’y est également pas allée de main morte, lançant moult dispositifs pour mettre fin aux «bad practices» qui épuisent les nappes phréatiques, telles que l’export démesuré des fruits et légumes «hydrivores», la surutilisation du gazon dans l’urbanisme, l’usage domestique excessif, les puits illégaux… et maintenant le paquet est mis sur les contrats de nappes, l’usage des drones pour traquer les abus et les forages illégaux, et les campagnes de sensibilisation. Car pour faire face efficacement à la crise hydrique, ce sont les perceptions de nous tous qui doivent changer !



Dans la même rubrique :
< >





🔴 Top News