Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Locations touristiques à courte durée : un fléau qui s’abat sur les villes d’Europe !


Rédigé par Nabil Laaroussi le Mercredi 29 Juillet 2020

Non seulement au Maroc mais partout dans le monde, AirBnb, par ses services de location ravage les secteurs de l’habitat et du tourisme.



En janvier 2019, le Maroc avait décidé qu’au 2ème semestre de la même année, il aura finalisé un projet de taxation des locations touristiques sur AirBnb, grâce à la création d’une plateforme visant à encadrer les opérations de location touristique entre particuliers ou passant par AirBnb, rejoignant ainsi nombre de pays de l’UE ou encore l’Afrique du Sud, le Japon et la Turquie dans ce combat contre l’évasion fiscale des géants du net, dans le but de soutenir les opérateurs qui alimentent le tourisme interne dans la formalité.

Non seulement le tourisme mais aussi l’habitat 

Aujourd’hui, dans plusieurs grandes villes touristiques d’Europe, une nouvelle difficulté se manifeste du fait du succès de AirBnb.

Lisbonne

A Lisbonne, le grand flot de touristes requérant des locations à courte durée a provoqué l’explosion des coûts d’achat d’un logement (+64% entre 2017 et 2020) et des locations à longue durée. Un constat qui a causé la fuite des autochtones et la détresse des jeunes et des familles à faible revenu.

Dans le contexte de la pandémie de la Covid-19 qui a entraîné une chute de 95% des réservations touristiques d’appartements et de maisons entre mai 2019 et mai 2020, l’occasion est opportune pour imposer une solution incitante.

Dans ce sens, le conseil municipal de Lisbonne vient d’initier le programme « Renda Segura », visant à transformer les habitations de location en logement pour les habitants de la ville. Ledit conseil paiera aux propriétaires trois ans de loyer à l’avance à condition de remplacer la location à courte durée de leurs propriétés, en une à longue durée, et se chargera par la suite de trouver des locataires adéquats à ces logements. Ce programme pourrait débloquer 1.000 nouveaux logements pour les locaux.

Paris

Dans la ville des lumières, 30.000 logements sont sous le viseur de la mairesse Anne Hidalgo qui souhaite reprendre en main le marché de location.

A cette fin, la mairie propose aux propriétaires poursuivis en justice par la ville de louer leurs biens à des tarifs de 20% sous le prix du marché, en échange de l’abandon des poursuites à leurs égards.

Quid des autres villes ?

Plus de 10.000 appartements dédiés aux locations touristiques seront fermés progressivement à Madrid, suite au durcissement des règles de la politique locative.

Berlin se montre plus radicale en appliquant une amende de 100.000 Euros à tout propriétaire qui ne respecterait pas le gel des loyers jusqu’en 2025. Une mesure adoptée par la majorité du parlement régional berlinois, le jeudi 30 janvier, limitant la hausse annuelle du loyer à seulement 1,3%.

  


Dans la même rubrique :
< >