L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search





Actu Maroc

Lion de l’Atlas : Les indices troublants d’une probable réapparition [INTÉGRAL]


Rédigé par Safaa KSAANI Vendredi 12 Janvier 2024

Depuis le 11 décembre 2023, plusieurs personnes dans la région de Khénifra ont signalé avoir observé un lion à l’état sauvage. Afin d’éclairer l’opinion publique, nous sommes partis sur les traces de ces apparitions hypothétiques, qui semblent de plus en plus plausibles.



Aussi invraisemblable que cela puisse paraître, depuis le 11 décembre 2023, plusieurs personnes dans la région de Khénifra ont signalé avoir observé un lion à l’état sauvage. Le dernier signalement date du dimanche soir dernier dans la même région. « Un habitant a été alerté par les cris de sa brebis. Suspectant la présence d’un loup, il a contacté trois voisins pour le rejoindre sur les traces de l’animal. L’un d’eux qui avait tenté de couper le chemin au prédateur, nous a confirmé avoir observé un lion. Il est catégorique », nous confie Lahoucine Faouzi, producteur de la célèbre émission de documentaires dédiés à la nature «Amouddou» diffusée sur le bouquet de la SNRT, qui est sur place depuis mardi soir. Réagissant au flux incessant d’informations et de rumeurs concernant ce phénomène, l’Agence Nationale des Eaux et Forêts (ANEF) n’a pas manqué de diffuser un communiqué soulignant que ses éléments, en collaboration avec les autorités locales et la Gendarmerie Royale, avaient lancé une mission de prospection approfondie sur le terrain. « Des opérations de ratissage à l’aide de drones sont organisées chaque jour depuis mardi », nous explique un forestier de la région de Khénifra, qui ne croit pas à la piste d’un lion, mais qui est convaincu « qu’un grand prédateur est bien présent dans la zone ».

Les connaisseurs de ce dossier savent que les premières évocations d’apparitions de lions dans la nature ne datent pas d’hier. Le documentaire Amouddou a été le premier à réaliser une émission à ce sujet durant sa 14ème saison, diffusée fin 2022. « Nous étions en train de chercher des traces de la panthère, lorsqu’un de nos informateurs nous a contacté pour signaler qu’un homme avait observé un lion quelques mois auparavant. Nous avons naturellement fait le déplacement et c’est toute l’histoire de notre rencontre avec ce monsieur que nous avons relatée dans notre dernier épisode », explique Lahoucine Faouzi. En laissant aux lecteurs le loisir de retrouver l’épisode en question pour se faire leur propre avis, le producteur nous révèle en exclusivité que plusieurs autres cas de signalement de lion se sont ensuite succédés. « Quelque temps après, durant la préparation de la saison 15, nous avons rencontré une femme dans la région d’Anfgou qui a finalement accepté de nous confier qu’elle avait également vu un lion. Elle a même essayé d’imiter le rugissement qu’elle a entendu tout en décrivant les attributs de l’animal », poursuit notre interlocuteur.

La rédaction de « L’Opinion » a pu visionner ce témoignage en avant-première. Durant son échange avec l’équipe d’Amouddou, la septuagénaire écarte catégoriquement les espèces de prédateurs dont on lui montre les photos, pour désigner catégoriquement la photo d’un lion de l’Atlas. « Une autre observation nous a été directement contée par un couple qui vit dans la région d’Azilal. En sortant de sa maison à l’aube, l’épouse s’est retrouvée nez à nez avec un lion qui passait devant chez elle. Elle a perdu connaissance et son mari, qui est venu à sa rescousse, a également aperçu l’animal avant de verrouiller la porte et de tenter de réanimer sa femme», explique Lahoucine Faouzi. Il y a ensuite une autre observation faite par un jeune homme dans la région de Zaouiet Cheikh qui a été vérifiée sur le terrain par l’équipe d’Amouddou. « A chaque rencontre, nous vérifions systématiquement les témoignages, mais également la crédibilité des interlocuteurs. Ceux que nous avons rapportés proviennent tous de personnes honnêtes et respectées dans leurs communautés qui n’ont d’ailleurs rien à gagner de crier au lion », précise le producteur.
 
Onde de choc

Sur les réseaux sociaux, la levée de bouclier des internautes incrédules s’effiloche depuis la recrudescence des signalements qui a été enregistrée durant le mois de décembre. Pour avoir la perspective des scientifiques, nous avons contacté une sommité mondiale : le Docteur Nobuyuki Yamaguchi, qui a travaillé sur l’évolution et la conservation du lion et a participé aux projets de conservation du lion de l’Atlas à la fin des années 1990 et au début des années 2000. Il nous a déclaré : «Je pense qu’il est très peu probable qu’une population sauvage de lions de l’Atlas subsiste encore au Maroc et en Afrique du Nord en général pour au moins trois raisons. D’abord, le travail réalisé par les chercheurs (Black et al), qui a donné lieu en 2013 à une publication scientifique (Examen de l’extinction du lion de Barbarie et de ses implications pour la conservation des félidés), a pris le temps de soigneusement examiner les données antérieures, avec comme constat que certains individus du lion de l’Atlas nord-africain pourraient avoir survécu à l’état sauvage jusque dans les années 1960, mais qu’il est très peu probable qu’une présence de l’espèce ait pu persister au-delà de cette date », nous confie le biologiste.

« Deuxièmement, les animaux aussi imposants et charismatiques que le lion ne peuvent généralement pas passer totalement inaperçus pendant une si longue période. Si des lions sont restés dans la région, leurs peaux, leurs crânes ou leurs os auraient probablement été retrouvés dans les villages locaux ou sur les marchés. Enfin, dans le cas où un lion serait effectivement retrouvé dans la région, il est beaucoup plus probable qu’il s’agisse d’un individu qui a été relâché (ou échappé de captivité) par des particuliers (riches et influents), plutôt qu’un individu issu d’une population sauvage de lions de l’Atlas », poursuit la même source. Pour Lahoucine Faouzi, « si la piste du lion se confirme, il n’est bien évidemment pas exclu qu’il s’agisse d’un animal échappé de captivité. Cela dit, notre conviction est que la possibilité de survie d’une population relictuelle au Maroc est réelle. Notre travail de terrain nous a permis d’identifier plusieurs témoignages qui rapportent des observations de lions après la période que les scientifiques ont fixée comme délai maximal à l’extinction de l’espèce, c’est-à-dire 1960 », répond Lahoucine Faouzi.

Le producteur donne l’exemple de la récupération par les forestiers d’un lionceau à l’état sauvage dans la région d’Ain Leuh en 1970. L’animal a été remis au jardin zoologique de Témara et a fini sa vie sous le petit nom d’«Ito». De même, notre interlocuteur nous livre un témoignage qu’il a recueilli au hasard de pérégrinations pour le tournage d’un épisode sur la vie des populations dans les zones d’altitude, du côté du Haut Atlas Oriental. « Un octogénaire respectable nous avait raconté spontanément qu’il avait observé un grand lion mâle durant la période 1987-1988.

L’homme explique qu’il avait eu la frayeur de sa vie alors qu’il surplombait le grand félin qui s’éloignait en aval près d’un Oued», poursuit la même source qui insiste sur le fait que les populations ont souvent tendance à ne pas donner trop d’importance au partage de ces observations avec les scientifiques. Nous avons donc ces observations qu’on peut également ajouter au fait que notre pays continue d’héberger des zones assez larges, d’habitats sauvages très difficiles d’accès, où perdurent des proies qui suffiraient au maintien d’une population de très grands prédateurs», estime Lahoucine Faouzi.
 
L’ANEF rassure

Le communiqué de l’ANEF, diffusé mardi après-midi et repris par plusieurs médias électroniques, précise que «les empreintes découvertes dans les espaces naturels limitrophes ont été identifiées comme appartenant à des spécimens de la famille de canidés, probablement un chien ou un loup doré d’Afrique du Nord. Par ailleurs, l’autopsie effectuée sur une agnelle à Oulmès, présumée avoir été attaquée par le lion selon les témoignages locaux, a révélé que les traces de morsures ne correspondaient pas à celles d’un lion. Elles sont relativement petites, écartant ainsi toute implication de la part d’un félin de grande taille et correspondant plutôt à un canidé». Nos sources dans la région nous confirment que les activités de ratissage de terrain se poursuivent encore au moment de l’écriture de ces lignes. L’ANEF semble écarter la piste du lion dans son communiqué, mais confirme cependant que ses équipes «continuent leurs prospections sur le terrain et restent attentives à tout témoignage ou observation d’animaux sauvages en vue de vérifier leur véracité et agir en conséquence». Que faut-il conclure de tout cela ? Pour paraphraser un célèbre dicton, nous préférons donner notre langue au Lion et laisser le soin des conclusions aux suites de l’enquête. Affaire à suivre. 

3 questions à Lahoucine Faouzi, producteur d’Amouddou « Nous devons continuer à chercher la vérité »

Naturaliste, producteur et présentateur de la série documentaire Amouddou, Lahoucine Faouzi nous livre son avis sur les récentes observations d’un grand prédateur.
Naturaliste, producteur et présentateur de la série documentaire Amouddou, Lahoucine Faouzi nous livre son avis sur les récentes observations d’un grand prédateur.
  • Vous êtes actuellement dans la zone de Khénifra sur les traces des observations du prédateur. Pensez-vous qu’il s’agit vraiment d’un lion ?

Après tout le travail d’enquête que nous avons réalisé durant ces deux dernières années, je peux vous dire en toute sincérité que je suis à 90% convaincu qu’il existe réellement un ou plusieurs individus de lions qui rôdent actuellement à l’état sauvage dans notre pays. 
 
  • Sur quels éléments vous vous basez pour avoir cette conviction ?

En tant que producteur d’un documentaire, j’apporte mon vécu lors de mes voyages et prospections. Moi aussi, je suis dans la perspective selon laquelle les grands prédateurs comme le Lion et la Panthère ont disparu, mais mon devoir est de partager ce que je découvre avec notre audience, et mon vécu est le suivant : à plusieurs reprises, je me retrouve face à une personne qui est respectée dans sa communauté qui atteste avoir observé un lion, en confirmant plusieurs de ses signes distinctifs. Si certains tournent ce sujet en dérision, nous estimons que nous ne devons pas pour autant nous interdire de chercher la vérité puisque c’est notre mission et qu’il s’agit quand même du Lion de l’Atlas !
 
  • Si la présence d’un lion à l’état sauvage se confirme, que conviendra-til de faire, selon vous ?

La protection des populations humaines est une priorité bien évidemment. Il faudra certainement trouver ce lion et le capturer vivant pour examen. S’il s’agit d’un individu échappé de captivité, alors c’est une affaire « banale ». Si, en revanche, il s’avère que c’est un lion de l’Atlas issu d’une population sauvage, cela change complètement la donne. L’idéal alors serait de le relâcher muni d’une balise GPS et de construire un programme dédié pour augmenter les chances de retrouver d’autres individus et de les conserver à l’état sauvage, tout en protégeant les populations bien évidemment. D’ailleurs, les données dont nous disposons attestent qu’à ce jour l’animal dont il est question n’a pas constitué un danger direct pour les populations. Mais cela est une autre histoire. Pour l’instant, le plus important est de confirmer que les personnes qui ont rapporté l’observation d’un lion ne se sont pas trompées.

Conservation : Quand le Maroc voulait réintroduire le Lion de l’Atlas dans la Nature…

Jusqu’au début des années 2000, le Royaume avait caressé le rêve de pouvoir réintroduire le Lion de l’Atlas dans une réserve naturelle qui aurait par la suite intégré une dimension de valorisation par le tourisme de vision. «C’était un projet qui avait vu le jour dans les années 90 et qui devait prendre au moins deux décennies avant d’aboutir. Nous avions commencé à sélectionner quelques lions de l’Atlas dans le zoo de Témara et l’idée était de préparer une réintroduction dans une zone de 10.000 hectares située dans la région d’Azilal où nous suspections d’ailleurs une présence du Léopard de l’Atlas», raconte Dr Brahim Haddane, président du comité marocain de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature et ancien directeur du Zoo de Témara. La zone identifiée pour cet ambitieux projet était nichée entre deux versants et traversée par un cours d’eau. «L’objectif était de clôturer cet écosystème et d’y reconstituer une faune marocaine typique grâce notamment à des lâchers de cerfs de barbarie et de mouflons. Le programme établi à l’époque prévoyait qu’une fois cette biodiversité consolidée, nous allions procéder vers 2020 à la réintroduction d’un couple, voire de deux couples de lions de l’Atlas, dans cet habitat», explique la même source. Malheureusement, ce projet a été abandonné en cours de route en raison des divers défis qui compliquaient son aboutissement. L’idée même de réintroduire le Lion dans la Nature a depuis été définitivement écartée au bénéfice d’un programme d’élevage en captivité de cette espèce emblématique du Royaume.








🔴 Top News