Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Sport

Ligue des champions : Point de presse d’Ancelotti avant le match de ce soir


Rédigé par Rachid MADANI le Mardi 26 Avril 2022



Ancelotti précise que ce n'est pas un succès pour Madrid d'atteindre les demi-finales de la Ligue des champions, mais en même temps, il envoie un message à ceux qui ont douté tout au long de la saison que l'équipe blanche serait compétitive en Europe au point d'égaler Villarreal en tant que "surprise" des demi-finales.
 
L'entraîneur n'a pas révélé le onze et est convaincu que la rencontre atteindra le Bernabéu très vivante. Les joueurs, dans ce football, ont l'habitude de jouer presque tous les jours. Bien sûr, ils ont plus de risques de se blesser, mais ils y sont habitués et il n'y aura pas de problèmes à moins qu'une blessure ne se produise. Je ne pense pas qu'on puisse en profiter.
 
Son retour au Real Madrid
 
 Je suis revenu parce que Madrid avait besoin d'un entraîneur. Pour moi, cela a été une grande illusion de revenir. Ce n'était pas ma décision, c'est certain. Le Real avait confiance en ce que je  pouvais faire et j'en profite. Je suis conscient que j’entraine le club le plus grand du monde. L’exigence et la pression sont très élevées et je dois l’accepter. A Naples, j’étais bien, mais retourner au Real c’était quelque chose de spécial. Jamais, je n’y avais pensé mais le football est ainsi avec les surprises.      
                                   
"Copier" l'approche de l'Atlético
 
 Si vous n'avez pas une équipe compacte, vous allez souffrir. Aujourd’hui, l'aspect défensif occupe une place importante dans le match. Il y a des moments où City aura le ballon. C'est très simple : s'il l'a, tu ne peux pas rester passif, il faut défendre et essayer de récupérer, que ce soit avec un pressing haut, moyen ou bas, et puis avec le ballon qui sort de derrière, combiner... Quant à l’avis de  Guardiola qui qualifiait son équipe de "sportifs". Je ne m’en souviens pas et je ne veux pas entrer là-dedans. J'ai une bonne mémoire, cette demi-finale sera une autre histoire. Espérons que nous pourrons bien sortir.
                                                
Les éloges de Guardiola
 
L'histoire du Real Madrid dans cette compétition compte beaucoup pour nous, plus que pour nos rivaux. Cette histoire, qui a grandi au fil de toutes ces années, aide les joueurs à ressentir le poids de ce maillot. C'est positif, pas négatif. La pression est similaire, il y a beaucoup de pression.
 
Pour Madrid, ce n'est généralement pas un succès d'atteindre la demi-finale, nous voulons atteindre la finale, ce qui est un succès. C'est le but. S'il arrive, le Real Madrid a généralement plus d'options pour le gagner.
 
Quand on disait que l'équipe n'avait pas brillé pour l'Europe ,je me souviens de ce qui a été dit à ce moment-là. La presse et l'opinion publique le pensaient. Il y a deux équipes en demi-finale que personne ne croyait qu’ils seraient ici, le Real Madrid et Villarreal. Et bien, nous sommes arrivés ici et nous sommes très heureux.
 
Le Real Madrid sera toujours en compétition. Nous n'allons pas condamner l'égalité demain. Elle se terminera au match « retour », au Bernabéu.
 
La formation avec des doutes
 
La question que je me pose est de savoir s'il faut parier sur trois attaquants ou deux. Rodrygo s'en sort bien, Camavinga s'en sort très bien... Les deux ont apporté beaucoup d'énergie. J'ai ce doute.
 
Pour la Liga, elle est presque gagnée mais nous ne sommes pas sûrs pour ce qui peut arriver samedi contre l’Espagnol. Nous avons la Ligue beaucoup plus proche, nous pouvons gagner dans notre stade et nous allons essayer. Nous sommes très heureux de pouvoir gagner un titre important un mois plus tôt.
 
En revanche, nous avons ce match où nous sommes arrivés heureux et avec beaucoup d'enthousiasme. L'ambiance  en Angleterre est très bonne car c'est le genre de match que les joueurs ont envie de préparer et de jouer. Pour moi, vraiment, le travail est très simple, je n'ai pas à faire grand-chose. On travaille sur la stratégie et ainsi de suite, mais c'est très simple.
 
La tranquillité des joueurs
 
Je pense vraiment que ce n'est pas le bon moment pour évaluer la saison, mais le travail pour moi a été facile. D'après ce que nous avons vu à l'entraînement hier. Mendy est très en sécurité. Nous avons quelques doutes avec Alaba et surtout avec Casemiro. Nous avons beaucoup plus confiance avec Alaba qu'avec Casemiro. Si Casemiro n'arrive pas, il sera au prochain match.
 
Comme la règle a changé, ce sera une égalité plus ouverte. Nous devons tenir compte du fait qu'il s'agit de 180 minutes. Il y a un mélange de bonheur, bien sûr, parce qu'on est tout près de la finale de la compétition la plus importante du monde, et d'inquiétude parce qu'on a une équipe très forte devant nous. Dans cette Ligue des champions, nous avons eu des rivaux très coriaces, qui, au début,  étaient favoris pour remporter la compétition. Ça s'est bien passé pour nous et ce soir nous nous battrons aussi, sans aucun doute.
 

  


Dans la même rubrique :
< >