Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Sport

Ligue des champions : Chelsea, match charnière pour Rennes et son axe Da Silva-Aguerd


Rédigé par la rédaction (avec AFP) le Mardi 3 Novembre 2020



Le défenseur marocain Nayef Aguerd (6).
Le défenseur marocain Nayef Aguerd (6).
Un tournant pour Rennes et sa charnière défensive: contraints, comme leur équipe, de se sublimer en Ligue des champions, Damien Da Silva et Nayef Aguerd se frottent au grand monde mercredi soir face à leurs prestigieux homologues de Chelsea, Thiago Silva et Kurt Zouma.
Pour le club breton, la découverte de la C1 suppose de changer de dimension et cela vaut aussi pour son arrière-garde, qui sera déterminante mercredi soir à Stamford Bridge pour rêver d'une première victoire rennaise dans l'épreuve-reine européenne.
C'est en prévision de ce genre de soirées que Rennes avait recruté l'Italien Daniele Rugani. Mais le défenseur de la Juventus Turin s'est blessé à Séville (défaite 1-0), laissant Da Silva, longtemps pilier de Ligue 2, et Aguerd, arrivé cet été de Dijon, composer sa défense centrale.
Certes, les deux joueurs ont réussi leur début de saison et se sont très vite accordés défensivement. "Sur ces postes-là, la complémentarité entre les joueurs est fondamentale. Ils se parlent beaucoup, ils communiquent, ils échangent énormément au quotidien", saluait leur entraîneur Julien Stéphan en début de saison.
Mais sous leur direction, la défense rennaise a connu presque à chaque match des moments de déconcentration, des petits passages à vide, des erreurs de placement, des défauts de pressing... qui ont coûté cher à l'équipe. Et à Séville, c'est surtout le gardien Alfred Gomis qui a épargné un score plus lourd à ses coéquipiers.
 
 Domination stérile
 
Heureusement, leur complicité s'étend aussi aux tireurs de corners, comme ils l'ont encore montré samedi contre Brest (2-1) en marquant tous deux de la tête pour offrir à Rennes sa première victoire en six matches. Pour chacun, il s'agissait du 3e but de la saison, déjà autant, ou presque, que le total de leurs deux dernières saisons (3 pour Da Silva, 4 pour Aguerd).
Mais cette réussite sur coups de pied arrêtés vient aussi occulter un manque de réalisme rennais dans le cours du jeu, en particulier ces dernières semaines, durant lesquelles les hommes de Julien Stéphan ont connu de frustrantes phases de domination stérile.
Or ils savent qu'ils n'auront pas beaucoup d'occasions face à Chelsea, d'autant qu'ils devront encore composer avec l'absence du prodige Eduardo Camavinga, blessé... et qu'ils se retrouveront face à un monument.
Arrivé gratuitement dans un Chelsea qui avait ouvert grand son portefeuille, en dépensant plus de 250 millions d'euros cet été, Thiago Silva a aussi bien mis dans sa poche les attaquants adverses que les observateurs les plus sceptiques, en dépit d'une entrée en matière compliquée.
A ses côtés, Kurt Zouma se montre très complémentaire dans l'axe grâce à sa vitesse. Et l'international français a lui aussi marqué de la tête, sur corner, son 3e but de la saison samedi lors de la victoire de Chelsea à Burnley (3-0).
Lors de leurs quatre derniers matches, les deux hommes, associés à l'ancien gardien rennais Edouard Mendy, ont rendu muettes les attaques de Crystal Palace, Manchester United et Burnley, mais aussi de Séville en Ligue des champions (0-0).
 
 Thiago Silva meilleur passeur
 
Au-delà de ses qualités proprement défensives, c'est surtout dans la relance que Thiago Silva (36 ans) a impressionné, avec un taux de déchet minime dans ses passes.
"Son expérience et son caractère de leader sont formidables et je pense que sa qualité défensive aide beaucoup l'équipe. Nous sommes très heureux de l'avoir avec nous", a commenté le capitaine Cesar Azpilicueta après le match contre les Red Devils (0-0).
Mais le milieu rennais James Lea-Siliki assure ne pas craindre Chelsea, sa défense et son attaque rutilante, quand bien même les Londoniens semblent monter en puissance.
"Ça serait encore plus beau de les battre maintenant (...) On ne partira pas favoris mais un match n'est jamais joué d'avance et on a déjà vu des exploits. C'est arrivé avant, ça arrivera plus tard et pourquoi pas nous?", a-t-il lancé.
 

  


Dans la même rubrique :
< >