Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Liberté de la presse : Le Maroc pourrait faire mieux

Reporters sans frontières


Rédigé par Hajar LEBABI le Mercredi 22 Avril 2020

Le Maroc a gagné deux places dans l’Indice mondial de la liberté de presse de 2020. Pourtant, l’ONG Reporters sans frontières a des reproches à faire.



Le Maroc a gagné deux places dans le classement annuel de l’ONG Reporters sans frontières (RSF), passant de la 135e à la 133e place dans l’Indice mondial de la liberté de presse de 2020. Bien que cette avancée pourrait signifier que le pays est sur le bon chemin, le rapport publié ce mardi, laisse croire le contraire.

Le Royaume est classé à la 133e place sur 180 pays du monde. Un pas en avant si on le compare avec les années précédentes, mais les reproches de l’ONG restent nombreux. En effet, évoque le fait que les médias marocains continuent de faire l’objet de harcèlement judiciaire.

Outre les procès d’un certain nombre de personnalités des médias qui traînent depuis des années, plusieurs nouvelles poursuites ont été engagées et de lourdes peines ont été prononcées. De nombreux journalistes et journalistes citoyens continuent d’être emprisonnés. Pour l’Organisation, la suppression du ministère de la communication et la création d’un conseil de presse n’ont pas contribué à rendre l’environnement des médias et des journalistes plus pacifique.

La situation dans le pays n’est pas si différente de celle des autres pays d’Afrique. En effet, l’indice de 2020 place 21 pays africains en rouge ou en noir, étant donné que les professionnels des médias travaillent, selon eux, dans des conditions difficiles, voire critiques.

Publié chaque année depuis 2002 par Reporters sans frontières (RSF), le World Press Freedom Index est un important outil de plaidoyer basé sur le principe de l’émulation entre États. Parce qu’elle est bien connue, son influence sur les gouvernements augmente. De nombreux chefs d’État et de gouvernement craignent sa publication annuelle. L’indice est un point de référence cité par les médias du monde entier et utilisé par des diplomates et des entités internationales telles que les Nations Unies et la Banque mondiale.

L’indice classe 180 pays et régions selon le niveau de liberté dont disposent les journalistes. Il s’agit d’un instantané de la situation de la liberté des médias basé sur une évaluation du pluralisme, de l’indépendance des médias, de la qualité du cadre législatif et de la sécurité des journalistes dans chaque pays et région. Il ne classe pas les politiques publiques même si les gouvernements ont évidemment un impact majeur sur le classement de leur pays. Ce n’est pas non plus un indicateur de la qualité du journalisme dans chaque pays ou région.

Hajar LEBABI

  


Dans la même rubrique :
< >