Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Libération d’El Guerguerat : Le Parti de l’Istiqlal passe à l’offensive


Rédigé par Saâd JAFRI le Lundi 16 Novembre 2020

Pleinement engagé dans la bataille politique contre le «Polisario» et ses alliés, le Parti de l’Istiqlal se mobilise à travers tous ses organes, pour défendre l’intégrité du Royaume, la sécurité de ses territoires et son image auprès de la communauté internationale.



Pendant plus de trois semaines, les miliciens du «Polisario» n’ont pas cessé d’entraver la circulation des personnes et des biens au niveau de la zone tampon d’El Guerguerat, à la frontière maroco-mauritanienne, semant la terreur dans les cœurs des Sahraouis. Faisant fi des avertissements de plusieurs pays, notamment des membres permanents du Conseil de Sécurité, les polisariens n’ont nullement arrêté de mépriser les injonctions répétitives de l’ONU, ne laissant au Royaume qui, des décennies durant, fait preuve de patience et de «maturité politique», aucune option, mise à part celle de la mobilisation de ses Forces Armées Royales (FAR) pour rétablir la sécurité à la frontière Sud. 

Le Maroc a décidé d’intervenir à travers la mise en place d’un cordon de sécurité par les FAR, dans le cadre d’une opération «sans aucune intention belliqueuse» et qui a été menée selon des règles d’engagement claires prescrivant d’éviter tout contact avec les personnes civiles. Réagissant à cette opération de nettoyage de la zone tampon, le Comité Exécutif du Parti de l’Istiqlal a salué l’intervention décisive des FAR pour la «libération» et la sécurisation du passage d’El Guerguerat. Une opération qui a mis fin aux agissements des milices du «Polisario», qui tentent d’altérer les faits historiques, juridiques et géographiques de la région, particulièrement au niveau de cette zone.

L’Istiqlal, dont le référentiel idéologique est basé sur les valeurs patriotiques et nationalistes, a également salué la sagesse et la prévoyance dont a fait preuve le Royaume face aux provocations des séparatistes, et ce, depuis plusieurs semaines, surtout après l’intrusion, du 21 octobre 2020, des polisariens dans la zone tampon. Par ailleurs, les istiqlaliens ont applaudi la force et la fermeté des FAR qui ont procédé à la mise en place d’un cordon de sécurité à 4 km du poste frontière entre le Maroc et la Mauritanie, en vue de sécuriser le flux des biens et des personnes à travers la zone d’El Guerguerat.

Les séparatistes aux abois
Cela dit, le Comité Exécutif n’a pas manqué d’affirmer que «les appels à la violence du Polisario et son choix de mener une guerre contre le Royaume, expriment clairement son désespoir, sa frustration et son défaitisme, suite aux victoires diplomatiques qu’a comptabilisé le Maroc dernièrement. Aujourd’hui, presque tous les pays du monde reconnaissent la marocanité du Sahara et constatent que le Maroc a réussi, à la fois, un réel développement de ses provinces du Sud et une réelle autonomie. La consécration de cette politique constante est perceptible ces derniers temps avec la vague d’ouvertures de consulats africains et arabes dans les provinces du Sud. Une dynamique puissante qui affole les dirigeants du Polisario et leurs alliés.

L’Istiqlal à l’offensive 
Pleinement engagé dans la bataille politique contre les séparatistes, le Parti de l’Istiqlal, par le biais de don Secrétaire Général, Nizar Baraka, a adressé des lettres à plusieurs organisations internationales (l’Union démocrate internationale, l’Union démocrate d’Afrique, l’Internationale démocrate centriste et le Parti populaire européen), pour les informer des dernières nouvelles concernant l’évolution de la situation au Sahara marocain.

Le SG du parti de la balance rappelle d’emblée que, depuis 2016, le «Polisario» multiplie les actes dangereux et intolérables dans la zone tampon d’El Guarguerat, violant ainsi l’accord du cessez-le-feu mis en place, conclu sous l’égide des Nations Unies le 6 septembre 1991. 

Il a dans ce sens mis en exergue le non-respect des polisariens des Résolutions 2440 et 2414 du Conseil de Sécurité. La première «demande aux parties de se conformer à leurs obligations et engagements et de s’abstenir de toute action qui pourrait compromettre les négociations facilitées par l’ONU ou déstabiliser la situation au Sahara», tandis que la deuxième atteste de la préoccupation du SG de l’ONU par «la présence du Front Polisario dans la zone tampon d’El Guerguerat» et «demande son retrait immédiat». 

Le «Polisario» et ses milices, qui se sont introduits dans la zone depuis le 21 octobre 2020, y ont mené des actes de banditisme, bloqué la circulation des personnes et des biens sur cet axe routier, et harcelé continuellement les observateurs militaires de la MINURSO, rappelle Nizar Baraka. «Ces agissements documentés constituent de véritables actes prémédités de déstabilisation, qui altèrent le statut de la zone, violent les accords militaires et représentent une menace réelle à la pérennité du cessez-le-feu et sapent les chances de toute relance du processus politique souhaité par la communauté internationale», a-t-il martelé. Et d’ajouter que le Royaume a donné le temps nécessaire aux bons offices du Secrétaire Général des Nations Unies et de la MINURSO, afin d’amener le «Polisario» à cesser ses actions déstabilisatrices et quitter la zone tampon d’El Guerguerat. Cependant, les appels de la MINURSO et du Secrétaire Général de l’ONU, ainsi que les interventions de plusieurs membres du Conseil de Sécurité, sont malheureusement restés infructueux, a déploré M. Baraka, avant d’ajouter que c’est ainsi que «le Maroc a donc décidé d’agir, dans le respect de ses attributions, en vertu de son devoir et en parfaite conformité avec la légalité internationale». Résultat : les milices du «Polisario » ont quitté leur campement après l’avoir incendié sous les yeux des observateurs de la MINURSO. 

In fine, le SG du parti a assuré que «le Maroc restera ferme dans ses positions légitimes, animé par la sagesse et la fermeté, pour faire face aux thèses stériles et aux provocations et manœuvres désespérées des autres parties visant à saper le statu quo de la zone tampon et de la région».

Outre les écrits de M. Baraka, les héritiers d’Allal El Fassi ont démontré leur engagement dans la bataille politique contre les détracteurs du Royaume, via leur Comité Exécutif qui a exprimé sa volonté à mobiliser ses militantes et militants et l’ensemble du peuple marocain derrière SM le Roi Mohammed VI, pour défendre l’intégrité du Royaume et la sécurité de ses territoires. Dans ce sillage, il exhorte toutes les structures du parti, ses organisations parallèles et ses multiples alliances, à intensifier leurs activités à l’occasion du 65ème anniversaire de l’indépendance du Maroc et à rehausser le niveau de mobilisation des citoyens, à même de contrer les tentatives désespérées de porter atteinte à l’intégrité territoriale du Royaume. 

Saâd JAFRI 

Encadré

Les habitants de Laâyoune soutiennent l’opération menée par les FAR
Les habitants de la ville de Laâyoune soutiennent pleinement la décision du Royaume du Maroc d’agir dans la zone tampon de Guergarate en vue de faire face aux provocations à répétition du «Polisario», a indiqué, vendredi, le président du Conseil municipal, Moulay Hamdi Ould Errachid. Pour l’ensemble de la population et des élus de la ville, il s’agit d’une décision «sage» et «logique» qui permet de sécuriser la libre circulation commerciale et civile dans cette zone reliant le Maroc à la Mauritanie, a souligné Ould Errachid. «Nous, élus et habitants de Laâyoune, saluons toute initiative prise par notre pays, sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI, afin d’assurer la libre circulation commerciale et civile dans cette zone», a-t-il insisté.

Repères

Le Conseil régional de Dakhla-Oued Eddahab salue la décision du Maroc
En tant que véritables représentants légitimes et élus démocratiquement par la population locale, les membres du Conseil de la région ont salué «la décision du Royaume du Maroc, qui a fait preuve de la plus grande retenue face aux provocations des séparatistes, d’agir pour mettre fin à l’obstruction de la circulation et de la liberté de circulation civile et commerciale au postefrontière d’El Guergarat, dans le plein respect de ses attributions, en vertu de ses responsabilités et en parfaite conformité avec la légalité internationale». 
Le soutien des chioukhs et notables des tribus sahraouies 
Les chioukhs et notables des tribus sahraouies de la région Dakhla-Oued Eddahab ont exprimé dans un communiqué leur «satisfaction quant à la réouverture du passage de Guergarate et la garantie de la liberté de circulation des personnes et des marchandises». Les chioukhs et notables dénoncent également «les provocations à répétition menées par les mercenaires du Polisario en vue de porter atteinte à la paix africaine et mondiale».
La société civile de Dakhla affirme son plein appui
Dans un communiqué, les militants de la société civile à Dakhla réitèrent leur attachement indéfectible au glorieux Trône alaouite et leur mobilisation constante derrière SM le Roi Mohammed VI pour défendre l’intégrité territoriale et la souveraineté du Royaume sur son Sahara. Ils expriment également leur soutien absolu et inconditionnel à l’opération légitime et non offensive menée par les Forces Armées Royales (FAR) en vue de sécuriser les flux des personnes et des biens au passage de Guergarate, et à toutes les décisions prises par le Royaume afin de préserver sa stabilité, sa sécurité et son intégrité territoriale.