Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Liban : Les responsables du port de Beyrouth arrêtés


le Vendredi 7 Août 2020

Tous les responsables du port, qui supervisaient le stockage et la sécurité depuis 2014, seront placés en assignation à résidence.



Liban : Les responsables du port de Beyrouth arrêtés
Outre les morts et les morts et les blessés, les explosions qui ont rasé mardi le port et soufflé plusieurs quartiers de la capitale libanaise ont mis à la rue plus 300.000 personnes qui n’ont plus de toit sur leur tête. «La situation est apocalyptique, Beyrouth n’a jamais connu ça de son histoire», a lancé le gouverneur de la ville, Marwan Abboud.

Des dizaines de personnes sont encore portées disparues après les violentes déflagrations et les secouristes poursuivent leurs recherches dans les décombres, espérant trouver des survivants.

Le Liban va placer tous les responsables du port, qui supervisaient le stockage et la sécurité depuis 2014, en assignation à résidence alors que la négligence des dangers posés par le stockage de nitrate d’ammonium a conduit à l’explosion sans précédent qui a frappé la capitale Beyrouth plus tôt.

Le Cabinet a pris la décision mercredi, a rapporté Reuters, citant des sources ministérielles.

L’armée surveillera les personnes arrêtées jusqu’à ce que la responsabilité de l’explosion de mardi, la plus importante jamais frappée à Beyrouth, soit déterminée, au cours de laquelle le principal silo à grains du pays a été détruit.

La puissante explosion ressentie aussi loin que Chypre a rasé des pans entiers de la ville, transformant les immeubles successifs en masses de débris et de métal tordu. Quelque 300.000 personnes ont également été déplacées de leurs foyers.

Le Cabinet a également annoncé un état d’urgence de deux semaines à Beyrouth et a demandé aux forces de sécurité de veiller à ce que personne ne falsifie la scène de l’explosion. Le pays a promis une enquête transparente sur l’incident.

Moins d’un mois d’approvisionnement en céréales

Bien que rien n’ait été officiellement déterminé, certains médias ont allégué que les responsables «connaissaient» les dangers posés par le stockage de nitrate d’ammonium - utilisé dans l’agriculture comme engrais à haute teneur en azote - mais n’ont rien fait à ce sujet. Avec la destruction du silo, la nation se retrouve désormais avec moins d’un mois d’approvisionnement en céréales, mais suffisamment de farine pour éviter une crise, selon le gouvernement.

Mercredi également, l’Organisation des Nations Unies s’est déclarée gravement préoccupée par le fait que l’explosion était venue aggraver la part de crise à plusieurs niveaux du pays.

« L’ONU en général, et l’UNRWA en particulier, sont très préoccupés par la situation au Liban en raison des multiples strates de cette crise. C’est une crise économique, une crise financière, une crise politique, une crise sanitaire, et maintenant cette horrible explosion », a déclaré Tamara al-Rifai, porte-parole de l’UNRWA, l’agence des Nations Unies qui fournit une assistance aux réfugiés palestiniens au Liban et dans d’autres pays du Moyen-Orient.

Arrivée de l’aide internationale

Quelques heures après le drame, Hassan Diab, le Premier ministre libanais avait lancé un «appel urgent à tous les pays amis et aux pays frères». Son appel ne serait pas resté lettre morte.

Outre la France qui s’est mobilisé pour venir en aide au pays au cèdre, le Koweït a fait état mercredi de l’arrivée au Liban d’un avion contenant de «l’aide médicale», alors que les hôpitaux, déjà éreintés par la crise économique et la pandémie de nouveau coronavirus, ont été submergés par les victimes. Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a quant à lui annoncé ouvrir un hôpital de campagne dans la capitale libanaise.

Des pays du Golfe, dont certains ont des relations diplomatiques et économiques étroites avec le Liban, ont aussi offert leur aide. L’émir du Qatar, cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, quant à lui, fait état de l’envoi de plusieurs hôpitaux de campagne.

Pour sa part, la Banque Mondiale s’est dite prête à mobiliser ses ressources pour aider le Liban.

L’organisation, qui venait de prêter 120 millions de dollars au Liban en avril pour soutenir le secteur de la santé, a assuré qu’elle allait «déployer son expertise pour entreprendre une évaluation rapide des dommages et des besoins et pour élaborer un plan de reconstruction (...)», selon un communiqué publié mercredi.

Un responsable de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) Michael Ryan a affirmé que l’institution onusienne avait «commencé à expédier des kits de traumatologie et de chirurgie depuis l’entrepôt régional de Dubaï». 

  


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 22 Septembre 2020 - 09:40 La chaine française M6 interdite en Algérie