Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Liban-CCG : La rupture


Rédigé par ALI BENADADA le Dimanche 31 Octobre 2021

L’Arabie saoudite, Bahreïn, le Koweït et les Émirats arabes unis ont notifié aux ambassadeurs du Liban de quitter leurs pays.



Ryad a rappelé son ambassadeur à Beyrouth pour consultations, et sommé l’ambassadeur libanais pour quitter le royaume saoudien dans les 48 heures. Les autorités saoudiennes ont aussi décidé la suspension de toutes les importations libanaises, sur fond de « déclarations offensantes, émises par le ministre libanais de l’Information » George Kordahi, qui illustrent « un nouvel épisode de positions répréhensibles et rejetées émises par des responsables libanais ».

Le ministère bahreïni des Affaires étrangères a rapidement annoncé qu’il avait demandé à l’ambassadeur du Liban à Manama de « quitter le Royaume dans les prochaines 48 heures, dans le contexte d’une série de déclarations et de positions inacceptables et offensantes émises par des responsables libanais ces derniers temps ».

Le ministère a précisé que «cette décision n’affecte pas les frères libanais résidant» à Bahreïn. Samedi, le Koweït a emboité le pas à l’Arabie saoudite et au Bahreïn, en demandant au représentant diplomatique libanais de quitter Koweit dans les 48 heures, et tout en rappelant son ambassadeur à Beyrouth.

Reuters a rapporté que les Émirats arabes unis avaient décidé de retirer leurs diplomates du Liban et avaient également empêché leurs citoyens de se rendre au Liban.

Oman appelle à la retenue

Le ministère omanais des Affaires étrangères a déclaré samedi dans un communiqué que le Sultanat d’Oman regrettait la détérioration des relations entre un certain nombre de pays arabes et le Liban, et appelait chacun à faire preuve de retenue et à oeuvrer pour éviter l’escalade.

Le Qatar a condamné les déclarations de Qardahi, appelant le gouvernement libanais à prendre des mesures urgentes pour calmer la situation et aider à combler le fossé entre les pays frères. Et le gouvernement saoudien avait déclaré dans un communiqué publié plus tôt, que les déclarations de Qardahi s’ajoutent à « l’échec du Liban à prendre les mesures qu’il a exigées pour stopper l’exportation du fléau de la drogue via les exportations libanaises, en particulier à la lumière de la mainmise du Hezbollah sur tous les ports, ainsi que l’absence de sanctions contre les personnes impliquées dans ces crimes et la non-coopération dans l’extradition de ceux qui y étaient recherchés, en violation de l’Accord de Riyad pour la coopération judiciaire.

L’Arabie saoudite déplore « ce que les relations avec la République libanaise se sont détériorées en raison de l’ignorance des faits des autorités, et leur incapacité persistante à prendre des mesures correctives pour assurer des relations fondées sur des sentiments fraternels et des liens profonds.

Riyad a ajouté qu’il prendrait d’autres mesures pour protéger ses citoyens, confirmant sa décision précédente d’empêcher les Saoudiens de se rendre au Liban, compte tenu des conditions sécuritaires.

Les regrets de Mikati

Elle a souligné que « les Libanais résidant dans le Royaume font partie du tissu et du lien qui unit le peuple saoudien et ses frères arabes », et elle ne considère pas que « ce qui est émis par les autorités libanaises exprime les positions de la communauté libanaise». D’autre part, le Premier ministre Najib Mikati a exprimé ses regrets face à la décision saoudienne.

« Nous avons toujours exprimé notre rejet de tout abus dirigé contre le Royaume et appelé à corriger les failles dans les relations entre les deux pays frères au cours de la dernière période, et nous avons souligné dans la déclaration ministérielle que l’une des priorités de notre gouvernement est de travailler à la restauration des liens historiques et des liens entre le Liban et ses frères arabes »

Mikati a réitéré que la position de Qardahi « ne représente pas l’opinion du gouvernement », espérant que « les autorités du royaume, dans leur sagesse, la reconsidère, et nous, pour notre part, continuerons à travailler avec tous les efforts et persévérance pour corriger les défauts dénoncés et d’aborder ce qui doit être résolu ».

Il a appelé « les frères, les dirigeants arabes, à travailler et à aider à surmonter cette crise afin de préserver la cohésion arabe dans ces circonstances délicates dans lesquelles vivent nos pays et nos peuples. Nous continuons à nouer des contacts pour faire face à la crise et à ses répercussions ».

Les médias locaux ont rapporté que Mikati, après avoir consulté le président Michel Aoun, a appelé Qardahi, lui demandant «de faire prévaloir l’intérêt national et de prendre la décision appropriée».

Il a également demandé au ministre des Affaires étrangères Abdullah Bou Habib de rester à Beyrouth et de ne pas rejoindre la délégation libanaise à la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques pour mettre en place une cellule pour gérer cette crise naissante au Liban.

ALI BENADADA


Hezbollah dans le collimateur

Dans sa première déclaration après l’escalade de la crise diplomatique avec le Liban, le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal bin Farhan, a affirmé que «la crise avec le Liban a ses origines dans la formation politique libanaise, qui renforce l’hégémonie du groupe armé soutenu par l’Iran Hezbollah, et provoque une instabilité continue».

Le ministre saoudien a ajouté dans une interview à «Reuters», qu’il « pense qu’il est important que le gouvernement libanais ou l’institution libanaise trouve une voie à suivre pour libérer le Liban de la structure politique actuelle qui renforce l’hégémonie du Hezbollah.De son côté, l’ancien Premier ministre libanais Saad Hariri a blâmé le «Hezbollah» pour la rupture diplomatique entre le Liban, l’Arabie saoudite et les pays du Golfe.

Il a déclaré dans un tweet que «la responsabilité, à cet égard, incombe avant tout au Hezbollah, qui étend l’hostilité aux Arabes et aux États arabes du Golfe». Quant à Samir Geagea, chef du Parti des Forces libanaises, il estime que «La majorité gouvernementale actuelle est appelée à prendre une décision rapide, décisive et claire pour épargner au peuple libanais de nouvelles tragédies».

Plus tôt vendredi 29 octobre, Geagea avait reçu l’ambassadeur saoudien à Beyrouth Walid Bukhari à son siège à Maarab, en présence de l’ancien ministre libanais de l’Information Melhem Riachy.

 

  


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 23 Mai 2022 - 16:10 Monkeypox : Doit-on s’en inquiéter ?