Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Les précieux commandements du Dr Samir Machour


Rédigé par la rédaction le Samedi 16 Mai 2020

Considéré parmi les top 50 leaders mondiaux de la santé et en particulier au sein de l’industrie pharmaceutique et biotechnologie, le Dr. Samir Machour a expliqué dans une interview avec Kifach TV quelques vérités de base sur la pandémie en cours, ainsi que les perspectives de traitement actuels. Voici ses recommandations traduites de la langue arabe et clarifiées par ses soins pour une reproduction autorisée sur l'Opinion.



Samir Machour
Samir Machour

Vendredi, au même temps que l’on se réjouissaient de la présentation officielle du marocain Moncef Slaoui par le président américain Donald Trump, une autre sommité et fierté marocaine dans ce même domaine de la recherche biologique, livrait quelques précieux indices quant aux perspectives de développement des remèdes contre le Covid-19, ainsi que sur la gestion de sa crise sanitaire au Maroc.

Il s’agit du Docteur Samir Machour, membre du Comité Exécutif de la firme Coréenne Samsung Biologics dont il est le Senior Vice-président et Patron de la qualité. Voici l’essentiel de ses recommandations tirées de son interview avec Kifach TV, diffusée le vendredi 15 mai.

 

1.     A ce jour il n’y a pas de vaccin ni de traitement contre le Covid19, et on ne peut espérer en avoir un, qui de plus efficace et au mieux qu’au début ou au cours de l’année prochaine. Il est important, dans ce cas, que le Maroc se prépare a une crise qui risque de durer et à s’auto-suffire en médicaments et probablement en vaccin le maximum possible. S’auto-suffire voudrait dire également, être capable de fabriquer lui-même au moins les traitements en cours de développement aujourd’hui. Il ne faut pas oublier que ce ou ces vaccins et ces traitements doivent couvrir une population de plus de 7,9 Milliards de personne.

2.     Dans le cas où les études cliniques actuelles notamment en Angleterre (Oxford) ou aux états unis (Moderna et autres laboratoires) réussissent, notre pays doit s’organiser aujourd’hui et ne pas attendre, à se procurer ces vaccins. Il n’est pas totalement impossible qu’un vaccin soit disponible fin 2020 sur une échelle plus petite.

3.     Un confinement général ne peut perdurer ni au Maroc, ni ailleurs. Il faudrait réfléchir sérieusement et en prenant les précautions qu’il faut (et ne pas lever le de confinement parce que les autres le font) a progressivement lever le de confinement au Maroc. Progressivement est le mot clé. Et même s il n y a jamais eu de confinement en Corée, le Maroc peut s’inspirer des mesures que la Corée du Sud a prises depuis Janvier 2020 pour contenir cette pandémie. Ces mesures la peuvent aider le Maroc a mieux gérer la sortie du de confinement.

1.     Il faut s’habituer à porter des masques pendant au moins le restant de l’année et partout où on est, incluant sur les lieux de travail et tous les espaces publiques. La prise de température est un autre élément qu il faut garder et renforcer à travers le Royaume et certainement dans tous les lieux où il y a plus de 5 personnes à la fois.

5.     Il faudrait que le Maroc soit également auto-suffisant sur les tests de détection du virus et que ces tests soient disponibles dans tous les aéroports et dans toutes les cliniques et les hôpitaux.  Le Royaume doit être capable de tester à n’importe quel moment 50% de sa population au minimum, incluant les cas asymptomatiques. Il faudrait également être capable de tracer, bien sûr d’une manière anonyme, les cas infectes ainsi que toute la chaîne de rencontre avec ces cas en moins de 48 heures.


Marocain, citoyen et expatrié depuis plus de 40 ans à l’étranger le Dr Machour s'est proposé d’aider son pays non seulement a mieux se doter en équipements de tests et de diagnostic pour faire face à cette pandémie, mais également a monter en puissance son industrie pharmaceutique et de biotechnologie, ainsi que son système de santé en général afin de mieux maîtriser les conséquences de cette pandémie et mieux se préparer pour le futur.

 

  


Dans la même rubrique :
< >