Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Les parlementaires rejettent l’accusation de gaspiller l’argent public


Rédigé par la rédaction le Jeudi 15 Avril 2021

​Le projet de loi visant à liquider les pensions de la Chambre des Conseillers entame, le 20 avril, son dernier seuil à travers le vote au sein de la Commission des Finances et du Développement économique de la Chambre des Représentants.



Les parlementaires rejettent l’accusation de gaspiller l’argent public
Il est prévu que le vote se déroulera dans une atmosphère normale grâce à une coordination préalable entre les deux Chambres. Ceci dit, l’opinion publique observe avec grande attention le degré d’engagement de tous pour la liquidation définitive des retraites, chose qui risque de susciter une grande polémique.

La somme des pensions dépasse les 13 milliards de centimes, dont 3 milliards sont la contribution de l’Etat. Chose qui a mené à l’opposition des groupes parlementaires et à la suspension de la législation. La raison derrière les critiques dirigées contre le projet de loi visant à abolir et à liquider les pensions des membres de la Chambre des Conseillers est que cette loi leur permettrait de récupérer leurs contributions au fonds dédié à leur compensation, ainsi que les contributions de la Chambre des Conseillers provenant de l’argent public.

La Chambre des Conseillers avait précédemment demandé une étude technique sur le statut de la caisse de retraite de ses membres, qui est gérée par la Caisse de Dépôt et de Gestion, et il a été constaté que son solde pourrait être suffisant pour payer les pensions des Conseillers jusqu’en 2023.