Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Les dépouilles des victimes du coronavirus sont inhumées sans ablutions funèbres

Interview avec Lahcen Skanfel


Rédigé par Safaa KSAANI le Lundi 27 Avril 2020

À situation exceptionnelle, décisions exceptionnelles. C’est le cas de la prise en charge et l’inhumation des dépouilles des victimes du Covid-19.



Lahcen Skanfel
Lahcen Skanfel
Suite à la demande du Ministère de la Santé, adressée, le 23 avril, au Conseil Supérieur des Oulémas (CSO), ce dernier a émis, le lendemain, une Fatwa relative à l’inhumation des dépouilles des victimes du Covid-19. Il en découle que les personnes décédées du Covid-19 peuvent être inhumées sans lavage (ablutions funèbres).

M. Lahcen Skanfel, président du Conseil des Oulémas de Témara, nous éclaire sur les mesures exceptionnelles prises vis-à-vis des victimes du Coronavirus.

-Du point de vue de la Charia, pourquoi les dépouilles des personnes décédées du Covid-19 peuvent être inhumées sans ablutions funèbres ?

- Certes, l’Islam a appelé à préserver la dignité des morts, à travers les ablutions funèbres, la prière et la sépulture.Toutefois, des cas de force majeure nous imposent de trouver des solutions modérées dans leur prise en charge et inhumation. Ainsi, en cas de décès de personnes à cause d’une pandémie, telle que le Covid-19, la priorité est donnée à la vie des personnes chargées de laver les dépouilles en question, puisqu’elles sont plus exposées au risque de contamination par le Virus. Du point de vue de la Charia, Le but est de ne causer le mal à personne. La préservation de la vie contre tous les périls prime sur tout autre acte.

-Quelle est la procédure du lavage des dépouilles en question dans ces circonstances ?

- Tout d’abord, les morts du Covid-19 sont considérés comme “Martyrs”, qui n’ont donc pas besoin d’ablutions funèbres avant inhumation. Contrairement à la manière ordinaire du lavage des dépouilles, qui consiste à appliquer une pression sur le corps pour évacuer les sécrétions du corps, ces derniers sont juste arrosés d’eau, sans trop les manipuler. À l’hôpital, tout en respectant les mesures de protection, à savoir des masques du type FFP2, une combinaison en plastique..., les personnes chargées de ces morts les mettent dans un linceul, les enroulent dans un film plastique et les stérilisent. Elles sont ensuite déposées dans des cercueils bien fermés, pour éviter toute propagation du virus.

-Ces dépouilles peuvent-elles représenter un risque de propagation du virus au niveau des cimetières ?

- Bien que les dépouilles en question ne soient pas lavées selon la manière ordinaire de la procédure de leur lavage, elles ne peuvent aucunement devenir un vecteur de contamination, au niveau des cimetières, à court terme ou à long terme.

D’abord parce que les dépouilles sont stérilisées et la tombe est profondément creusée par les fossoyeurs, mais aussi parce que le virus ne survit que pendant quelques heures après le décès de la personne, selon des médecins.
Recueillis par
Safaa KSAANI

  


Dans la même rubrique :
< >